Didier Sicard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Didier Sicard
Image dans Infobox.
Didier Sicard en janvier 2014.
Fonction
Président
Comité consultatif national d'éthique
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Distinction

Didier Sicard, né le à Boulogne-Billancourt, est un médecin et professeur de médecine français. Il a été le président du Comité consultatif national d'éthique de 1999 à 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de deux médecins, avec un père catholique et une mère protestante, il exerce une partie de sa carrière à l'étranger[1]. Il est ensuite professeur de médecine à l'université Paris-Descartes et chef de service de médecine interne à l'hôpital Cochin, à Paris[2].

Fonctions dans des comités de réflexion[modifier | modifier le code]

En mars 1999, il devient président du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) pour les sciences de la vie et de la santé, succédant à Jean-Pierre Changeux. Durant son mandat, il aborde les nouveaux champs de réflexions en termes d'éthique médicale, notamment sur les technologies de la procréation, qui voient leur complexité s'accroître à mesure des avancées dans ce domaine. Il souligne en outre le manque de formation des médecins pour répondre à des questions éthiques de plus en plus nombreuses, et dénonce l'écart qui existe en France entre l'éthique et la pratique. Le , Alain Grimfeld lui succède à la présidence du CCNE, et Didier Sicard en devient le président d'honneur.

En juillet 2012, il est désigné par François Hollande en tant que coordinateur d'une Commission chargée de réfléchir sur les modalités d'assistance au décès pour les personnes en fin de vie[3] ; la commission a rendu le 18 décembre 2012 un rapport intitulé par les médias « rapport Sicard[4],[5] ».

Au sein des différents courants de pensée autour de la bioéthique, Pierre-André Taguieff estime qu'il se situe dans le courant chrétien, pour qui la vie humaine est sacrée et qu'il y a interdiction pour l'homme d'agir aux confins de l'existence humaine[6].

Décoration[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Au nom de Marx et de Bouddha, avec Marie-Noële Sicard, Paris, Inter Éditions, 1981 (ISBN 2-7296-0097-3).
  • L'approche clinique, avec Philippe Bernard, Paris, Librairie Maloine, 1987 (ISBN 978-2891301046).
  • Harrison : principes de médecine interne (directeur scientifique : professeur Didier Sicard), Paris, éditeur : Philippe Zawieja pour Arnette-Blackwell, 1995
traduction des Harrison's Principles of Internal Medicine, É-U, McGraw-Hill
  • Les examens complémentaires, avec Hélène Bouchez, Paris, Librairie Maloine, 1996 (ISBN 2-224-02358-8).
  • Infection à VIH : savoir et comprendre : connaissance de l'infection à VIH pour la personne séropositive, ses amis, sa famille, Éditions Espace 34, 1996 (ISBN 9782907293334).
  • Dialogue spécialistes, généralistes, avec Hélène Bouchez, Paris, Librairie Maloine, 1997 (ISBN 9782224024987).
  • Hippocrate et le scanner : réflexion sur la médecine contemporaine, avec Gérard Haddad, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Esculape », 1999 (ISBN 978-2220044521).
  • La médecine sans le corps : une nouvelle réflexion éthique, Paris, Plon, 2002 (ISBN 2-259-19537-7)
  • Travaux du Comité consultatif national d'éthique, 2003
  • Santé et société au Laos (1973-1978) : le système de santé Lao et ses possibilités de développement, 2004
  • L'alibi éthique, Paris, Plon, 2006 (ISBN 978-2-259-20085-1).
  • L'éthique médicale et la bioéthique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? » no 2422, 2009 (ISBN 978-2130619710).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Didier Sicard : « Pour ma propre mort, je demanderai une sédation douce » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « Didier Sicard, la médecine au coeur », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Jean-Yves Nau, « Euthanasie: l’expérience à haut risque du Pr Sicard », sur Slate.fr, (consulté le )
  4. https://www.lemonde.fr/sante/article/2012/12/18/le-rapport-sicard-propose-de-respecter-les-malades-jusqu-a-donner-la-mort_1807770_1651302.html
  5. Mission présidentielle de réflexion sur la fin de vie (rapport Sicard) sur le site du Ministère des Affaires sociales et de la Santé.
  6. « Pierre-André Taguieff : la philosophie dans le laboratoire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. James Wood, « Didier Sicard, l’honneur d’un humaniste », Évangile et Liberté,‎ (lire en ligne).
  8. « Attribution des médailles 2020 », Académie nationale de médecine (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]