Devise de la Franche-Comté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La devise de la Franche-Comté est : Comtois, rends-toi ! Nenni, ma foi ![1],[2]. Cette « devise » a été officialisée en octobre 1986.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Dole a plusieurs fois été assiégée, notamment par les Français, alors que le comté de Bourgogne, la Franche-Comté d'alors, avait pour souverain le roi d'Espagne.

Le 25 mai 1479, Charles d'Amboise, à la tête des troupes de Louis XI, pille et incendie la ville, après avoir fait tomber les places fortes alentour. Les derniers résistants, retranchés dans la « cave d'enfer », font preuve d'un tel héroïsme que Charles d'Amboise leur laisse la vie sauve. De Dole, il ne reste alors que deux maisons.

Charles Quint relève les fortifications, ajoute des remparts et des fossés ; Louis XIII menace à nouveau la Franche-Comté : on perfectionne encore les défenses de la ville.

Richelieu déclare la guerre à l'Espagne ; le prince de Condé assiège Dole le 29 mai 1636. Il somme la garnison de se rendre : « Rien ne nous presse, répondit le commandant de la place Laverne ; après un an de siège, nous délibèrerons sur le parti à prendre ». Condé multiplie les attaques, adresse sommation sur sommation, sans succès. Il est même menacé d'arrêt de sa propre personne par les Dolois, lorsqu'il lève le siège fin août, avec l'arrivée des troupes impériales de Ferdinand II venues défendre la ville.

C'est au cours de l'un de ces deux épisodes, en 1479 ou en 1636, que les Français auraient lancé : « Comtois, rends-toi ! », auquel les assiégés répondirent : « Nenni, ma foi ! ». Les Français auraient donc poursuivi : « Où sont vos chefs ? » duquel les Comtois auraient rétorqué : « Nous sommes tous chefs ! ».

Cette devise pleine de laconisme montre ainsi l'opiniâtreté, la détermination et l'esprit d'indépendance du Comtois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.franche-comte.fr/fr/la-franche-comte/histoire/armoiries-et-devise/
  2. Rougebief, Histoire de Franche Comté ancienne et moderne, (lire en ligne), p. 519