Deuxième République (Côte d'Ivoire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
République de Côte d'Ivoire

20002016

Drapeau
Drapeau
Blason
Armoiries
Informations générales
Statut République
Capitale Abidjan (économique)
Yamoussoukro (politique)
Langue Français
Monnaie Franc CFA
Démographie
Population (2011) 20 153 000 habs.
Histoire et événements
Adoption par référendum
Début officiel de la IIe République
Coup d'État du 19 septembre 2002
Arrestation de Laurent Gbagbo
Adoption par référendum
Promulgation de la constitution, début officiel de la IIIe République
Président
(1er) 2000-2010 Laurent Gbagbo
(2e) 2010-2016 Alassane Ouattara

Assemblée nationale

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Deuxième République, ou IIe République, officiellement République de Côte d'Ivoire, est le régime républicain qui a dirigé la Côte d'Ivoire du au . Elle est régie par la Constitution ivoirienne de 2000, approuvée par référendum. Elle succède le à la Première République, instaurée en 1960 après l'indépendance de la France. Son instigateur est Robert Guéï, auteur du coup d'État en 1999 pour suspendre la constitution ivoirienne de 1960 mais n'en fut jamais le président. Le a lieu un référendum sur l'établissement d'une nouvelle constitution et le passage à la Troisième République.

Mise en place[modifier | modifier le code]

Le , un coup d'État renverse Henri Konan Bédié, président de la République depuis 1993. Il visait à suspendre la constitution de 1960, devenue très impopulaire à la suite des réformes faites entre 1993 et le coup d'État. La mise en place du concept d'ivoirité écartant tout adversaire crédible pour Henri Konan Bédié, l'élection présidentielle de 1995 ne fut qu'une formalité, Bédié étant élu avec 96,16 % des suffrages exprimés.

Robert Guéï, militaire de carrière, prit la place d'Henri Konan Bédié devenant président d'un comité national de salut public. Il obtint le droit de rédiger une nouvelle constitution. Le , celle-ci fut présentée par référendum. La constitution fut approuvée par 86,53 % des électeurs. Le , après sa promulgation par Robert Guéï, la Deuxième République entre officiellement en vigueur.

Le mandat du président de la République devant s'achever le , une élection présidentielle fut organisée. Cinq candidats se présentèrent à cette élection.

L'élection présidentielle de 2000[modifier | modifier le code]

Le , les électeurs se rendirent aux urnes pour élire le président. Seul 43,6 % du corps électoral se rendit aux urnes ce jour-là. Après plusieurs jours de tensions, Laurent Gbagbo fut proclamé président de la République de Côte d'Ivoire avec 59,36 % des suffrages exprimés devant Robert Guéï qui comptabilisait lui 32,72 % des suffrages exprimés. Le , Robert Guéï reconnut la victoire de Gbagbo.

Une République née dans la douleur[modifier | modifier le code]

Coup d'État et prise de contrôle de la moitié nord (2002-2007)[modifier | modifier le code]

Première tentative de réconciliation (2007-2010)[modifier | modifier le code]

L'élection présidentielle et tensions (2010-2011)[modifier | modifier le code]

Fin des tensions et reconstruction d'une démocratie (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

Le , Laurent Gbagbo fut arrêté par les forces de la coalition et celles d'Alassane Ouattara. Il fut transféré à La Haye au mois d'août. Alassane Ouattara fut investi le en présence de nombreux chefs d'État étrangers, y compris Nicolas Sarkozy. Guillaume Soro, premier ministre de Gbagbo et de Ouattara est élu président de l'Assemblée nationale en . Un nouveau gouvernement fut formé. Il fut dissous par Ouattara en . Daniel Kablan Duncan est rappelé par Alassane Ouattara pour former un nouveau gouvernement.

Institutions[modifier | modifier le code]

Président de la République[modifier | modifier le code]

Le président de la République possède un pouvoir fort, à l'instar du président de la République française, le pays ayant été colonisé par la France au XIXe siècle. Il peut dissoudre l'Assemblée nationale ainsi que le gouvernement. Cet événement ne s'est produit qu'une fois, en , où Alassane Ouattara a nommé Daniel Kablan Duncan premier ministre.

Élection[modifier | modifier le code]

Il est élu au cours d'une élection présidentielle au suffrage universel direct, à la majorité à un ou deux tours. Le président de la République est élu pour cinq ans.

Pouvoirs[modifier | modifier le code]

Liste des présidents de la IIe République[modifier | modifier le code]

La constitution ayant été promulguée le , Robert Guéï en fut en fait le premier président mais non élu. Son successeur fut Laurent Gbagbo qui fut élu face à Guéï au cours de l'élection présidentielle de 2000.

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]