Drassi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Grèce image illustrant un [[partis politiques <adj>s
Cet article est une ébauche concernant la Grèce et un parti politique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Drasi
(el) Δράση
Présentation
Président Théodoros Skilakákis
Fondation
Siège Avenue Vasilissis Sofias 98A, Athènes, Attique, Drapeau de la Grèce Grèce
Vice-Présidents Antigoni Lyberaki (el),
Tassos Avrandinis (el),
Aristotélis Aïvaliotis (el)
Secrétaire général Yannis Androulakis
Slogan « Citoyens, pas clients »
Fondateur Stéphanos Manos (en)
Idéologie Centrisme
Centre droit
Libéralisme
Affiliation européenne Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe
Couleurs rouge, orange, vert, bleu
Site web https://www.drassi.gr/
Représentation
Députés
0 / 300
Députés européens
0 / 21
Périphéries de la Grèce
39 / 725

Drassi (grec moderne : Δράση, « Action ») est un parti politique grec d'idéologie libérale fondé le .

Les membres fondateurs du parti sont, entre autres, Stéphanos Manos (en), Vassilis Kondogiannopoulos (el) (anciens ministres des gouvernements ND), Yiánnis Boutáris (homme d'affaires, élu en 2010 maire de Thessalonique), Thanos Vérémis (el) (politologue), Constantin Markoulakis (el) (acteur), Alexandros Tombazis (en) (architecte), Nikos Dimou (en) (écrivain).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières élections auxquelles Drassi participe sont les élections européennes de mai 2009, où le parti termine en 9e place avec 0,8% des voix, derrière des partis tels le Parti des chasseurs grecs (en) et le Front macédonien panhellénique (en). Il ne participe ensuite pas aux élections législatives d'octobre 2009.

Aux élections municipales grecques de 2010 (en), les candidats soutenus par Drassi obtiennent des succès notables :

Aux élections législatives grecques de mai 2012, Drassi présente des listes communes avec le parti Alliance libérale (en). Ces listes obtiennent 1,8% des voix et la 12e place, immédiatement derrière d'autres listes d'inspiration de centre-droit libéral, l'Alliance démocrate (DISY) de Dóra Bakoyánni (2,56%) et Recréer la Grèce (Dimourgia Xana, 2,15%).

Au vu de l'impossibilité de former un nouveau gouvernement et en préparation des élections grecques de juin 2012, Drassi et Alliance libérale s'unissent avec Recréer la Grèce[1], avec comme objectif de dépasser le seuil de 3% permettant d'entre au Parlement. Alliance démocrate[2], également approchée, fusionne avec Nouvelle Démocratie[3]. Cependant cette nouvelle liste obtient moins que le score séparé de chaque liste en mai, avec 1,59% et la 8e place, ce qui en fait la première liste à échouer aux portes du Parlement.

En vue des Élections européennes de 2014, Drassi annonce le 22 avril 2014 une nouvelle alliance électorale avec Recréer la Grèce[4] sous le nom de Ponts (el).

La formation obtient son meilleur résultat lors de l'élections législatives de janvier 2015, où elle se présente en coalition avec La Rivière de Stávros Theodorákis. Cette coalition obtient la 4e place avec 6,05 % et 17 députés.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La traduction de cet article ou de cette section doit être revue. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Le contenu est difficilement compréhensible vu les erreurs de traduction, qui sont peut-être dues à l'utilisation d'un logiciel de traduction automatique. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou modifiez l'article.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

  • Création d'un État plus petit, plus efficace et plus souple grâce à une forte réduction des dépenses publiques sous-jacente. Réductions substantielles du nombre de fonctionnaires avec des suppressions ciblées des structures inutiles, des opérateurs de déchets. Licenciement du personnel et élimination de toute subvention dans les fonds des services publics, aux collectivités locales, aux droit au développement, etc.. Rationalisation active du système de santé.
  • Renouvellement du leadership, de la structure et des processus de l'État en mettant l'accent sur la mise en œuvre effective des objectifs à long terme. Objectif dʼexcédent budgétaire primaire, qui conditionnera la taille du nouveau secteur public, afin de faire revenir la confiance des investisseurs
  • Simplification du code des impôts, avec des impôts peu élevés et un nouveau mécanisme de perception. Taux de 20 % sur le revenu, de 25 % pour la partie du revenu supérieure à 100 000 euros et 30 % pour la partie du revenu supérieure à 300 000 euros. Décharge de 5 000 euros pour chaque contribuable et chaque membre de la famille à charge. TVA à 10 % ou 20 %. Imposition des bénéfices des entreprises de 20 %. Taxation sur les plus-values lors de la cession dʼun bien en remplacement de toutes les taxes liées à la possession ou au transfert de biens immobiliers. Abolition des exonérations d'impôt et prélèvement fiscal d'un Fonds noble, refondation du mécanisme de recouvrement de l'impôt et sanctions exemplaires envers les fraudeurs.
  • Pension nationale de base garantie pour tous les citoyens en supprimant toutes les cotisations obligatoires de sécurité sociale et des fonds et la retraite de tous les fonds de pension publics. Pension nationale de base à 700 euros par mois à la 67e année directement à partir du budget. Dʼaprès ses promoteurs, le mécanisme est rendu possible dʼune part par la hausse de lʼemploi liée à une meilleure compétitivité, à la suite de la baisse des taxes, mais également par la suppression des pensions les plus élevées payées actuellement. Il est prévu une période transitoire dʼadaptation, afin de ne pas porter atteinte aux retraités actuels ec à ceux qui ont déjà établi leur retraite à cotisations plus élevées de la pension nationale de base.
  • Financement des collectivités locales, via la reprise par celles-ci de la taxation sur lʼimmobilier, dont se décharge lʼÉtat central.
  • Privatisations et cession des biens immobiliers de lʼÉtat et de toutes les participations du gouvernement, en vue de rembourser la dette publique.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Voix  % Sièges
mai 2012* 75 428 1,80% 0
juin 2012** 98 050 1,59% 0
janvier 2015**** 373 858 6,05% 17
septembre 2015

* En coalition avec Alliance libérale (en)
** En coalition avec Recréer la Grèce et Alliance libérale
**** En coalition avec La Rivière

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Année Voix  % Sièges
2009 38 895 0,76 0
2014*** 51 542 0,91 0

*** En coalition avec Recréer la Grèce sous le nom de Ponts (el)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Parties forge alliances ahead of June vote », Kathimeriní,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Leader of liberal Drasi sees ND and PASOK disappearing », Kathimeriní,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « Bakoyannis returns to ND fold », Kathimeriní,‎ (lire en ligne)
  4. (el) « Συνεργασία της Δημιουργίας Ξανά με τη Δράση στις ευρωεκλογές », in.gr,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]