Difluor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Difluor
Difluor
Identification
Nom UICPA difluor
No CAS 7782-41-4
No EINECS 231-954-8
Apparence gaz comprimé, jaune, d'odeur âcre[1]
Propriétés chimiques
Formule brute F2  [Isomères]
Masse molaire[2] 37,9968064 ± 1,0E-6 g/mol
F 100 %,
Propriétés physiques
fusion −219 °C[1]
ébullition −188 °C[1]
Solubilité dans l'eau : réaction[1]
Masse volumique liq. à −188,13 °C : 1,5127 g·cm-3
Pression de vapeur saturante
Point critique 52,2 bar, −128,85 °C[4]
Thermochimie
Δvap 6,62 kJ·mol-1 (1 atm, −188,12 °C)[5]
Cp
Propriétés électroniques
1re énergie d'ionisation 15,697 ± 0,003 eV (gaz)[6]
Précautions
SGH[7]
SGH03 : ComburantSGH04 : Gaz sous pressionSGH05 : CorrosifSGH06 : Toxique
Danger
H270, H314, H330,
SIMDUT[8]
A : Gaz compriméD1A : Matière très toxique ayant des effets immédiats gravesE : Matière corrosiveF : Matière dangereusement réactive
A, D1A, E, F,
NFPA 704

Symbole NFPA 704

Directive 67/548/EEC
Très toxique
T+
Corrosif
C



Inhalation irritation, spasmes bronchiaux, œdème pulmonaire
Peau brûlures
Yeux irritation, brûlures
Ingestion taches dentaires, ostéosclérose
Écotoxicologie
CL50 rat 185 ppm (volume),
souris 150 ppm,
cochon d'Inde 170 ppm
Seuil de l’odorat bas : 0,09 ppm
haut : 0,19 ppm[9]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le difluor (F2) est un corps simple diatomique, dont les molécules sont constituées de deux atomes de fluor. Dans les conditions normales de température et de pression il est à l'état gazeux.

Le difluor est un gaz jaune pâle, d'odeur irritante, difficile à liquéfier. Il attaque les muqueuses, la peau, les dents et les yeux. Le difluor est l'un des corps les plus réactifs de toute la chimie, toutes ses réactions sont fortement exothermiques. Il réagit pratiquement avec toutes les substances sauf trois gaz rares (l'hélium, le néon et l'argon), quelques polymères organiques fluorés et certains alliages spéciaux. Associé à d'autres composants chimiques, dont l'isopropanol, il entre dans la fabrication du gaz sarin.

Ce gaz fut isolé en 1886 par le chimiste français Henri Moissan.

Difluor liquide

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d FLUOR, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. a, b et c (en) Robert H. Perry et Donald W. Green, Perry's Chemical Engineers' Handbook, USA, McGraw-Hill, , 7e éd., 2400 p. (ISBN 0-07-049841-5), p. 2-50
  4. « Properties of Various Gases », sur flexwareinc.com (consulté le 12 avril 2010)
  5. (en) David R. Lide, CRC Handbook of Chemistry and Physics, CRC Press Inc, , 90e éd., 2804 p., Relié (ISBN 978-1-420-09084-0)
  6. (en) David R. Lide, Handbook of chemistry and physics, CRC, , 89e éd., 2736 p. (ISBN 9781420066791), p. 10-205
  7. Numéro index 009-001-00-0 dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE no 1272/2008 (16 décembre 2008)
  8. « Fluor » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 23 avril 2009
  9. « Fluorine », sur hazmap.nlm.nih.gov (consulté le 14 novembre 2009)