Discussion utilisateur:Elnon

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis
Oscar Wilde
Laissez votre message ci-dessous, merci !

Capitelle[modifier | modifier le code]

Bonjour elnon, je viens vers vous car, je lis énormément pour mes cours de fac a l’UPVD en histoire, dans les documents utilisé pour mes recherches, il n’y a aucune preuve que le terme Capitelle soit originaire du gard, étant donnée que le languedocien, est un langue sans petit dialecte différent entre l’aude, l’herault et le gard. Le terme capitelle est originaire du Languedoc méridionale, (aude herault, gard, et le Fenouillèdes des PO) et non Nîmois.

Certaine personnes, notamment du Gard, essaye de s'approprier notre droit commun, dans les ouvrages cité, il n'est nullement écrit que les capitelles sont du gard, ou que le terme est originaire du gard. l'objectivité n'est pas donnée à tous le monde.

Cordialement merci à vous bonne journée Raimond de toulouse lautrec

PS je vous met ci dessous des sources recueilli au archives, meilleures que celle cité sur cette page, je sais que vous n'êtes pas le rédacteur de cette page mais au moins le chauvin que l'a écrit pourra lire plus.

L'architecture de pierre sèche dans les Pyrénées méditerranéennes, dans Gaule, bulletin de la Société d'histoire, d'archéologie et de tradition gauloise, 2e série, octobre 1965, No 8, pp. 129-143 (cf. suite en 1966)

L'architecture de pierre sèche dans les Pyrénées méditerranénnes (suite et fin), dans Gaule, bulletin de la Société d'histoire, d'archéologie et de tradition gauloises, 2e série, janvier 1966, No 9, pp. 147-152 (suite de la 1re partie parue en 1965)

L'architecture de pierre sèche dans les Pyrénées méditerranéennes, dans Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, n. s., No 3, 1967, Bibliothèque Nationale, Paris, 1968, pp. 21-115

L'architecture de pierre sèche dans les Pyrénées méditerranéennes, dans Actes du 92e congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 1967, section d'archéologie et d'histoire de l'art, Bibliothèque Nationale, Paris, 1970, pp. 245-246

Architecture de pierre sèche et transhumance, dans Actes du 94e congrès national des sociétés savantes, Pau, 1969, section d'archéologie et d'histoire de l'art, Bibliothèque Nationale, Paris, 1971, pp. 211-233

L'architecture de pierre sèche des Pyrénées méridionales, dans Archéologia, No 85, août 1975, pp. 20-28 — Le message qui précède, non signé, a été déposé par 92.133.197.42 (discuter), le 16 avril 2015 à 11:30.

Bonjour 92.133.197.42,
Je t'invite à prendre connaissance de ces deux articles en ligne :
Ils devraient t'aider à voir les choses différemment, du moins je l'espère. --Elnon (discuter) 16 avril 2015 à 23:34 (CEST)

Bonsoir elnon,

les sources d'internet ne sont pas fiables, je préfère le papier, mais j'ai tout de lut oui mais il ne faut pas choisir les source mais toutes les recensés, certaine dise le contraire. j'ai écrit a une association de l'aude qui est "spécialiste" du sujet, je travaille avec elle pour mon mémoire de master histoire à l'upvd, qui vous joindra d'ici quelques jours pour rendre cette page plus fiable et qui ne prône pas le Nîmois chauvin.

vous êtes du gard ?

Dans toutes mes recherches (il y en à vraiment beaucoup) j'ai bien lu que le terme "capitelles" sont du pourtour méditerranéen languedocien (Aude, hérault, et gard), il serait bien de réaliser une page objective et non "publicitaire".

en revanche si le terme est "éventuellement" du gard, les capitelles, elles, ne le sont pas pour autant et dans cette page il est écrit :"dans les anciennes garrigues des villes du département du Gard" hors il y en en partout en languedoc, le département qui en regroupe le plus est le département de l'aude (dans les Corbières)(source: archive de carcassonne, cadastre 2008).

Bonne soirée à vous cordialement

raimond de toulouse lautrec

Quelques précisions complémentaires :
L'article en ligne « Les noms des cabanes en pierre sèche » est un chapitre du livre Les cabanes en pierre sèche de France paru en 2004 aux éditions Edisud.
L'article en ligne « Baraques et cortals du Roussillon ou le mythe des capitelles et des orris » est tiré du supplément No 1 à la revue L'architecture rurale en pierre sèche paru en 1977.
Donc ce ne sont pas des sources Internet proprement dites.
Le terme « capitelle » a gagné l'Hérault et l'Aude à partir des années 1980-1990 après avoir été employé dans les Pyrénées-Orientales dans les années 1960-1970 par Anny de Pous. Avant cela, le terme était cantonné aux garrigues du Gard. Tout cela a été expliqué en long et en large dans diverses publications et je suis assez âgé pour avoir connu et observé le phénomène de substitution.
J'ai sous les yeux le Dictionnaire des institutions, des coutumes et de la langue en usage dans quelques pays de Languedoc de 1535 à 1648 de Paul Cayla, paru en 1964. Il recense « tous les termes d'une langue parlée ou écrite au milieu des populations des anciens pays de l'Aude : Narbonnais, Minervois, Corbières, Cabardès, Carcassès, Razès, Lauraguais, portion audoise de l'ancien diocèse de Mirepoix et pays de Sault » (p. XI). Le terme « capitelle » en est absent, par contre on trouve, à la page 110, le terme cabanat, assorti de la définition suivante : « Petit local élevé dans une anfractuosité du terrain, simple abri quelquefois, dressé entre deux arbres, servant aux ouvriers des champs ou aux gardiens des récoltes et des troupeaux, aux cas d'intempéries soudaines. Ces locaux font parfois l'objet de baux d'occupation : on trouve à Chalabre, en 1598, une vente des fruits d'une borde et d'un cabanat (Chalabre, fonds Garzelle, 1598) ».
À l'adresse http://www.pierreseche.com/AV_2014_courrent.htm on peut lire, selon le témoignage d'un spécialiste : « en Narbonnais, on utilise le mot cabanòt pour la petite cabane bâtie en bordure de vigne ». Étonnant, non ?
Aujourd'hui « capitelle » est employé à toutes les sauces par le Tourisme, la Randonnée, l'Érudition locale, les agences immobilières, les bâtisseurs amateurs mais les paysans qui construisaient ces petis abris et les appelaient différemment, le plus souvent cabane et/ou un diminutif. --Elnon (discuter) 17 avril 2015 à 02:16 (CEST)


Bonjour elnon,

oui je vois que vous êtes spécialiste du sujet, cependant mon arrière grand père née en 1906 a toujours parlé de capitelle (d’après mon grand père) donc ça a surement gagné les Corbières avant 1980 surement fin 19 début 20ieme (j'ai des lettre de communication de famille qui le démontre).

en revanche, il y a une ambiguïté sur la page "Une capitelle (en occitan capitèla) est une cabane construite en pierre sèche, c’est-à-dire sans mortier, dans les anciennes garrigues des villes du département du Gard" qui porte a confusion sur la localisation de ces abris.

de plus le terme "strictement" est un peut trop "chauvin" a mon gout et celui d'un groupe d'amis de la fac.

Nous aurions préféré plutôt "Une capitelle (en occitan languedocien capitèla) est une cabane construite en pierre sèche, c’est-à-dire sans mortier, dans les anciennes garrigues du pourtour méditerranéen occidental. A l'origine le terme "capitelle" est endémique de la région nîmoise, qui s'est par la suite répandu a toute la province du languedoc".

je titille un peut mais c'est notre patrimoine commun.

je vous remercie pour vos source, j'irai de ce pas au archives de Carcassonne pour mon mémoire de master "les construction viticole et pastorale des garrigues du languedoc"

merci infiniment mr elnon

cordialement Raimond de toulouse lautrec

ps : vous ête du gard ?

Rassurez-vous, je ne suis ni du Gard ni chauvin...
Je pense que le terme capitelle a peut-être été popularisé à Nîmes et au-delà par Jean Reboul, avec son touchant poème Ma Capitelle.
Les termes vernaculaires employés naguère dans les départements autres que le Gard ne doivent pas être oubliés au profit d'un capitelle/capitèla poétique ou érudit (voir pour l'Hérault la terminologie vernaculaire recensée par André Cablat dans les années 1970).
Pour votre mémoire, je vous conseille pierreseche.com pour l'étude du petit patrimoine (cabanes, mazets). Cordialement, --Elnon (discuter) 18 avril 2015 à 01:15 (CEST)

Bonjour monsieur elnon, veuillez me pardonner du retard, avec les réunions de l'ANF pour la promotion du comté du languedoc, je n'ai pas plus vous répondre plus vite

merci infiniment pour vos sources, dommage que vous ne soyez pas du gard, ce n'est pas loin de l'aude pour se rencontré autour d'un café pour avoir votre aide pour mon mémoire. Auriez vous d'autre source pour l'aude, l'hérault et le gard sur les abris de garrigue en pierre sèche (pour mon mémoire encore un fois), car je passe ma vie au archive et il n'y a pas beaucoup d'ouvrage du XX et XXI siecle.

je cherche tous les termes languedocien d'abris en pierre sèche de l'aude (sans le lauragais et les plateau de sault), de l'érault (intégrallement) ainsi que le gard (sans l’appendice du vignan), et des po (uniquement en fenouillede). en gros les abris en pierres sèches dans les garrigues de l'ancienne septimanie et non en climat continental et semi continental ou montagnards.

merci encore

raimond de TL

ps : chauvin n'était pas contre vous, loin de là, c'est juste que la description proposé par ma promo nous semblait plus neutre. merci

Vous trouverez des éléments de réponse dans pierreseche.com, sinon vous avez la possibilité de consulter l'Atlas linguistique du Languedoc occidental, paru en 1986, ou encore les vocabulaires contenus dans le volume Languedoc-Roussillon du Corpus de l'architecture rurale française paru en 1994. Pour l'Hérault, il y a l'article d'André Cablat, L'architecture rurale en pierre sèche de l'Hérault : cabanes de bergers, d'agriculteurs et de charbonniers, dans L'architecture rurale en pierre sèche, t. 2, 1978, pp. 41-68, en part. pp. 62-63. Pour les Pyrénées-Orientales et l'Aude, Anny de Pous n'est pas fiable. Cordialement, --Elnon (discuter) 19 avril 2015 à 20:36 (CEST)

Voilà, c'est gagné ![modifier | modifier le code]

Bonjour. Et voilà, c'est gagné ! Bien cordialement. AntonyB (discuter) 19 avril 2015 à 10:58 (CEST)

Notification AntonyB : Voilà une bonne nouvelle ! Votre concours a été décisif, mais que de travail il a fallu abattre pour relever le niveau de la page à partir des maigres ressources diponibles ! Le résultat ne dépare pas WP en tout cas. Un grand merci à vous et très cordialement. --Elnon (discuter) 19 avril 2015 à 19:58 (CEST)