Emmanuel Dockès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Emmanuel Dockès, né le , est un professeur agrégé de droit français spécialiste de droit du travail.

Il enseigne à l'université Paris-Nanterre après avoir enseigné à l'université Lyon 2 et à l'université de Bourgogne. Il est également cofondateur de l'université populaire de Lyon[1].

Parcours universitaire[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur d'une thèse intitulée L'application des règles de droit du travail dans le temps : contribution à l'étude du droit transitoire réalisée sous la direction du professeur Jean Pélissier et qui a été soutenue à Lyon en 1992[2].

Docteur en droit, il est maître de conférence à l'Institut d'étude du travail de Lyon[3] (université Lyon-II) en 1993, puis professeur à l'université de Bourgogne en 1995. Il rejoint en 2005 l'université Lyon 2, au sein de laquelle il est directeur de l'Institut d'étude du travail de Lyon.

En 2008, il intègre l'université Paris-Nanterre. Il y est directeur de l'école doctorale de droit et science politique, jusqu'en 2015.

Pensée juridique[modifier | modifier le code]

Il dirige en 2007 la publication de « Au cœur des combats juridiques : pensées et témoignages de juristes engagés »[4] rassemblant enseignants-chercheurs, magistrats, syndicalistes et militants associatifs autour « de pensées, de récit, d’exemples, qui témoignent de la variété des chemins que peut emprunter celui ou celle qui entend user de l’outil juridique et de son savoir, au service d’une certaine éthique, d’une certaine conscience. »[5].

Dans ses publications, Emmanuel plaide en faveur d'une simplification et d'une meilleure accessibilité du droit, fustigeant l'hyperactivité législative (le « stroboscope législatif »[6]) et, en droit du travail plus particulièrement, l'accumulation d’exceptions et de dérogations, entraînant une « perte de sens » et de nombreuses » régressions » pour les salariés[7].

À ce titre, il critique la recodification du code du travail de 2008, qu'il qualifie de « décodification »[8], puis le projet de refonte du code du travail de 2015-2016[9],[10] qui aboutit à la Loi travail du .

À l'automne 2015, il fonde, puis coordonne le Groupe de recherche pour un autre code du travail (GR-PACT)[11]. Ce groupe qui comprend vingt-deux universitaires dont principalement des spécialistes du droit du travail publie en une Proposition de code du travail, quatre fois plus courte que le code en vigueur.

Pensée politique[modifier | modifier le code]

Auteur de nombreuses réflexions sur le thème des relations de pouvoir dans l'entreprise et la sphère économique[12],[13],[14], ou sur la montée de la xénophobie[15] Emmanuel Dockès étend sa réflexion au-delà du domaine juridique dans Valeurs de la Démocratie (2005), ouvrage où il se propose de "placer les mots du droit en vis-à-vis des valeurs de la démocratie".

En 2017, il publie une utopie, Voyage en misarchie, qui précise et applique ces idées. Entre autres critiques, ce livre a été qualifié par Frédéric Taddeï de "livre le plus dingue de l'année" et de "l'un des plus ambitieux et originaux du début du XXIe siècle"[16].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages
  • Le corps et ses représentations (codir. avec G. Lhuillier), Litec 2001, coll. théories et droit, CREDIMI
  • Valeurs de la démocratie : huit notions fondamentales, Dalloz, coll. « Méthodes du droit », 2005, 183 p. [présentation en ligne]
  • Au cœur des combats juridiques : pensées et témoignages de juristes engagés, dir., Dalloz, 2007, 509 p.
  • Les grands arrêts du droit du travail, en collaboration avec MM. Jean Pélissier, Antoine Jeammaud et Antoine Lyon-Caen, 4e éd., Dalloz,
  • Droit du travail, 1re, 2e, 3e et 4e éd., Collection Hypercours, Dalloz, . (ISBN 978-2-247-08431-9)
  • Droit du travail, 27e, 28e, 29e, et 30e éd., Dalloz, coll. « Précis », 2013, 2014, 2015 et 2016 avec J. Pélissier, puis G. Auzero
  • Le code du travail en sursis ? avec J. Dirringer, G. Etiévant, M. Mangenot et P. Le Moal, Syllepse, 2015
  • Proposition de code du travail, dir., GR-PACT, Dalloz, 2017.
  • Voyage en misarchie : essai pour tout reconstruire, , Éditions du Détour [présentation en ligne]
Publications disponibles sur le Web

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la Déclaration de principes.
  2. « L'application dans le temps des règles de droit du travail : contribution à l'étude du droit transitoirepar Emmanuel Dockès », sur Thèses.fr
  3. Site de l'Institut d'étude du travail de Lyon
  4. [1]
  5. Extrait de la préface
  6. « Le stroboscope législatif »
  7. « Perte de sens et effritement du droit du travail » sue ceras-projet.com
  8. « La décodification du droit du travail », dans Droit social (2007), p. 388-392
  9. « Il faut preserver un systeme qui protege les employes », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. J. Dirringer, E. Dockès, G. Etiévant, M. Mangenot et P. Le Moal, Le Code du travail en sursis ?, Syllepse,
  11. « Des chercheurs proposent un autre code du travail pour les salaries », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  12. « Le pouvoir patronal au-dessus des lois ? », Droit ouvrier (2005) 1-5 :
  13. « Le pouvoir dans les rapports de travail – Essor juridique d'une nuisance économique », Droit social (2004), p. 620-628
  14. « Pouvoir patronal et démocratie », Semaine sociale Lamy,‎ , p. 85-90 (lire en ligne)
  15. « Liberté, laïcité, Baby Loup : de la très modeste et très contestée résistance de la Cour de cassation face à la xénophobie montante », Droit social,‎ , p. 388-397
  16. « Emission "Hier, aujourd'hui, demain" - France 2 », sur France Télévision

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]