Dominique Lestel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un philosophe image illustrant un zoologiste, un botaniste ou un mycologue
Cet article est une ébauche concernant un philosophe et un zoologiste, un botaniste ou un mycologue.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Dominique Lestel (né le 1er septembre 1961 à Paris) est un philosophe et éthologue français[1], maître de conférences au département de philosophie de l'École normale supérieure et membre d'une équipe de recherche en éco-anthropologie et ethnologie du Muséum national d'histoire naturelle.

Dominique Lestel dans ses travaux de recherche s'oppose aux représentations classiques de l'animal. L'opposition entre nature et culture ne suffit plus à rendre compte de la différence qui sépare l'homme de l'animal. Une véritable ethnologie est nécessaire pour comprendre de nombreuses sociétés animales. En réexaminant les notions d'outil, de communication, de rationalité, il montre que les comportements culturels ne constituent pas une rupture propre à l'humain. Dominique Lestel explique qu'il y a progressivement émergence de comportements culturels dans l'histoire du vivant.

Certains animaux possèdent une culture[modifier | modifier le code]

Le phénomène culturel n'est pas particulier à l'homme[2]. Si l'on définit comme une culture tout ce qu'un animal est capable d'acquérir par son système nerveux pour s'adapter à son environnement et qui serait ensuite transmis à d'autres individus de son espèce par imitation, sans passer par le bagage génétique, on peut montrer l'existence de « cultures » dans un certain nombre de groupes d'animaux. Ces cultures animales sont différentes de la culture humaine, dans le sens où « l'intelligence animale n'est pas une intelligence moins évoluée que celle de l'homme, mais tout simplement une intelligence différente »[3]. Dominique Lestel s'appuie ainsi sur l'éthologie cognitive qui va au-delà des normes du béhaviorisme par des méthodes d'analyse des propriétés mentales des animaux, qui s'approchent de l'étude de l'« esprit » (mentalité) chez les êtres humains. Parmi ces méthodes, celle qui étudie les productions de l'animal, qu'on qualifie habituellement d'outils. « J'emploie la notion de médiation de l'action de préférence à celle d'outil qui paraît confuse et peu opérationnelle en éthologie »[4]. Ces médiations de l'action sont les « aides écologiques qui permettent à l'animal de transformer ses performances et ses compétences »[5].

Chez les vertébrés à sang chaud et en particulier chez les chimpanzés, on trouve d'innombrables exemples de ces médiations de l'action parfois spectaculaires. Des chimpanzés qui utilisent « un caillou pour stabiliser l'enclume de pierre sur laquelle ils allaient casser des noix »[6] se constituent ainsi des méta-outils, des outils qui servent à fabriquer d'autres outils. Cependant, tous les chimpanzés n'utilisent pas ces techniques, « même si on se restreint à l'usage des outils, chaque population de chimpanzés adopte une combinaison particulière pour les utiliser »[7] comme l'existence de cultures différentes[Quoi ?]. Ces différences culturelles se retrouvent aussi bien chez les mammifères que chez de nombreux oiseaux. Depuis la manière dont les mésanges britanniques ouvrent les capsules des bouteilles de lait jusqu'à celle devenue célèbre dont les macaques japonais lavent leurs patates douces[8]. Ces pratiques peuvent se perdre d'une génération à une autre ou être absentes d'un groupe à un autre, comme dans les cultures humaines.

Article détaillé : Culture animale.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Animaux sont-ils intelligents ?, 4e de couv.
  2. Ce texte est un résumé inspiré de l'article de Georges Chapouthier « Facettes de l'inné et l'acquis dans la morale humaine » in M.-C. Maurel et B. Brun (dir.), L'Inné et l'Acquis Nouvelles approches épistémologiques, Publications de l'université de Provence, Marseille, 2005, p. 57. Cet auteur s'appuie fréquemment sur Dominique Lestel, Les Origines animales de la culture, d'où sont reprises les citations dans la suite du texte.
  3. Dominique Lestel, Les Origines animales de la culture, p. 19.
  4. Dominique Lestel, Les Origines animales de la culture, p. 11.
  5. Dominique Lestel, Les Origines animales de la culture, p. 67.
  6. Dominique Lestel, Les Origines animales de la culture, p. 83.
  7. Dominique Lestel, Les Origines animales de la culture, p. 103.
  8. G. Chapouthier, p. 58.

Liens externes[modifier | modifier le code]