Diptyque de la Crucifixion et du Jugement dernier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diptyque de la Crucifixion et du Jugement dernier.

Le Diptyque de la Crucifixion et du Jugement dernier est un diptyque attribué au peintre flamand Jan van Eyck. Sa date de réalisation reste imprécise et sujette à débat ; si la technique picturale utilisée et les costumes représentés attestent d'une probable réalisation de l'œuvre au début des années 1430, certains historiens évoquent pour celle-ci le début des années 1420[1].

Le tableau est composé de deux panneaux verticaux; le panneau de gauche représente la Crucifixion de Jésus de Nazareth tandis que le panneau de droite fait référence au jour du jugement.

Le Metropolitan Museum of Art de New York en a fait l'acquisition en 1933.

Sur ce tableau dans la partie supérieure, du panneau de la crucifixion, nous apercevons le Christ en croix entouré des deux larrons se distinguant sur fond de ciel bleu. Au troisième plan nous avons une vue panoramique on l’on peut apercevoir la ville de Jérusalem. L’ un soldats perce le côté droit du Christ tandis qu’une foule aux expressions multiples est rassemblée à ses pieds, a pieds et à cheval, vêtus à la manière des contemporains de l’artiste ou parfois à l’orientale. Certaines personnes sont venues assister au « spectacle »il discutent entre eux ce qui procure un certain dynamisme à la composition. Seul le centurion, monté sur son cheval blanc regarde le christ. Au premier plan, l’atmosphère est au contraire à la désolation avec la présence de femmes agenouillées en pleurs. Jean l’Evangéliste supporte la Vierge Marie, alors qu’à sa droite, Marie-Madeleine vêtue d’une robe verte et  avec de long cheveux roux, lève la tête et les bras dans un geste douloureux. Elle est la seule femme à regarder directement le Christ, incitant le spectateur à en faire de même.

Le second panneau illustrant le Jugement Dernier représente en partie supérieure le Christ en Majesté entouré de la Vierge et de saint Jean, puis des anges, des saints, des apôtres, du clergé et des notables. Au centre, se dresse l’archange saint Michel au-dessus d’une allégorie de la mort. Derrière lui, des damnés sont en train de tomber en enfer. Ils rejoignent alors la partie inférieure, scène infernale où les condamnés sont dévorés par des démons. L’iconographie riche et complexe de ces deux panneaux composés de multiples scènes appelle le spectateur à réfléchir au « passage du péché et de la mort vers le Jugement et le Salut ». Le Jugement est inévitable mais le tableau du Jugement Dernier rappelle l’espoir d’être sauvé[2].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]