Dalila Dalléas Bouzar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dalila Dalléas Bouzar
2017 Air Paris Art 040 Espace Galerie Cecile Fakhoury.jpg
Espace de la galerie Cécile Fakhoury d'Abidjan en 2017 à l'exposition Art Paris Art Fair : peinture de Dalila Dalléas Bouzar, série Princesse, en arrière-plan
Biographie
Naissance
Pseudonyme
Louzla DarabiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activité
Autres informations
Site web

Dalila Dalléas Bouzar est une artiste algérienne et française née en 1974 à Oran.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née en 1974 à Oran en Algérie. Elle grandit à Paris où elle effectue ses études supérieures. Elle opte dans un premier temps pour un cursus scientifique et obtient une licence de biologie à l'Université Paris 6 en 1997. Puis elle change d'orientation en optant pour une carrière artistique, ayant découvert la peinture à Berlin. Elle est diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2003. Cette même année, elle est lauréate de la Fondation Marcel-Bleustein-Blanchet pour la vocation. Elle retourne en Algérie, y crée des ateliers de peinture destinés aux femmes, dans le cadre d'une résidence d'artiste[1],[2].

Elle vit à Berlin de 2009 à 2013. En 2012, elle est lauréate du Goldrausch Kunstlerinnen Programme.

En 2017, elle se voit décerner le prix L’art est vivant lors du Art Paris Art Fair, au Grand Palais à Paris[3],[4],[5]. En 2021, elle est lauréate du prix Sam Art Project qui finance un projet artistique qui sera exposé en 2023 au Palais de Tokyo à Paris[6]. Elle est également l'auteure de performance, telle celle en plein air sur la place de la Concorde à Paris le 20 mars 2021[7].

Expositions personnelles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2019 : Innocente, peinture et performance, galerie Cécile Fakhoury, Abidjan
  • 2016 : In her Room, Galerie Cécile Fakhoury, Abidjan
  • 2015 : Hoor's dream and Soléman, Galerie Mamia Brétesché, Paris.
  • 2012 : Algérie Année 0, Centre culturel français d'Oran, Algérie, puis à Vitry sur Seine, France[1].
  • 2011 : Algérie Année 0, Centre culturel français d'Alger, Algérie

Expositions collectives (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2022 : Silsila, le voyage des regards, ICI, Institut des Cultures d’Islam, Paris
  • 2021
    • Self-Addressed, Jeffrey Deitch  gallery, Los Angeles – Curator Kehinde Wiley
    • Quelque part entre le silence et les parlers, Maison des arts, centre d’art contemporain de Malakoff, commissaire Florian Gaité
    • Memoria : récits d'une autre Histoire, FRAC Nouvelle-Aquitaine MÉCA, curator Nadine Hounkpatin et Céline Seror
    • D’ailleurs je viens d’ici, La Comédie de Caen – CND de Normandie Un pied sur terre, galerie Cécile Fakhoury, Paris
  • 2020
    • Love etc., Musée Bargoin, Festival International des Textiles Extra Ordinaires, Clermont-Ferrand
    • Regards hors - champs et paysage dans la collection agnès b., La Fab., Paris
  • 2019     
    • Museum&Alterity, colloque/exposition/performance, dirigés par Falwine Sarr, Musée des civilisations noires, Dakar          
    • Studio Orient au féminin – Performance, Musée du Quai Branly- Jacques Chirac, Paris          
    • Tout passe sauf le passé, performance et séminaire, Musée d’Aquitaine, Bordeaux
    • Sorcières ! Centre d’art H2M, curatée par Marie de Paris, Bourg en Bresses      
    •   TATOO, Kaohsiung Museum of Fine Arts, Taïwan

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Quand l'Algérie « panse » sa décennie noire », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne)
  2. « Dalila Dalléas Bouzar », sur le site Africultures
  3. Roger Maveau, « Arts : le triomphe de la créativité africaine au Grand Palais », Le Point,‎ (lire en ligne)
  4. « Dalila Dalléas Bouzar lauréate du prix l’Art est Vivant », Art Media Agency,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Dalila Dalléas Bouzar wins the prize of the 2017 Art Paris Art Fair », sur le site C&
  6. « 2021 Annonce des cinq finalistes du prix », sur SAM Art Projects (consulté le )
  7. Philippe Dagen, « La performeuse Dalila Dalléas Bouzar poursuit l’arc-en-ciel place de la Concorde et entraîne les spectateurs dans son sillage », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]