Diligente (canonnière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Diligente[1]
Type Canonnière
Ravitailleur d'hydravion
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Chantier naval Arsenal de Brest
Lancement 1916
Statut démantelé
Équipage
Équipage 54 officiers et hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 66,40 m
Maître-bau 7,01 m
Tirant d'eau 2,80 m
Déplacement 315 tonnes
Propulsion Mazout
deux moteurs Diesel Sulzer
Puissance 1 260 ch
Vitesse 14,5 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 canons de 100mm/45 modèle 1897
mitrailleuses de 8 mm
Grenadeur, mortier et grenades ASM
Rayon d'action 3 000 milles à 10 nd

La Diligente est une canonnière de la classe Friponne lancée en 1916 et active dans la marine française de 1916 à 1945.

Construction[2],[3][modifier | modifier le code]

La Diligente est issue d'un programme de guerre, constitué d'une série de huit canonnières, armées de deux canons de 100 mm, de mitrailleuses anti-aériennes et de grenades anti-sous-marines. La Diligente est mise sur cale à l'arsenal de Brest avec ses sister-ships Engageante , Impatiente, Mignonne et Surveillante, puis est lancé en 1916.

Descriptif[modifier | modifier le code]

Le navire présente une coque fine et élancée à proue droite, avec un rouf placé au centre. La passerelle de navigation est installée à l'avant de cette superstructure, cernée par deux mats. Le mat avant supporte un nid-de-pie et n'est pas aligné sur l'axe du navire. Cette disposition perturbe la visée et la détermination d'un cap pour un navire adverse. Elle participe des procédés destinés à leurrer les équipages des U-Boot, tel que le camouflage Dazzle ou les bateaux pièges Q-ships camouflés en navires marchands. Le navire est propulsé par deux moteurs Diesel Sulzer à deux temps [4]. Cet ensemble permet d'atteindre une vitesse de 14,5 nœuds.

Carrière[5][modifier | modifier le code]

La Diligente entre en activité dans la Marine nationale en 1916.

Escorteur[modifier | modifier le code]

La Diligente avec les canonnières la Bouffonne, la Friponne et le Bellatrix, portent assistance le 2 novembre 1916 à l'aviso Rigel, torpillé au large des Baléares par l'U-35, commandé par Lothar von Arnauld de La Perière [6]

La canonnière est affectée en 1917 à la Division de Bretagne, puis en 1919 au polygone naval de Graves. Elle y sert à la formation pratique sur moteur diesel à deux temps des officiers mécaniciens[7].

Elle est versée en 1924 aux flottilles des côtes Sud de la France et basée à Toulon [8]. Elle effectue des exercices avec le sous-marin Dupetit-Thouars en avril 1924 et la surveillance des pêches sur les côtes de la Corse en 1933[9].

La Diligente patrouille la zone des Baléares en 1937, au cours de la guerre civile espagnole [10].

Elle opère sur les côtes atlantiques en 1938, au cours d'exercices dans le goulet de Brest avec des sous-marins le 8 mars[11], ou en remplacement de l'Austral à Rochefort en avril[12].

Ravitailleur d'hydravion[modifier | modifier le code]

La Diligente reçoit en 1939 un nouveau rôle, ravitailleur d'hydravions[13]. Elle est basée à Dunkerque avec les Forces maritimes du Nord[14].

Elle ravitaille les troupes françaises impliquées dans la Bataille des Pays-Bas et la manœuvre Dyle Breda. Le 12 mai 1940, amarrée à Flessingue, elle subit un bombardement allemand. Un camion-citerne situé à proximité est soufflé par les explosions et vient s'encastrer dans la passerelle[15]. Elle doit rentrer à Dunkerque dans cet état. Une bâche placée sur le véhicule de couleur rouge évite le repérage par l'ennemi.

La Seconde guerre mondiale et les Forces Navales de la France Libre[modifier | modifier le code]

La Diligente se rend en Grande-Bretagne, où elle est saisie le 3 juillet 1940 à Portsmouth par la Royal Navy. Elle est armée par les Forces navales françaises libres (FNFL) comme bâtiment-base et amarrée à Cowes, un port de l'Île de Wight.

Le navire est rapatrié à Cherbourg en remorque le 28 septembre 1945 et vendu à la démolition le 27 décembre 1946.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Gardiner, Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921), Conway Maritime Press, Londres, vol. 2, 1985, p. 225-226 ; Fighting ships of the world, FRENCH NAVY (FRANCE), ESCORTS, FRIPONNE 2nd class avisos (ASW gunboats) (1917- 1918) - [1]
  2. P. Vincent-Bréchignac et Henri Le Masson, Les Flottes de combat 1940-42, ed. Challamel, 1942, p. 47
  3. (en) « Fighting ships of the world, FRENCH NAVY (FRANCE), ESCORTS, FRIPONNE 2nd class avisos (ASW gunboats) (1917- 1918) »
  4. Ministère de la marine et des colonies, Bulletin officiel de la Marine, 1922/01 (N1,T145)-1922/06 (N20,T145), Imprimerie nationale (Paris), p.707, "Il en sera de même pour les sorties à la mer à bord des sous-marins de la flottille et de la Diligente qui possède deux moteurs Sulzer à deux temps."
  5. Gabriel Adrien Joseph Paul Auphan, Jacques Mordal, La Marine française pendant la Seconde Guerre mondiale, Hachette, 1958, p. 502 ; Michel Bertrand, La marine française au combat, 1939-1945: Du sabordage à la victoire, C. Lavauzelle, 1983, p. 216 ; ALAMER, Mémoire des Équipages des marines de guerre, commerce, pêche & plaisance de 1939 à 1945. DILIGENTE - canonnière - Classe «FRIPONNE»-[2]
  6. Commandant Émile Vedel, Sur nos fronts de mer, 1918, Paris, Plon-Nourrit et Cie, p. 244
  7. Ministère de la marine et des colonies, Bulletin officiel de la Marine, 1922/01 (N1,T145)-1922/06 (N20,T145), Imprimerie nationale (Paris), p.706-707, "Il en sera de même pour les sorties à la mer à bord des sous-marins de la flottille et de la Diligente qui possède deux moteurs Sulzer à deux temps."
  8. L'Ouest-Éclair, 1925/03/21, n°8555, p. 7, 1933/12/13, n°13551, p. 13 ; Le Yacht : journal de la navigation de plaisance, Paris, 1928/07/21, v. 46, n°2365, p. 367
  9. L'Ouest-Éclair, 1933/12/13, n°13551, p. 13
  10. L'Ouest-Éclair, 1937/04/23, n° 14776, p. 10, 1937/06/22, n° 14835, p. 10, 1937/06/23, n° 14836, p. 11, 1937/11/09, n° 14975, p. 8
  11. L'Ouest-Éclair, 1938/03/09, n° 15095, p.9
  12. L'Ouest-Éclair, 1938/04/03, n° 15120, p.9
  13. L'Ouest-Éclair 1939/03/08, n° 15458, p.10
  14. Gabriel Adrien Joseph Paul Auphan, Jacques Mordal, La Marine française pendant la Seconde Guerre mondiale Hachette, 1958, p. 502 ; Michel Bertrand, La marine française au combat, 1939-1945: Du sabordage à la victoire, C. Lavauzelle, 1983, p. 216
  15. Alain Le Grand, Alain Le Berre, La Bretagne à l'épreuve : 1939-1940, Sarre, Flandres-Dunkerque, été 1944, la chevauchée américaine, objectif Brest, Éditions Daoulan, 1992, p. 276

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Vincent-Bréchignac et Henri Le Masson, Les Flottes de combat 1940-42, ed. Challamel, 1942, p. 47
  • Gabriel Adrien Joseph Paul Auphan, Jacques Mordal, La Marine française pendant la Seconde Guerre mondiale, Hachette, 1958, p. 502
  • Michel Bertrand, La marine française au combat, 1939-1945: Du sabordage à la victoire, C. Lavauzelle, 1983, p. 216
  • Robert Gardiner, Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921), Conway Maritime Press, Londres, vol. 2, 1985, p. 227.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

À voir[modifier | modifier le code]

  • ALAMER, Mémoire des Équipages des marines de guerre, commerce, pêche & plaisance de 1939 à 1945. DILIGENTE - canonnière - Classe «FRIPONNE»-[3]
  • Fighting ships of the world, FRENCH NAVY (FRANCE), ESCORTS, FRIPONNE 2nd class avisos (ASW gunboats) (1917- 1918) - [4]
  • Lemairesoft, La Diligente - [5]
  • Forum ATF 40, Le 12 mai 1940, une anecdote originale - [6]

Images[modifier | modifier le code]

icône image Images externes
Vues d'un camion écrasé dans la passerelle de la Diligente
http://ecole.nav.traditions.free.fr/celebres/diligente2.jpg
http://ecole.nav.traditions.free.fr/celebres/diligente3.jpg
http://ecole.nav.traditions.free.fr/celebres/diligente4.jpg