Dith Pran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dith Pran
Dith Pran..jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
New BrunswickVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine

Dith Pran, né à Siem Reap le 27 septembre 1942[5] et mort à New Brunswick (New Jersey) le 30 mars 2008, est un photojournaliste cambodgien rescapé du génocide et dont l'histoire a inspiré le film La Déchirure.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1975, Dith Pran et Sydney Schanberg, journaliste au New York Times, décident de rester au Cambodge pour témoigner de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges. Contrairement aux journalistes étrangers, il n'est ensuite pas autorisé à quitter le pays et doit subir quatre années d'internement en camp de travail tandis que ses trois frères sont tués.

En 1979, il parvient à s'échapper en Thaïlande puis gagne les États-Unis où, à partir de 1980, il travaille au New York Times comme photojournaliste.

Pran est décédé en 2008 d'un cancer du pancréas diagnostiqué trois mois plus tôt[1].

Dith Pran savait parler, outre sa langue maternelle, le Khmer, l'Anglais, et le Français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dith Pran, ‘Killing Fields’ Photographer, Dies at 65, New York Times, 30 mars 2008.
  2. (en) « Dith Pran: Survivor of the 'Killing Fields' », The Independent,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Kerry Brown, « Obituary: Dith Pran », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  4. « CAMBODIAN HOLOCAUST SURVIVOR », (consulté le 9 octobre 2017)
  5. Le New York Times indique dans son article nécrologique une naissance le 23 septembre 1942[1], mais cette date est contestée par toutes les autres sources biographiques[2],[3],[4]

Liens externes[modifier | modifier le code]