Digicode

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un digicode Écouter (marque déposée par CDVI [1]) est une serrure électronique qui s'ouvre en saisissant un code secret sur un pavé numérique, inventé par le français Bob Carrière en 1970[2].

Le passage de la sécurité était auparavant assuré par un gardien à l'entrée de locaux privés. Depuis, les équipements utilisés dans le cadre de la sécurisation des accès ont beaucoup évolué. Grâce au déploiement de solutions globales, sur mesure et évolutives, proposées par des fournisseurs spécialisés, il a été possible d'inventer de nouvelles technologies, des équipements d'identification tel que le contrôle de badge d’accès et des mécanismes d'autorisation.

Clavier de digicode sécurisant l'accès à un ascenseur.

À l'entrée d'un immeuble[modifier | modifier le code]

Le digicode est notamment employé sur les portes d'immeubles pour en limiter l'accès, et remplace ou complète alors l'interphone. Dans ce cas, il est parfois aussi doté d'une serrure à clef pour permettre l'accès aux employés des compagnies nécessitant un accès régulier à l'édifice (par exemple agents d'entretien, facteur, employés de compagnie d'électricité, ouvriers, etc.).

Il remplace le heurtoir[3] et le concierge.

Il existe plusieurs sorte de digicode : magnétique, digital, badge.

Certains digicodes sont biométriques.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

À l'intérieur d'un bâtiment[modifier | modifier le code]

Les digicodes sont également utilisés à l'intérieur de bâtiments pour limiter l'accès d'une salle ou d'un secteur à une catégorie d'usagers. La salle des coffres d'une banque est l'exemple typique de cet usage, même si d'autres systèmes plus sophistiqués l'ont complété ou supplanté.

Les digicodes sont également utilisés dans certains établissements de restauration rapide pour réserver l'accès aux toilettes aux clients : le code est alors inscrit sur le ticket de caisse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cdvi.com
  2. Le Monde, « Bob Carrière », (consulté le 13 décembre 2014)
  3. « Avant les sonnettes et les digicodes, il y eut les heurtoirs », lamontagne.fr, 11 novembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]