Demain, dès l'aube…

Cette page est en semi-protection longue.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Demain, dès l'aube…
Image dans Infobox.
Manuscrit du poème.
Informations générales
Pays d'origine
Publication
Les Contemplations (éd. 1911) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Date de publication
1856
Type
Contenu
Sujet
Incipit
« Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,… »Voir et modifier les données sur Wikidata

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne…, ou plus simplement Demain, dès l’aube…, est l’un des plus célèbres poèmes de Victor Hugo, publié en 1856 dans le recueil Les Contemplations.

Fichier audio
Demain, dès l'aube...
Lecture audio du poème.
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Composé de trois quatrains d’alexandrins en rimes croisées, ce court poème n’a pas de titre, si bien qu’on le désigne traditionnellement par son incipit, c’est-à-dire les premiers mots qui le composent. Il constitue le poème XIV de Pauca meæ (quelques vers pour ma fille), livre quatrième des Contemplations, lequel livre en ouvre la deuxième partie intitulée Aujourd’hui 1843-1855.

Poème

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

— Victor Hugo, Les Contemplations, [1]

Analyse

Le poème est écrit comme le discours d’un narrateur qui tutoie un interlocuteur restant inconnu, pour lui raconter, à la première personne et au futur, de quelle manière il va partir le lendemain dès l’aube et, sans jamais se laisser distraire par son environnement, marcher à travers la campagne pour le rejoindre. De manière inattendue, ce voyage s’avère finalement plus tragique qu’on aurait pu l’imaginer, puisque la fin du poème révèle que cette personne chère, à laquelle le narrateur s’adresse et qu’il part retrouver, est en fait morte, et qu’il se rend dans un cimetière pour fleurir sa tombe.

À la lumière des événements qui ont marqué la vie de l’auteur, on comprend que ce poème est autobiographique et que Victor Hugo s’y adresse à sa fille Léopoldine, disparue quatre ans plus tôt, et dont il commémore la mort dans un pèlerinage annuel entre Le Havre et Villequier, le village de Normandie où elle s’est noyée accidentellement avec son mari, et où elle est enterrée. Victor Hugo allait sur sa tombe tous les jeudis.

La date réelle d’écriture est le , Victor Hugo l’a modifiée en «  », veille de l’anniversaire de la mort de sa fille. Pauca meæ — le livre IV du recueil des Contemplations — est en effet une reconstruction artificielle qui commence par l’évocation de souvenirs attendris de l’enfance de Léopoldine, se poursuit par l’abattement devant la mort et se termine par une consolation religieuse avec les figures positives qui achèvent les derniers poèmes de la partie : Mors (« Tout était à ses pieds deuil, épouvante et nuit. / Derrière elle, le front baigné de douces flammes, / Un ange souriant portait la gerbe d’âmes ») et Charles Vacquerie (« Dans l’éternel baiser de deux âmes que Dieu / Tout à coup change en deux étoiles ! »).

Précisions supplémentaires

Tombe de Léopoldine Hugo et de son mari.

Vers 2 :  Victor Hugo n’accepte pas la mort de sa fille et s’adresse à elle comme si elle était encore vivante : notons que dix ans plus tard, en exil à Jersey, il sera initié au spiritisme par madame  de Girardin (cf Tables  tournantes de Jersey de V. Hugo) et sa première communication supposée avec les morts  sera un dialogue avec un esprit féminin qu’il croira  être ... Léopoldine  (cf Groupe Hugo, Patrice Boivin).

Vers 3 : Victor Hugo était un grand marcheur. S’il descendait à la gare d’Yvetot, il pouvait certes jusqu’à Villequier (environ 15 km) traverser la forêt  du Trait-Maulévrier,  mais  il  ne pouvait  trouver  nulle montagne sur le plateau cauchois… Les mots  « forêt » et « montagne » » ont  sans doute  ici la valeur symbolique d’obstacles  qu’il est prêt  à franchir pour revoir sa fille.

Vers 10 : triste rappel du drame : le canot mal  lesté où siégeaient Léopoldine, son mari Charles et les deux autres passagers était doté de deux voiles auriques que venait de hisser Charles. Un brusque coup de  vent le renversa. (Cf Journal  Le Siècle, du 7 septembre 1843).

Vers 11 et 12 : Léopoldine et Charles sont enterrés au cimetière de Villequier dans la même tombe, encore ornée de nos jours de « bruyère en fleur ».

Adaptation

En 1978, le chanteur français Henri Tachan met en musique ce poème et l’interprète dans un album sans titre[2]. De même en 1998, le chanteur français Pierre Perret reprend cette version dans son album La bête est revenue ; comme pour Victor Hugo, ce pourrait être un hommage à sa propre fille, morte dans un accident en 1995[3]. Il existe un très grand nombre d'autres adaptations, par Andrea Lindsay, Pierre Bensusan, Marc Robine, Les Sales Majestés, Les Kitchs, Élie Semoun, les Frangines, Anne Sila, François Léveillée,, etc. Ce poème a été lu lors de l'hommage national du aux victimes de l'attentat de la basilique Notre-Dame de Nice[4].

Notes

  1. Le poème est réellement écrit le , mais Victor Hugo le date du , veille de l'anniversaire de la mort de Léopoldine.
  2. Henri Tachan, LP 33 tours Adèle 39.523, sur Muroles et Pazique, site personnel de Ghislain Debailleul.
  3. Frédéric Garat, Pierrot la colère, sur le site de RFI musique, 10 décembre 1998.
  4. « Attentat de Notre-Dame à Nice : les temps forts de l'hommage national présidé par Jean Castex », France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, (consulté le ), section 10h15.

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean-Michel Adam, « De la théorie linguistique au texte littéraire : Relecture de Demain dès l’aube de Victor Hugo », Le Français moderne, vol. 41, no 3,‎ , p. 268–284.
  • (en) William Beauchamp, « An Introduction to French Poetry : Hugo’s Demain, dès l’aube… », The French Review, vol. 49, no 3,‎ , p. 381–387 (JSTOR 390177).
  • (en) Neal Oxenhandler, « The Discourse of Emotion in Hugo’s Demain, dès l’aube… », French Forum (en), vol. 11, no 1,‎ , p. 29–39 (JSTOR 40551739).
  • (en) T. M. Pratt, « Léopoldine Revisited: A Reading of Victor Hugo’s Demain, dès l’aube… », Nottingham French Studies, vol. 26, no 2,‎ , p. 17–23 (DOI 10.3366/nfs.1987-2.003).

Sources

  • Les Contemplations, édition établie et annotée par Pierre Albouy, NRF, 1967 (Bibliothèque de la Pléiade). Nouvelle édition : Œuvres poétiques, tome 2 : Les Châtiments, Les Contemplations, Gallimard, 1993.