Armoiries de la Franche-Comté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le blason de la Franche-Comté

La Franche-Comté, en tant que région administrative (1982-2015) et que territoire, est habituellement représentée par des armoiries qui se blasonnement : D'azur semé de billettes d'or, au lion d'or, armé et lampassé de gueules[1]. Ces armoiries correspondent à celle des comtes de Bourgogne.

Historique[modifier | modifier le code]

de gueules à l'aigle éployée d'argent.

Les comtes palatins de Bourgogne portaient à l'origine d'autres armoiries. En effet, quand les nobles se dotèrent de blasons dans la seconde moitié du XIIe siècle, les comtes de Bourgogne étaient issus d'un fils cadet de l'empereur Frédéric Ier Barberousse. Ils choisirent l'aigle pour emblème, qu'ils mirent d'argent sur un fond de gueules.

En 1280, le comte Othon IV change d'alliance et quitte le camp impérial pour rejoindre le camp guelfe. Pour marquer ce renversement d'alliance, il adopte de nouvelles armes avec un lion, animal porté par de nombreux partisans guelfes. Il utilise les couleurs azur et or qui renvoient au royaume de France, afin de mettre en avant la nouvelle alliance avec ce royaume, qui se traduit par sa politique matrimoniale (il épouse la capétienne Mahaut d'Artois et ses deux filles épousent deux fils de Philippe IV le Bel).

Depuis les années 2000, on remarque parfois la disparition du sexe masculin du lion, ainsi qu'une taille de plus en plus réduite de ses griffes[2].

La création de la région Franche-Comté (ainsi que d'autres influences culturelles, comme l'importance de la marque Peugeot, du club de football de Sochaux...) a eu tendance à étendre l'utilisation de ces armes sur l'ensemble de son territoire, y compris dans des lieux qui n'appartenaient pas à la région historique (pays de Montbéliard, Belfort...)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pays Comtois, 20 novembre 2010-20 janvier 2011 op. cit. p. 34
  2. Pays Comtois, 20 novembre 2010-20 janvier 2011 op. cit. p. 33