Duc de Dino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Duc de Dino
Image illustrative de l'article Duc de Dino
Armes des ducs de Dino de la famille de Talleyrand : De gueules à trois lionceaux d'or, armés, couronné et lampassés d'azur.

Image illustrative de l'article Duc de Dino
Titulaire actuel
Javier de Villegas y Gonzalez de Andia
Création [1]
Titre prince de Talleyrand (Premier titulaire seulement)
duc de Talleyrand (Deuxième et septième titulaires seulement)
duc de Dino
marquis de Talleyrand (à partir du troisième titulaire)
Premier titulaire Charles Maurice de Talleyrand-Périgord

Le titre de duc de Dino a été créé en 1815 par le roi Ferdinand Ier des Deux-Siciles pour le ministre des Relations extérieures de la France, le prince de Talleyrand.

En 1817 ce dernier transmit ce titre à son neveu, le comte Edmond de Périgord (décret du même roi)[2], époux de la princesse Dorothée de Courlande, nièce du prince de Talleyrand, qui a immortalisé le titre au féminin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le titre est créé par décret royal de Ferdinand Ier des Deux-Siciles le en échange de la restitution de la principauté de Bénévent qui lui avait été concédée en 1806 par Napoléon Ier.

L'île de Dino est une petite île inhabitée de Calabre (0,5 km2), en Mer Tyrrhénienne.

Le titre fut reconnu comme titre français par Louis XVIII le en faveur de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, avec pairie.

Cependant, le , un nouveau décret du roi des Deux-Siciles « transporta » le titre sur la tête du neveu du grand chambellan de France, Edmond, fils de son frère cadet Archambaud (1762-1838) [3]. Edmond demeura en son palazzo situé au 31 Via Santo Spirite à Florence de 1814 jusqu'à sa mort en 1872.

Le titre de duc et pair fut porté par Alexandre (1814-1894), fils cadet d'Edmond du fait que Louis, l'aîné, porta le titre de courtoisie de duc de Valençay, du nom du château indrois et de son domaine (12 000 hectares répartis sur 23 communes) acquis en 1803 par Talleyrand sur l'ordre - et avec le concours financier - de Napoléon Ier.

Maurice de Talleyrand-Périgord (1843–1917) succède à son père le duc Alexandre comme 4e duc de Dino . À la mort de ce dernier, son frère Archambaud devint le 5e duc de Dino. Tous deux vécurent au Palazzo Dino à Florence et Archambaud se maria au château de Zatonie avec Marie de Gontaut Biron, fille du vicomte de Gontaut Biron Ambassadeur de France devant l'Empereur Guillaume Ier. Le duc Archambaud devint Lieutenant Colonel de l' Empereur Guillaume Ier puis décèdera à Lausanne en Suisse.

Le titre ducal de Dino fut porté dans la lignée masculine jusqu'à Helie de Talleyrand Périgord, fils d'Archambaud, né à Florence au Palazzo Dino en 1881 et mort a Rome en 1968. Il devint également par extinction de la branche ainée 7e duc de Talleyrand. À sa mort sans postérité, en 1968, sa sœur Felicie de Talleyrand Périgord hérita du duché napolitain de Dino. Elle transmit de son vivant le duché de Dino a son fils aîné Don Manuel de Andia y Talleyrand Périgord, marquis de Vilahermosa en Espagne. Il meurt en 2005, en son château de La Chatonnière, à Azay-le-Rideau après avoir obtenu en 1975 la confirmation de ce titre en sa faveur par décret de S.M le Roi Umberto II d'Italie. Sa fille aînée Dona Maria Luisa de Andia y Elio devient en 2005 duchesse de Dino. À sa mort en 2015 son fils Don Javier de Villegas y Gonzalez de Andia marié a Dona Alicia Rico y Perez del Pulgar devient le 10e duc de Dino.

Ducs et duchesses de Dino[modifier | modifier le code]

Maison de Talleyrand-Périgord[modifier | modifier le code]

  • 1815-18171er : Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838), également prince de Talleyrand ;
  • 1817-18382e : Edmond de Talleyrand-Périgord (1787-1872), également comte de Périgord et de l'Empire (1810), puis 2e duc de Talleyrand (1838), neveu du précédent ;
  • 1838-18943e : Alexandre Edmond de Talleyrand-Périgord (1813-1894), également marquis de Talleyrand, fils cadet du précédent ;
  • 1894-19174e : Maurice de Talleyrand-Périgord (1843-1917), également 2e marquis de Talleyrand, fils du précédent ;
  • 1917-1918 - 5e : Archambault de Talleyrand-Perigord, frère du précédent, 3e marquis de Talleyrand
  • 1918-19686e : Hélie de Talleyrand-Périgord (1882-1968), également 4e marquis puis 7e et dernier duc de Talleyrand, fils du précédent, mort sans postérité de son mariage ; avec lui s'éteint dans les mâles la maison de Talleyrand-Périgord.
  • 1968-19817e : Félicie de Talleyrand-Périgord (1878-1981), sœur aînée du précédent, mariée à Don Luis Gonzalez de Andia y Dreyfus, marquis de Villahermosa.

Maison de Andia[modifier | modifier le code]

  • 1981-20058e : Manuel Gonzalez de Andia y Talleyrand-Périgord (1909-2005), également marquis de Villahermosa en Espagne, fils ainé de la précédente (confirmé duc de Dino par Humbert II d'Italie le 15 décembre 1975[4]) ;
  • 2005-20159e : Maria Louisa Gonzalez de Andia (1932-2015[5]), fille du précédent, mariée a S.E Don Luis de Villegas, Ambassadeur d'Espagne, fils du Général Gouverneur de Navarre.
  • Depuis 201510e : Don Javier de Villegas y Gonzalez de Andia, fils de la précédente.
  • Don Javier de Villegas y Rico, fils du duc actuel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. André Borel d'Hauterive, Albert Révérend, Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, vol. 7, p. 182 lire la page.
  3. Artaud de Montor, Encyclopédie des gens du monde: répertoire universel des sciences, vol. 21, p. 663 lire la page.
  4. Cette transmission à la famille Gonzalez de Andia n'a aucune valeur légale et le port du titre est depuis irrégulier et de courtoisie car seul un souverain en exercice a le pouvoir d'octroyer ou de reconnaitre des titres de noblesse.
  5. Nécrologique publié dans le journal espagnol ABC

Lien externe[modifier | modifier le code]