Vinciane Despret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vinciane Despret
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Titres honorifiques
chevalier du Mérite wallon

Vinciane Despret, née le à Anderlecht, est une philosophe des sciences belge, professeur à l'université de Liège et à l’université libre de Bruxelles.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Vinciane Despret obtient une licence en philosophie avant d'entreprendre des études de psychologie. Elle découvre les éthologues (voir Éthologie) au cours de ses études et se passionne pour leurs recherches. Elle s'oriente alors vers la philosophie des sciences. Inspirée dans sa démarche par Isabelle Stengers et Bruno Latour, elle se propose de suivre les scientifiques sur leurs terrains, dans leur pratique, et de comprendre comment ils rendent leurs objets d'études intéressants.

En 1997, elle soutient sa thèse « Savoir des passions et passions des savoirs » auprès d'Isabelle Stengers. Les deux femmes développent une forte amitié intellectuelle entre elles[1].

À la suite de la mort de sa petite sœur, elle écrit Au bonheur des morts, livre qui décrit comment ils entrent dans la vie des vivants[1].

En 2020, son travail est devenu une référence dans les courants de pensée de l'écologie, de l'activisme ou du territoire. Elle inspire Baptiste Morizot, qui travaille dans les relations entre humain et vivants, elle préface divers ouvrages sur ce thème (Les Sentinelles de la pandémie, de Frédéric Keck). Elle étudie le comportement des éthologues auprès des perroquets nestor kéa en Nouvelle-Zélande ou des oiseaux cratérope écaillé en Israël[1].

Elle évite les pratiques de généralisation ou de conceptualisation ; refusant d'enfermer le vivant dans une définition, elle préfère la complexité[1].

Décoration[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Naissance d'une théorie éthologique: la danse du cratérope écaillé, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 1996 ; réédition 2004
  • Ces émotions qui nous fabriquent: ethnopsychologie de l'authenticité, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 1999 ; réédition 2001
  • Quand le loup habitera avec l’agneau, Paris, Le Seuil/Les Empêcheurs de penser en rond, 2002
  • Hans, le cheval qui savait compter, Paris, Le Seuil/Les Empêcheurs de penser en rond, 2004
  • Bêtes et Hommes[3], Paris, Gallimard, 2007
  • Penser comme un rat, Sciences en questions, Versailles, Quae, 2009 ; réédition 2016
  • Que diraient les animaux si… on leur posait les bonnes questions ?, Paris, La Découverte/Les Empêcheurs de penser en rond, , 325 p. (ISBN 978-2-7071-8326-2)
  • Au bonheur des morts, Paris, La Découverte/Les Empêcheurs de penser en rond, 2015
  • Le Chez-soi des animaux, Actes Sud, coll. « École du Domaine du possible », 2017
  • Habiter en oiseau, Actes Sud, coll. « Mondes sauvages », 2019
  • Autobiographie d'un poulpe, Actes Sud, coll. « Mondes sauvages », 2021

En collaboration[modifier | modifier le code]

Direction d'ouvrage[modifier | modifier le code]

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • « Qu'est ce que l’ethnopsychologie ? », préface à La dépression est-elle universelle? de Catherine Lutz, Le Seuil/Les Empêcheurs de penser en rond, 2004
  • Sentiments voilés de Lila Abu-Lughod, Le Seuil/Les Empêcheurs de penser en rond, 2008
  • Féminismes pluriels de Nicole Van Enis, Aden, coll. « Petite bibliothèque d'Aden », 2012
  • « Prendre soin du soin », préface à Penser avec les animaux. Sociologie du soin par le contact animalier de Jérôme Michalon (postface d'Isabelle Mauz), Presses des Mines, coll. « Sciences sociales », 2014
  • Manifeste des espèces compagnes de Donna Haraway, Flammarion, coll. « Climats », 2019

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Vinciane Despret : “Ne déclarons pas la guerre au vivant” », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2021).
  2. « Vinciane Despret », sur Connaître la Wallonie (consulté le 3 novembre 2015).
  3. Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition éponyme, Grande halle de la Villette, Paris, 11 septembre 2007-20 janvier 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]