Danganronpa: Trigger Happy Havoc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Danganronpa
Trigger Happy Havoc
Danganronpa 1 English logo.svg

Développeur
Éditeur
Spike (Japon)
NIS America (Europe et Amérique du Nord)
Directeur
Kazutaka Kodaka
Compositeur
Masafumi Takada (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Date de sortie
Genre
Mode de jeu
Plate-forme

Langue

Audio : Anglais, japonais

Texte : Anglais, japonais, français

Évaluation
PEGI : 16+ ?
Site web

Danganronpa: Trigger Happy Havoc (ダンガンロンパ 希望の学園と絶望の高校生), Danganronpa: Kibō no Gakuen to Zetsubō no Kōkōsei?, litt. Danganronpa : l'Académie de l'Espoir et les Lycéens du Désespoir) est un jeu vidéo de type visual novel traitant de meurtres, développé et édité par Spike Chunsoft (anciennement Spike), et le premier jeu dans la série Danganronpa[1]. Le jeu est d'abord sorti au Japon sur PlayStation Portable le puis fut édité sur iOS et Android le . Le jeu est ensuite sorti le en Europe en anglais.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'académie Kibugamine (ou Hope's Peak Academy) est une école prestigieuse où seuls sont acceptés les étudiants triés sur le volet et ayant une très grande maîtrise ou connaissance dans un domaine particulier (combat, littérature, fanfiction, baseball...). Les élèves de Hope's Peak, connus sous le titre d'« Ultimes », sont perçus comme les espoirs de la nation et promis à un avenir brillant.

Le héros est Makoto Naegi, un adolescent n'ayant aucun talent particulier, mais qui est accepté à l'académie sous le titre d'« Ultime Chanceux » après avoir gagné un tirage au sort.

Après avoir franchi les portes de l'Académie pour son premier jour, il perd connaissance : à son réveil, il se réveille seul, dans une salle de classe d'Hope's Peak Academy. Makoto fini par rejoindre les 14 autres élèves dans la cafeteria. Peu après les présentations, les « Ultimes » fouille le premier étage mais en vain, toutes les portes de sorties, fenêtres, issues et autres sont bloqués et fermées à clé. Monokuma, un étrange ours en peluche qui se présente comme le directeur, leur révèle qu'ils devront vivre pour le restant de leur jours dans l'Académie, sans possibilité de sortir ou de communiquer avec l'extérieur. Néanmoins, il existe un moyen de sortir : tuer un de ses camarades de classe sans se faire prendre par les autres permet de regagner l'extérieur. Lorsqu'un meurtre se produit, un procès de classe (Class Trial) a lieu, durant lequel les élèves doivent débattre pour trouver le coupable : si celui-ci est identifié, il est exécuté, mais si les autres élèves se trompent, alors ce sont eux qui doivent mourir, tandis que le coupable peut rejoindre l'extérieur.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le jeu est divisé en plusieurs chapitres qui suivent tous le même schéma narratif. Durant la majeure partie d'un chapitre, le joueur peut visiter chaque recoin de l'Académie Kibugamine pour tenter de percer le mystère de l'école. Durant ces phases d'explorations, il est possible de parler aux autres élèves afin d'en apprendre plus sur eux, notamment à l'occasion des « Free Times Events », qui permettent d'entretenir un dialogue avec un élève plus spécifiquement..

Quand un meurtre se produit, le joueur entre alors dans une phase d'enquête durant laquelle il doit chercher des indices qui serviront de preuves en vue de la dernière partie du chapitre : Class Trial (Tribunal de Classe).

Class Trial[modifier | modifier le code]

Le déroulement d'un procès alterne entre différentes phases, qui sont autant de mini-jeux destinés à faire entendre ses arguments. La phase la plus courante, qui donne son nom au jeu, est le Non-Stop Debate, dans lequel le joueur utilise les preuves récupérées pendant l'enquête comme des balles, destinées à réfuter les arguments des adversaires. D'autres mini-jeux peuvent apparaître durant le procès afin de faire progresser la réflexion des élèves, jusqu'à la phase d'accusation où il faut désigner le coupable. Le procès se conclut par la reconstitution du meurtre à travers une série de dessins, à la manière d'un manga.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Crystalyn Hodgkins, « NISA Licenses DanganRonpa, Demon Gaze Games in West », sur Anime News Network, (consulté le 16 décembre 2020)