Discussion:Distribution Linux

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Définition[modifier le code]

Dans l'avant-dernier paragraphe de la définition, il est stipulé : «Toutefois, pour respecter l'esprit du Libre et se conformer aux exigences des licences utilisées par ces logiciels, les entreprises qui éditent ces distributions les rendent disponibles par téléchargement sans frais.»

Je pense que cette phrase prête à confusion. C'est le terme 'les' qui est imprécis (distributions ou logiciels ?). Je propose la reformulation suivante : «Toutefois, pour se conformer aux exigences des licences utilisées par ces logiciels, les entreprises qui éditent ces distributions commerciales acceptent de mettre à disposition les sources des logiciels sans frais supplémentaires.»

Si on remplace le terme 'les' par distributions et c'est ce que j'avais compris initialement, on peut comprendre que les distributions commerciales doivent rendre publiques une version de leur distribution. Or il ne s'agit que de rendre accessible le source des logiciels libres et pas nécessairement la distribution en elle-même comme un tout. Je lance le débat avant d'entreprendre la modification en réel. Pvincent ([[Discussion utilisateur:Pvincent|d]]) 9 septembre 2011 à 15:29 (CEST)[répondre]

Gnu et Linux[modifier le code]

Il est clair que toutes les «distributions Linux» sont en fait des «distributions Gnu/Linux». Je trouve que le titre de l'article devrait donc être «distributions Gnu/Linux» et rediriger les requetes «distributions Linux» vers «distributions Gnu/Linux» ... Si quelqu'un sait faire, qu'il s'en charge s'il lui plait.

Pour la même raison l'introduction à l'article est mauvaise : « Une distribution Linux (parfois appelée distribution GNU/Linux pour faire référence aux bibliothèques et logiciels du projet GNU) est un ensemble cohérent de logiciels (la plupart étant des logiciels libres) assemblé autour du système d'exploitation Linux. »

C'est pourquoi je la modifie pour : « Une distribution Gnu/Linux (trop souvent appelée distribution Linux pour des raisons historiques et populaires) est un ensemble cohérent de logiciels libres issus du projet de système d'exploitation libre Gnu initié par Richard Stallman, et doté d'un noyau linux. Chaque distribution (distro pour les intimes) est fournit avec une sélection de logiciels issus de divers projets (firefox par exemple est souvent choisit comme navigateur internet) ou créés directement par la communauté de la distribution.»— Le message qui précède, non signé, a été déposé par Psychosmose (discuter), le 14 mai 2009 à 02:36:Bonjour. Cette question a déjà été débattue sur Linux (aka GNU/Linux) et sur Linux ou GNU/Linux. Àmha, relancer le débat n'a pas d'intérêt direct ici ; il vaut mieux réorienter le lecteur sur un de ces deux articles (et même plutôt le deuxième). La redirection Distribution GNU/Linux existe déjà.:Ta nouvelle intro ne me satisfait pas ; elle laisse penser que Richard Stallman est le père de toute les distros, ce qui n'est pas vrai : il a lancé un projet qui a développé des outils systèmes qui ont été mise en œuvre par la suite sur des noyaux linux par d'autres personnes. On n'a pas besoin de Richard Stallman pour expliquer le mot "distro" (c'est de l'artillerie lourde ;), un lien sur GNU et Linux ou GNU/Linux suffit, àmha. La partie sur les paquets est abordée juste en dessous. Je vais donc annuler tes modifications et modifier l'introduction pour introduire l'article Linux ou GNU/Linux. Romainhk ([[Discussion Utilisateur:Romainhk|QTx10]]) 14 mai 2009 à 13:37 (CEST)[répondre]

Francisation[modifier le code]

Est-ce que le terme de "CD vif" est officiel ? Parceque je trouve qu'il ne retranscrit vraiment pas la connotation de LiveCD, live étant plutôt traduit par "en-direct" en français. Là on a un peu peur que le CD, pardon Cédérom ^^, nous saute à la tête.

Le terme « CD vif » est effectivement mal choisi (mauvaise traduction littérale) et n'est utilisé que par une poignée de francophiles intégristes... par voie de conséquence, je suis pour l'utilisation de « LiveCD » jusqu'à ce qu'on aie trouvé mieux et consensuel. Nÿco 24 août 2005 à 10:56 (CEST)[répondre]
'vif' est àmha bien choisi car 'LiveCD' procède à mon sens d'un mix entre deux sens de 'live' :
under voltage.")
  • 'live' repris en français (en-direct)
or 'vif' traduit fort bien l'ensemble de ces acceptions. j'attends avec impatience les autres propositions (autres qu'un emprunt). je ne suis pas hostile à un emprunt et l'anglais me pose vraisemblablement tout aussi peu (voire moins) de problème qu'à n'importe qui ici. bottomline: 'CD vif' ne vous plaît p-e pas, ce qui est acceptable, ms n'est jusqu'à plus convaincante démonstration ni 'mal choisi' ni 'mauvais', d'autant qu'il est a priori plus explicite, pr les francophones, que 'LiveCD' Natmaka 24 août 2005 à 16:56:39 (CEST)
Je pense que pour un francophone ne connaissant pas Linux (sinon il y a des chances pour qu'il ait entendu le terme LiveCD hors de Wikipédia ) "CD vif" n'a pas plus de sens que "LiveCD", "LiveCD" qui est d'ailleurs le titre de la page ou redirige le lien. Ahma la traduction "actif - alimenté" ne colle pas très bien ici. Je pense que "en-direct" traduit mieux Live dans ce contexte car un LiveCD ne requiert pas d'installation il permet donc une utilisation instantanée, "en-direct".
C'est assez incohérent car au dessus le titre de section est 'Distribution Live' et pas 'Distribution Vive'.
Dans le même style que courriel, pourquoi pas le CDirect ? (Bon d'ac c'est pas sur que quelqu'un veuille utiliser mon mot ^^)
Au Québec, le terme officiel pour Live CD est CD-ROM autonome ou cédérom autonome. Mathieu1986 12 janvier 2006 à 20:05 (CET)[répondre]
itinérant? mobile? nomade?... ou alors fugace que je trouve assez "pouétique"... FransWouah (d)

Base de ubuntu[modifier le code]

De ce que je sais ubuntu est basé sur une debian sid et non de la branche stable.

effectivement : corrigé Sub 20 juillet 2006 à 17:26 (CEST)[répondre]

séparer la section liste de distribution ?[modifier le code]

je propose de mettre cette section dans un article séparé

qu'en pensez vous ?      epsy avec une minuscule ;) 10 août 2006 à 22:59 (CEST)[répondre]

Pour ! Il faudrait en même temps résumer les résumés des distribs qui ont déjà leur article.
Yolan Chériaux, le 10 août 2006 à 23:08 (CEST)[répondre]
Pour aussi, ca remonte a longtemps cette idee, alors si personne est contre, je pense le faire bientot. "et puis je trierai aussi par ordre alphabétique (le plus neutre quoi) pcq la c'est un beau bordel
ok c'est fait, l'article est Liste des distributions Linux, et j'ai un peu changé la partie "Principales distributions" sur l'article ici. Badock 17 avril 2007 à 16:54 (CEST)[répondre]
chez moi sur mon poste de travail à mon boulot le texte de ton tableau débute sur la ligne verticale, c'est pas très très beau... et comme je suis nul en syntaxe wiki et que je voudrais pas tout saloper...FransWouah (d)

stabilité[modifier le code]

Je me suis permis de modifier la section sur gentoo dans le paragraphe sur la stabilité. Après avoir utilisé Suse pendant des années, je n'utilise aujourd'hui plus que Gentoo et DeMudi. Gentoo est aussi stable que Debian, à la condition d'utiliser les options de configuration recommandées dans le manuel et de n'utiliser les versions instables des programmes que quand l'on veut avoir la tout dernière version. Comme tout est compilé depuis les sources sous gentoo, cela ne pose aucun problème de mélanger un système stable et d'installer tel ou tel programme en version instable, et c'est la bonne façon de procéder.

Le problème n'est pas gentoo, mais certains utilisateurs qui ne suivent pas les conseils de la doc et font n'importe quoi, comme utiliser des CFLAGS système comme -O3 -fastmath -killmygentoo. Un utilisateur averti résèrvera ce genre de configuration pour certains programmes, et dans ce cas il fera du profilage à la compilation pour être sur de son coup et déterminer les meilleurs flags pour un programme particulier.

Quand à Debian, Debian stable est la plus stable des distros, Debian etch est aussi stable que la plupart des autres distros comme suse ou RH, et testing et à réservé aux utilisateurs avertis, mais n'en est pas moins stables pour eux.

Juste pour vous donner une idée de la stabilité de Gentoo, alors que j'écris ces lignes, je suis dans un chroot dans lequel j'ai lancé X et entre autre Firefox, tout cela avec un kernel temps réel, c'est à dire expérimental. J'ai donc deux système X qui tournent en parallèle et en même temps, chacun d'eux sur une installation différente de Gentoo, et j'ai démarré cette session chroot ce matin. Pour changer de session X, je fais simplement un ctrl-alt-f7 ou f8. Cela me permet de finaliser une nouvelle install tout en continuant de travailler avec l'ancienne quand le programme que je veux utiliser n'est pas encore installé dans la nouvelle install. A bon entendeur... --Dominique Michel 7 septembre 2006 à 23:15 (CEST)[répondre]

Je suis moi même utilisateur entre autres de Debian et de Gentoo. Il me semble utile de préciser que la stabilité de Debian stable ne peut pas être comparée avec celle de Gentoo. Le cycle de développement plus long de Debian garantit par définition plus de tests, et moins de bugs. D'autre part tu parles de Etch et de Testing, pourtant à ce jour ce sont les mêmes distribs, tu parles donc probablement de la branche Unstable de Debian, qui elle contient les derniers paquets. Certes Testing est 100% utilisable (Unstable aussi dans une moindre mesure), c'est d'ailleurs ce que je fais, mais parler de stabilité, ou conseiller ça à des utilisateurs débutants, non, qu'ils se tournent vers Ubuntu, qui part des paquets Debian et les corrige pendant 6 mois. Etch n'est pas équivalent à RH ou Suse, il y a souvent des incompatibilités de paquets, et la stabilité ne se mesure heureusement pas qu'à pouvoir ouvrir deux pipelines graphiques dans deux chroot différents, mais aussi à une maturité, une cohérence et une homogénéité du système. Ceci dit personne ne remet en question les performances de Gentoo, mais vu le nombre d'updates par semaines cela indique forcément que les paquets sont moins testés que sur une distrib estampillée stable. Grimko
Acte, c'est effectivement ä unstable que je faisais référence.en parlant de testing. Par contre, quand je compare etch avec suse ou redhat, je compare la stabilité et rien d'autre. Quand à leur compatibilité, ils n'utilisent pas le même système de paquet et je ne vois pas comment, même si dans certains cas il est possible d'installer un rpm sous debian ou un deb sous suse ou redhat, on peut parler de compatibilité. Enfin, au sujet de la cohérence du système, je trouve un système gentoo plus cohérent qu'un debian ou une distribution rpm. Ceci parce que les dépendances des programmes sont les programmes installés dans l'ordinateur et pas des paquets compilés téléchargés depuis des serveurs distants. Je n'ai jamais eu de problème de dépendances insolvables sous gentoo alors que cela a été une des raisons principales pour lesquelles j'ai arrêter d'utiliser suse, dés que tu rajoutes des serveurs autres que celui de suse, les problèmes de dépendances commencent. Et en cas d'upgrade majeur (comme passer d'une version de suse à l'autre), tu te retrouves généralement en train de re-formater et de perdre ainsi toutes tes préférences. Debian est un mieux pour cela, mais il n'arrive pas à la hauteur de gentoo. Ceci dit, je n'ai jamais remis en cause le fait que gentoo est une distribution pour utilisateur averti ou souhaitant le devenir. --Dominique Michel 29 mars 2007 à 18:30 (CEST)[répondre]

Pub[modifier le code]

J'ai tenté un modèle pour identifier d'un coup d'oeil d'où viens la distribution et où elle vas, du moins par rapport aux distributions parente ou anciennement parente, et il donne ça {{parenté distribution}} pour ceux que ça inspire. ;-) 5 février 2007 à 19:33 (CET)[répondre]

Binaire ou source[modifier le code]

Il est dit: "L'un des intérêts avancés pour les utilisateurs d'une distribution source est que théoriquement, les programmes compilés sur la même machine que celle sur laquelle ils seront exécutés seront plus rapides - cette théorie n'est cependant pas appuyée de façon significative par le benchmarking."

Je trouve personnellement qu'il faudrait relativiser car la vitesse d'exécution d'un programme dépend de beaucoup de facteurs. Sous linux, le kernel peut jouer un grand rôle. Ainsi, avec un kernel optimisé pour un serveur, un bureau comme gnome ou kde ne sera pas très réactif. J'ai pu constater dans le même ordinateur équipé de Demudi/Agnula et gentoo avec des kernel très semblables et le même bureau que la différence de vitesse de la plupart des applications est marginale quand elle existe. Par contre, pour des monstres comme open-office, il y a un très net avantage pour la version compilée depuis les sources, laquelle se lance deux fois plus vite et est plus réactive tout en étant d'une stabilité exemplaire. Le hic, c'est qu'elle prend plus de 12 heures à se compiler avec un P4 à 2,4GHz. Heureusement, il n'y a pas souvent des updates de ce programme.--Dominique Michel 29 mars 2007 à 18:46 (CEST)[répondre]

Captures d'écran[modifier le code]

Les captures d'écran en bas de l'article sont pour la plupart périmées : Fedora 8, Mandriva 2008 et Ubuntu 7.10 sont déjà sorties. Ce cerait bien de les mettre à jour (je suis sous Debian Etch, donc je peux pas aider moi-même, désolé :-s)

Ces images existes déjà sur commons: en général. J'ai mis à jour les captures sur fedora et ubuntu (celles sur Mandriva ne sont pas géniales). Romainhk (QTx10) 6 février 2008 à 16:37 (CET)[répondre]

Linux est un noyau, pas un OS.[modifier le code]

Une remarque à propos de la première phrase :

Une distribution Linux (ou distro, distrib), appelée aussi distribution GNU/Linux pour faire référence aux bibliothèques et logiciels du projet GNU, est un ensemble cohérent de logiciels (la plupart étant des logiciels libres) assemblés autour du système d'exploitation Linux.

Un ensemble de logiciels autour du noyau Linux. Linux est un noyau (kernel en anglais). Avec le projet GNU il forme un système d'exploitation GNU/Linux. Si on ajoute d'autres logiciels et l'identité d'une communauté, on obtient une distribution GNU/Linux.

✔️ Fait. Bien vu. Romainhk (QTx10) 30 novembre 2010 à 10:39 (CET)[répondre]

Fusion abandonnée distribution GNU et distribution Linux[modifier le code]

recopié depuis Wikipédia:Pages à fusionner

Il me semble que les deux articles parlent du même sujet. Silex6 (d) 2 septembre 2012 à 19:28 (CEST)[répondre]

  1. Contre pour les raisons invoquées ici ((suppression du bandeau fusion non pertinent et ajout du bandeau "Admissibilité") (#!genium ) 2 septembre 2012 à 19:34 (CEST)[répondre]
    Le bandeau proposition de fusion doit être conservé tant que la procédure est ouverte, je l'ai donc remis...--Silex6 (d) 2 septembre 2012 à 19:38 (CEST)[répondre]
  2. Contre Absolument rien à voir. — Arkanosis 2 septembre 2012 à 19:45 (CEST)[répondre]
    Juste histoire de combler un peu ma totale incompétence en la matière Clin d'œil, quelle est la différence entre une distribution GNU/Linux et une distribution GNU/Hurd, mis à part le kernel ? et quelle est le niveau de compatibilité ? est-ce que les logiciels pour GNU/Linux fonctionnent tous sur GNU/Hurd ?--Silex6 (d) 2 septembre 2012 à 20:29 (CEST)[répondre]
    Ben, une distribution GNU/Linux est un système monolithique construit autour du noyau Linux alors qu'une distribution GNU/Hurd est un système à micro-noyau construite autour des composants Hurd (un ensemble de serveurs) et d'un micro-noyau (Mach, par exemple, le même que dans MacOS X). Bon d'accord, dit comme ça, ça n'éclaire pas beaucoup Mort de rire. Ce qui définit une distribution GNU/Linux, c'est d'utiliser le noyau Linux, avec tout ce que cela implique : architecture du système, pilotes et support matériel, standards plus ou moins respectés comme la LSB… Retirer le noyau Linux, c'est balayer tout ça. Si on le remplace par un noyau monolithique comparable, par exemple celui de FreeBSD (cf. Debian GNU/kFreeBSD) ou par une architecture complètement différente (et c'est le cas de celle du Hurd), ce qui reste inchangé, c'est grosso-modo l'userland, qui varie déjà fortement entre

les différentes distributions. En gros, il n'y a plus de « sujet » d'article puisque tout est différent.

  1. Comme j'ai peur de n'avoir pas été super clair : ma vision est que les articles Distribution Linux et Distribution GNU sont des articles détaillés des l'article Linux et GNU ; le premier pleinement justifié par sa taille ; le second peut-être un peu prématuré.
    Au niveau de la compatibilité, ce n'est pas parfait : Hurd est encore expérimental, tout ce qui dépend de Linux ne peut fonctionner qu'avec une couche d'émulation… Mais la compatibilité n'est pas forcément un bon indicateur : on peut faire tourner des binaires pour Linux sur FreeBSD et il suffit parfois d'une version de la GLibc différente pour qu'un binaire pour Linux ne fonctionne pas sur un Linux différent que celui pour lequel il a été conçu.
    Amicalement — Arkanosis 2 septembre 2012 à 21:27 (CEST)[répondre]
    Merci pour ces précisions techniques. Si j'ai bien compris Linux n'a pas plus de points commun avec Hurd qu'il n'en a avec d'autres OS de type Unix, si ce n'est que ce sont deux distributions développés par GNU. Maintenant du point de vue encyclopédique, si je me tourne sur le contenu de l'article Distribution Linux, qui est bien mieux fourni, je constate qu'il parle de deux sujets: 1: il explique le sens du mot distribution, puis 2: il cite les distributions Linux les plus populaires. Si la partie 1 peut être copiée / collée dans l'article Distribution GNU (en remplaceant le mot Linux par Hurd), il n'en va pas de même pour la partie 2, et, vu le caractère expérimental de Hurd, je doute qu'il y aie de grande quantité de sources sur le sujet...--Silex6 (d) 2 septembre 2012 à 22:38 (CEST)[répondre]
    « Si j'ai bien compris Linux n'a pas plus de points commun avec Hurd qu'il n'en a avec d'autres OS de type Unix » : je crois que tu l'as formulé de façon beaucoup plus claire et concise que moi Clin d'œil. Petite correction : Linux ne fait pas partie du projet GNU, Hurd si (on parle de GNU/Linux pour désigner un système constitué d'outils GNU et du noyau Linux). Pour les sources, elles ne doivent pas manquer pour Hurd, qui est à la fois emblématique et fort ancien (plus que Linux) ; pour les distributions basées sur Hurd en revanche, elles doivent être bien plus rares si on ne tient pas compte de celles qui ciblent uniquement une distribution en particulier. À vérifier. Amicalement — Arkanosis 3 septembre 2012 à 00:12 (CEST)[répondre]
    En bref : Linux est un UNIX, Hurd est aussi un UNIX, sinon Linux et Hurd n'ont pas grand chose à voir. Pas plus de rapport entre Linux et Hurd qu'entre Linux et Mac OS X, par exemple. Techniquement, Linux a un noyau d'un seul tenant alors que Hurd a un micro-noyau, ce qui n'est d'ailleurs pas à 100 % vrai, puisque certaines versions de Linux ont un micro-noyau. Je ne sais pas du tout si Hurd est encore développé ni s'il est utilisé, on en entend assez peu parler. --MathsPoetry (d) 3 septembre 2012 à 11:33 (CEST)[répondre]
  2. Contre, mais ↳Renommer Renommer Distribution GNU en Distribution Hurd, en admettant qu'il en existe au moins une, bien sûr. --MathsPoetry (d) 3 septembre 2012 à 08:27 (CEST)[répondre]
    Le système GNU existe indépendamment du choix du micronoyau ; le sujet de l'article n'est pas la distribution du micronoyau, cette tâche imcombe au projet Hurd ;) Il est possible de construire son système GNU from scratch mais l'objet d'une distribution vise à soulager l'utilisateur en s'occupant de cette lourde tâche. La question d'une distribution GNU officielle, dans le cadre du projet GNU, s'est récemment posée sur le choix ou le développement d'un gestionnaire de paquets... L'article est encore prématuré puisqu'il n'existe que 2 distributions GNU, je ne m'opposerai pas à sa suppression bien qu'il soit utile à la compréhension du sujet... (#!genium ) 3 septembre 2012 à 16:24 (CEST)[répondre]
  3. Contre suite à la discussion ci-dessus. Je propose d'examiner le potentiel d'amélioration de l'article Distribution GNU (en particulier le point 2 de la discussion ci-dessus), et si il n'y en a pas, de supprimer l'article et remplacer les liens vers cet article (il y en a pas beaucoup) en des liens vers Distribution#Informatique.--Silex6 (d) 3 septembre 2012 à 10:13 (CEST)[répondre]

Distribution GNU (h · j · ) : 6 révisions sur 2 ans
Distribution Linux (h · j · ) : 917 révisions sur 10 ans
La fusion des 2 historiques entraînera 5 changements d'articles (1%) sur 923

révisions.

Méthode suggérée pour respecter la licence (en cas de transfert de contenu) : demander une [[Wikipédia:Demande de fusion d'historiques|fusion d'historiques]].

Mandriva Linux =! OpenMandriva LX[modifier le code]

Je voudrais juste signaler que dire qu'Openmandriva est la suite de Mandriva Linux est une erreur. Ce serait bon de supprimer ce détail ou bien de renvoyer vers la page d'openmandriva LX. Recommander une distribution morte n'est pas ... recommandé ! Sourire Filorinwiki ([[Discussion utilisateur:Filorinwiki|discuter]]) 28 mars 2014 à 15:38 (CET)[répondre]

« Programmes commerciaux » et logiciels privateurs[modifier le code]

Dans le schéma de la partie Architecture logicielle d'une distribution, les logiciels privateurs sont nommés Programmes commerciaux, cet adjectif est incorrecte car, par exemple Adobe Flash Player est gratuit et un programme libre peut être un programme commerciale. En plus, le bloc Programmes commerciaux dans le schéma semble vouloir dire que les logiciels privateurs sont nécessaires pour la constitution d’une distribution GNU/Linux.