Digital learning

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La notion de digital learning désigne la présence du numérique dans les contenus de formation, que cette dernière soit en présentiel (en salle) ou en formation en ligne[1]. Elle est directement liée à l’omniprésence des nouvelles technologies dans la société, aussi bien dans la vie personnelle que dans la vie professionnelle.

Ce phénomène influence les comportements de l’ensemble des acteurs de la chaîne d’apprentissage : en amont, les équipes de professionnels spécialisés dans la création, la gestion et la diffusion de formations ; en aval, les salariés et autres partenaires qui sont les apprenants.

Le digital learning apporte avec la numérisation des supports de formation plus d’interactivité dans la formation. La présence de la formation à distance depuis les années 1990 en France contribue largement à l’expansion et l’adoption du digital learning dans les entreprises[2].

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le terme digital est :

  • l'adjectif associé au substantif doigt et emprunté au latin impérial digitalis.
  • un anglicisme souvent repris à l'identique en français, auquel le terme « numérique » doit être préféré d'après l'Académie française.
Le terme digital est souvent associé à l'expression « digitalisation des services » qui traduit la transformation vers les services grâce au numérique (le terme « digital » est improprement utilisé en français, il est calqué de l'anglais).

Le terme learning est :

Il est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, compétences, d'attitudes ou de valeurs culturelles, par l'observation, l'imitation, l'essai, la répétition, la présentation. Il s'oppose, tout en le complétant, à l'enseignement dont le but est surtout l'acquisition de savoirs ou de connaissances au moyen d'études, d'exercices et de contrôles des connaissances.

Définition du Digital Learning[modifier | modifier le code]

Le digital learning symbolise une volonté d’exploiter le numérique de manière globale[3]. Il peut être intégré à toutes les modalités pédagogiques : la formation présentielle, la formation distancielle synchrone ou asynchrone mais également dans tous les types de techniques de formation (expositive, participative, auto-réactive, tutorée, etc.).

L'expression « digital learning » se présente aussi comme une modernisation du terme « e-learning » pour souligner le passage de la formation sur un ordinateur à la formation sur tous supports, y compris les tablettes et les téléphones, qui sont digitaux au sens où on les utilise du bout des doigts, de digitus en latin, « le doigt »[4].

On oppose habituellement le digital learning au e-learning. Le e-learning aux premières pratiques d'utilisation du numérique dans le domaine de la formation sous la forme de modules interactifs utilisés depuis un ordinateur. Le passage au digital learning correspond à l'utilisation complète des outils du numérique au service de l'apprentissage : vidéo, forums... Un parcours de digital learning intègre la possibilité pour les apprenants d'échanger entre eux et avec l'équipe pédagogique, ce que l'on appelle le social learning.

La liste ci-dessous indique de manière non exhaustive la pluralité des modalités pédagogiques possibles où le numérique peut être présent[5] :

Historique[modifier | modifier le code]

2002 à 2007[modifier | modifier le code]

Le marché voit apparaître de nouveaux acteurs, non plus issus du web, mais de la formation[6]. Ces derniers remettent en cause deux principaux postulats. Le premier consiste à dire que ce n’est pas parce que c’est nouveau et moderne que c’est bon sur le plan pédagogique[7]. Le second est que le e-learning ne doit pas être vu comme une modalité de substitution mais comme une modalité différente. Autrement dit, certaines formations doivent être assurées en présentiel et d’autres en e-learning. Ces deux visions vont permettre de donner un nouveau départ au e-learning. En 2005, le e-learning décolle vraiment et fait naître des prestataires de tailles importantes qui démontrent le modèle économique du marché du e-learning.

2008 à 2012[modifier | modifier le code]

Les pédagogues développent une idée qui va finalement s’imposer sur le marché : le e-learning seul est rarement pertinent. En revanche, la combinaison de modalités d’apprentissage au sein d’un dispositif de formation répond à des fondamentaux pédagogiques. L’heure du blended learning ou de la formation mixte a sonné. On ne répond plus à un besoin de formation avec une seule modalité mais en combinant plusieurs[8].

2013[modifier | modifier le code]

Le terme e-learning ne peut plus couvrir à lui seul l’ensemble des techniques de formations numérique actuelles. On parle dorénavant de digital learning. Il correspond à une réelle transition, celle du passage de la technologie comme modalité d’apprentissage à la technologie comme outil intégré au service formation. C’est le passage de l’usage au moyen. Cette vision d’apparence technophile pourrait faire peur aux pédagogues. Au contraire, elle replace définitivement la technologie au niveau des moyens et non de la stratégie pédagogique[9].

Si l’adjonction du mot « digital » au monde de la formation semble nouvelle, il n’en est rien sur bon nombre de secteurs de la vie quotidienne. Dans le marketing, le commerce, la presse ou encore la santé, le mot « digital » symbolise le passage au numérique dans une logique globale et intégrée[10].

Le consommateur achète désormais « blended ». Le prestataire idéal doit ainsi proposer : une boutique en ligne, des magasins physiques, une gestion du compte client en ligne, par carte magnétique, sur son smartphone[11], etc. L’acheteur veut une offre intégrée. Les grandes enseignes ont alors développé l’intégration du numérique de manière cohérente et globale dans l’ensemble de leurs offres.

Dans le secteur de l’audiovisuel, on trouve là aussi une succession d’étapes qui ont conduit à développer une solution numérique intégrée. Les grandes chaînes ont commencé à produire des programmes spécifiques pour le web. Caméras, journalistes, sujets, etc. La logique industrielle du numérique a tout balayé : la télévision est numérique et multicanale (télévision, ordinateur, smartphone, etc.)[12].

Le numérique a révolutionné les usages avec un cheminement similaire. Au bout du compte, tous ces secteurs ont su puiser dans l’intégration du numérique une force qui a su les rendre plus réactifs, plus performants sur leurs métiers. Le numérique a dynamisé ces secteurs. Ils ont dû réinventer l’industrialisation de leur métier, mais en aucun cas, en modifier les fondamentaux. L’outil change et demande de s’adapter, mais les règles de l’art les plus fondamentales n’évoluent que très peu[13].

La force du numérique n’est pas limitée au seul intérêt de l’innovation pédagogique, ce serait limiter l’ampleur de la révolution numérique dans la formation[14]. On ne peut pas faire comme si le commerce en ligne n’avait pas rattrapé le commerce traditionnel et était resté un bastion d’innovation. Le numérique a envahi ce secteur, non pas par la vente en ligne, mais parce que l’efficacité pour l’utilisateur final d’une solution globale est sans commune mesure avec des offres segmentées. Elle permet d’accéder au produit dont on a besoin, plus vite, de n’importe où, n’importe quand. Elle donne accès à des conseils en virtuel, en réel, par une communauté, elle permet de gagner du temps dans les achats hebdomadaires car elle mémorise les préférences et les points de vente du consommateur. Le digital learning vise lui aussi l’efficacité pour l’utilisateur final[15].Il accède plus vite à ses formations, les voit délivrées selon ses besoins métiers, avec des rythmes et des durées adaptées à ses contraintes. Comme pour le commerce, l’apprenant apprécie d’être conseillé à distance, en salle ou par une communauté. Intégrer le numérique dans la formation c’est se donner les moyens de rechercher une chaîne d’efficacité pédagogique.

Technologie utilisée / Supports[modifier | modifier le code]

Le numérique n’est plus réservé au domaine technique et il s’est démocratisé à un large public. La multiplication des écrans marque la place du numérique dans toutes les sphères d’activités dont la formation professionnelle.  Suivre une formation sur son smartphone, sur une tablette, sur un ordinateur portable ou tout objet électronique connecté est réalisable. Le développement d’internet a généré des transformations dans les usages qui sont depuis les années 2000 en pleine croissance.

Le format numérique permet à la formation de déployer des modes d’apprentissage pluriel (blended), c’est-à-dire mélangeant présentiel, hybride et à distance mais assure également l’accès à la formation de tous, partout et à tout moment. Le digital learning rend disponible et accessible l’ensemble des formations sur tout un territoire et même au-delà grâce à la mobilité des moyens de communication et au web. 

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]