Déjaugeage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le déjaugeage est un changement de régime de l'avancement d'un objet dans l'eau, d'un régime « archimédien » (l'objet flotte par poussée d'Archimède) à un régime dynamique où sa vitesse lui permet d'être porté par la surface de l'eau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Si le phénomène est documenté pour la première fois à la fin du XIXe siècle par commodore Ralph Munroe sur un prao, ce n'est qu'en 1928 qu'Uffa Fox utilise lors d'une régate un dériveur fait pour déjauger.

Explication[modifier | modifier le code]

En régime archimédien, la carène a une vitesse de coque qu'il n'est pas possible de dépasser.Cette vitesse de coque est directement liée à la forme et au volume immergé de la coque,et, par conséquent au système de vague qu'elle génère. Cette vitesse peut se calculer pour chaque forme de coque, en utilisant le nombre de Froude. Mais le passage en régime hydrodynamique permet de dépasser largement cette vitesse.

Les formes de coques et les dispositifs spécifiques (foils, coussin d'air, coque en aile de mouette) permettent d'augmenter l'appui hydrodynamique. Lorsque la vitesse augmente, la carène s'élève, la surface mouillée et le déplacement diminuent (le déplacement est le volume d'eau déplacé par la coque). Le système de vague formé par la carène se modifie. Dans un premier temps la coque se cabre jusqu'au moment ou elle dépasse sa vague d'étrave. L'écoulement de l'eau visible à l’arrière de la coque passe d'un écoulement turbulent à un écoulement laminaire. La coque atteint alors un régime de survitesse, la vitesse de coque est dépassée, c'est le planing.

Le régime de navigation est profondément modifié, la poussée d'Archimède n'opère plus, l'hydrodynamique est au pouvoir, la coque est entrée dans le monde de la glisse.

Exploitation du phénomène[modifier | modifier le code]

Son apparition dépend très fortement de la forme inférieure de l'objet, la carène, laquelle peut être étudiée pour le favoriser (redent, coque planante).

Le déjaugeage est un phénomène exploité par les navires à grande vitesse, les aéroglisseurs, et certains voiliers de course à certaines allures.

Il est également essentiel dans la phase de décollage d'un hydravion.

En voile légère[modifier | modifier le code]

Le planing[1] est un terme utilisé en dériveur léger ou skiff, planche à voile ou windsurf. Il désigne la survitesse qui se déclenche lorsque le flotteur déjauge.

Lorsque l'on atteint le planing en planche à voile, on passe d'une navigation où la surface mouillée du flotteur induit une grande résistance à l'avancement à une navigation où le flotteur, dont moins du quart arrière est en contact avec l'eau, glisse et accélère. Le flotteur est alors beaucoup plus vif et se dirige alors avec des prises de carre (modification de l'assiette latérale du flotteur).

Voiliers de course au large[modifier | modifier le code]

Le planing est possible sur des quillards dont les formes de carène, la mobilité du lest et la légèreté des coques et du gréement permettent d'atteindre plus facilement les conditions nécessaires au déjaugeage. Les voiliers du Vendée Globe, de la classe 60 pieds IMOCA en sont un exemple représentatif. Les bureaux d'architectes en étudient les paramètres[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Planning correspond à planification, planing (planer) est plus correct.
  2. Un programme de recherche sur le planing des voiliers par le Groupe Finot-Conq et l'École centrale de Nantes.