Duquesne (frégate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir Duquesne (navire).

Duquesne
Image illustrative de l’article Duquesne (frégate)
Le Duquesne à Toulon en 2007
Type Frégate
Classe Suffren
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Chantier naval Arsenal de Brest
Quille posée
Lancement
Armé
Statut Désarmé
Équipage
Équipage 27 officiers, 220 officiers mariniers, 98 quartiers-maître et matelots
Caractéristiques techniques
Longueur 158 m
Maître-bau 15,5 m
Tirant d'eau 7,25 m
Tirant d'air 40 m
Déplacement 5335 t lège, 6780 t armé
Propulsion 4 chaudières à vapeur, 4 turbines
2 hélices
Puissance 72500 chevaux
Vitesse 34 nœuds
Carrière
Port d'attache Brest (jusqu'en juillet 1977)
Toulon (depuis juillet 1977)
Indicatif D603

Le Duquesne est une frégate lance-missiles de classe Suffren de la Marine nationale française, conçue également pour protéger une flotte de la menace d'attaques aériennes, de navires ennemis, de sous-marins, et, dans une moindre mesure, d'apporter une puissance de feu supplémentaire pour des objectifs terrestres.

Historique[modifier | modifier le code]

La frégate Duquesne est le huitième navire de la Marine française à porter le nom d'Abraham Duquesne et a pour sister-ship le Suffren.

Elle a été la seconde frégate lance-engins de la marine française (FLM -Frégate Lance-Missiles- ou croiseur lance-engins type C 60) et été chargée de protéger les porte-avions Foch et Clemenceau des attaques aériennes et sous-marines.

En juillet 2007, le Duquesne a été mis en réserve et remplacé par une frégate de classe Horizon dans la marine nationale.

Désarmé par la suite, le Duquesne sert de brise-lames pour la protection de l'école de plongée de la Marine nationale à l'entrée du port de Saint-Mandrier depuis le 18 août 2009.

Le Duquesne avait pour ville-marraine Dieppe (ville natale d'Abraham Duquesne) et était jumelé avec le 27e bataillon de chasseur alpin d'Annecy.

Caractéristiques (similaire au Suffren)[modifier | modifier le code]

Production d'électricité : 3 440 kw, 2 turbo-alternateurs et 3 alternateurs diesel.

Radars et sonars :

  • radar tridimentionel DRBI23
  • radar de veille surface et basse altitude DRBV15
  • radar multi-cibles DRBC33
  • radar de navigation DRBN34
  • radar de conduite de tirs DRBR51
  • Sonar remorqué à immersion variable DUBV-43B
  • Sonar de coque DUBV-23D-1

Contre mesure et guerre électronique :

  • 2 lance-leurre « Sagaie »
  • SLQ-25 Nixie
  • jammer ARBR33
  • détecteurs ARBR17

Missiles, artillerie, torpilles :

  • 1 rampe double de missiles mer-air Masurca (guidés par le DRBR51) (48 missiles)
  • 4 lanceurs de missiles MM38 Exocet, (4 missiles) (modernisation de 1977)
  • 1 lanceur de Malafon torpilles anti sous-marines (débarqué en 1997)
  • 4 catapultes lance-torpilles anti-sousmarines L5 (10 torpilles)
  • 2 canons de 100 mm (« Messine » et « Palerme »), en tourelles simples
  • 4 canons de 20 mm Oerlikon Mk 4 ; (modernisation de 1977)
  • 4 mitrailleuses de 12,7 mm

Commandants[modifier | modifier le code]

  • Capitaine de vaisseau J. Florentin (09/1979-03/1981)[1].
  • Capitaine de Vaisseau Philippe Canonne (09/08/1985-30/04/1987)
  • Capitaine de Vaisseau Philippe Morel (30/04/1987-25/10//1988)
  • Capitaine de Vaisseau Philippe de Bazelaire (25/10/1988-23/03/1990)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Frégate Duquesne », sur netmarine.net (consulté le 12 février 2019)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :