Léal Souvenir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Léal Souvenir (Tymotheos)
Jan van Eyck - Léal Souvenir - National Gallery, London.jpg
Artiste
Date
1432
Type
portrait
Technique
huile sur panneau de chêne
Dimensions (H × L)
33.3 × 18.9 cm
Mouvement
Localisation
Numéro d’inventaire
NG290

Léal Souvenir[1] (ou Timotheos ou Portrait d'un homme) est un portrait de petites dimensions (33,3 × 18,9 cm), daté de 1432 et réalisé sur panneau de bois par le peintre primitif flamand Jan van Eyck. Le panneau a été acquis par la National Gallery de Londres en 1857, où il est exposé depuis cette date[2].

Le personnage est situé devant la représentation d'un parapet en grisaille qui contient trois lignes d'inscriptions, chacune peinte comme si elle avait été gravée au ciseau dans la pierre[3]. Van Eyck ne maîtrisait pas totalement le grec ancien ni le latin et commet des erreurs manifestes, ce qui fait que les lectures modernes de ces inscriptions sont loin de susciter l'unanimité. La première, en lettres grecques, semble devoir se transcrire « TYΜ.ωΘΕΟC », ce qui n'a pas été interprété de façon pleinement satisfaisante, mais a inspiré le titre que certains donnent au tableau, Thimotheos, ou Timotheus. L'inscription médiane, en français, se lit « LEAL SOUVENIR » (Souvenir fidèle), ce qui désigne un portrait commémoratif, peut-être un portrait-épitaphe[4] achevé après la mort du modèle. La troisième inscription mentionne la signature de van Eyck et la date de l'exécution de l'œuvre, en des termes s'inspirant du jargon juridique: « Actu[m] an[n]o d[omi]ni.1432.10.die ocobris.a.ioh[anne] de Eyck» (« Ceci a été fait en l'an de notre Seigneur 1432, le 10 d'octobre, par Jan van Eyck »), ce qui incite certains à en déduire la profession de l'homme représenté[4].

Le modèle n'est pas identifié, mais les choix de représentation suggèrent plus une personne réelle qu'un hypothétique type idéal, comme cela pouvait être le cas dans d'autres portraits de la Renaissance du Nord[5]. Il y a en effet une contradiction entre l'apparence modeste et l'expression du modèle, parfois décrit comme « simple et rustique », mais représenté dans une attitude pensive, tournée vers l'intériorité. Un certain nombre d'historiens d'art a mis en avant son air mélancolique, peut-être, comme le suggère Erwin Panofsky, celui d'un solitaire rêveur et inspiré[6].

Le modèle devait être une personnalité suffisamment importante du cercle de la cour de Bourgogne du prince Philippe le Bon pour qu'un peintre de cour fasse son portrait à la manière antique. L'historien d'art du XIXe siècle Hippolyte Fierens-Gevaert a rapproché l'inscription « TYΜ.ωΘΕΟC »[7] du nom du musicien grec antique Timothée de Milet. Panofsky aboutit à la même conclusion, après avoir éliminé les autres Grecs portant le nom de Timothée — religieux ou militaires, exerçant par conséquent des professions ne correspondant pas à l'habit du personnage peint —, et penche pour un musicien haut placé à la cour de Philippe, vraisemblablement Gilles Binchois[6]. Des recherches plus récentes écartent cette hypothèse, notamment en raison du fait qu'aucun attribut ne désigne explicitement un musicien[8], et se concentrent sur la formulation juridique des inscriptions pour privilégier l'idée selon laquelle l'homme aurait pu être un conseiller juridique de la couronne[9], peut-être même en rapport avec van Eyck lui-même[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La peinture est habituellement désignée par l'expression Léal Souvenir, bien que l'inscription, en capitales, ne comporte pas de signe diacritique
  2. (en) Cartel en ligne de Portrait of a Man ('Léal Souvenir'), National Gallery. Page consultée le 10 février 2015
  3. Panofsky 2003, p. 354
  4. a et b Borchert 2008, p. 36
  5. Smith 2004, p. 42
  6. a et b Panofsky 2003, p. 356
  7. a et b Paviot 1995, p. 212
  8. Dhanens 1980, p. 184
  9. Wood 1978, p. 650

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Erwin Panofsky (trad. Dominique Le Bourg), Les Primitifs flamands [« Early Netherlandish Painting »], Hazan, (1re éd. 1953) (ISBN 285025903-9), chap. VII (« Jan van Eyck »), p. 354-56
  • (en) Wendy Wood, « A new identification of the sitter in Jan van Eyck's Tymotheus portrait », The Art Bulletin, vol. 60, no 4,‎
  • (en) Elisabeth Dhanens, Hubert and Jan van Eyck, New York, Tabard Press, (ISBN 0-914427-00-8)
  • (en) Guy Bauman, « Early Flemish Portraits 1425–1525 », The Metropolitan Museum of Art Bulletin, vol. 43, no 4,‎
  • (en) Jacques Paviot, « The Sitter for Jan van Eyck's 'Leal Sovvenir », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, vol. 58, no 4,‎
  • (en) Lorne Campbell, The Fifteenth Century Netherlandish Paintings, Londres, National Gallery, (ISBN 0-300-07701-7)
  • (en) Jeffrey Chipps Smith, The Northern Renaissance, Londres, Phaidon, (ISBN 0-7148-3867-5)
  • Till-Holger Borchert, Van Eyck, Cologne, Taschen, (ISBN 978-3-8228-5686-4), p. 34-35