Curt von Gottberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Curt Gustav Friedrich Walther von Gottberg né le à Wilten mort le est un officier SS-Gruppenführer. Il fut Höherer der SS und Polizeiführer pour la Russie centrale (Rußland Mitte) en 1943.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Prusse occidentale, il sert comme volontaire dans la Première Guerre mondiale avec le 3e régiment de cuirassiers "Graf Wrangel" sur le front Est et reçoit la Croix de fer première et deuxième classe. En 1917 il sert dans 1e régiment d'infanterie de le garde. Il suit une formation d'agronome puis il rejoint la brigade Ehrhardt des Freikorps. Il participe au Putsch de Munich le 9 novembre 1923. Il adhère à la SA en 1931 puis au parti nazi et à la SS en 1932. De 1933 à 1935 il fait partie de la SS Verfügungstruppe dont il commande le 3e bataillon à Ellwangen. En 1936 chargé de prendre en main le 49e régiment de l'Allgemeine SS, il a un accident de voiture et doit être amputé au genou gauche.

En 1937, promu SS-Standartenführer, il est nommé chef du service Colonisation au sein de la Direction pour la Race et la Colonisation (SS-Rasse und Siedlungshauptamt RuSHA). En 1939 il est nommé chef du Bodenamt (Service du cadastre) du Protectorat de Bohême Moravie à Prague où il fait expulser les agriculteurs tchèques de leur exploitation pour les remplacer par des colons allemands[1]. Mis en cause dans une affaire de corruption il est relevé de ses fonctions. Intégré à la Waffen-SS, il est affecté à la direction centrale SS SS-Hauptamtcomme SS-Obersturmbannführer à divers postes (bureau des achats, recrutement puis formation idéologique) pendant l'enquête. Il bénéficie d'un non lieu en avril 1942 et bénéficie d'une promotion comme SS-Brigadeführer et Generalmajor der Polizei. [2]. En octobre 1942 il est promu SS und polizeiführer (SSPF) à Minsk en Weißruthenien (Ruthénie blanche)[3].

En 1942, à la suite de la création du commandement anti-partisan dirigé par Erich von dem Bach-Zelewski, Curt von Gottberg participe activement aux actions des Bandenkampfverbände (unités de combat contre les bandes) qui pourchassent sans répit et massacrent les Juifs et les partisans cachés dans les forêts ou abris de Biélorussie[4]. Environ 11 000 Juifs sont tués entre novembre 1942 et mars 1943 par ses troupes[5]. Ses bandenkampfverbände sont coordonnées au SS-Sonderkommando Dirlewanger pour écraser toute forme de résistance.

Depuis avril 1943 il est adjoint du HSSPF Russie Centrale et Biélorussie. Quand en septembre 1943 le Commissaire Général de Biélorussie Kube est assassiné par les partisans, il est désigné pour le remplacer jusqu'en juin 1944 en plus de ses fonctions de police. [6].

En juin 1944 il est nommé officiellement HSSPF de Russie centrale et Biélorussie(Rußland Mitte und Weisssruthénien) à Minsk. Après la retraite de Russie, il est chargé de la formation du XII SS-Armeekorps en aout 1944. Tombé gravement malade en octobre, il terminera la guerre comme adjoint au Cdt de l'Armée de Reserve Befehlshaber der Ersatzheeres. Poste assumé par Himmler depuis l'attentat contre Hitler. [7].

En mai 1945, il est arrêté par les alliés à Flensbourg[8] siège du Gouvernement Dönitz. Il se suicide le 31 mai 1945.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Callum McDonald The killing of Reinhard Heydrich Da Capo Press 1998 p.82 (ISBN 978-0-306-80860-9)
  2. Andreas Schulz Dieter Zinke Die Generale der Waffen-SS und der Polizei Band I p. 425
  3. Leonid Rein The Kings and the Pawns: collaboration in Belarus during World War II éd. Berghahn Books 2011 p.187 note 176 (ISBN 978-0-85745-043-2)
  4. Raul Hilberg la destruction des Juifs d'Europe Coll. Folio/Histoire éd.Gallimard 1991 p.331 (ISBN 2-07-032709-4)
  5. Peter Longerich Holocaust : the nazi persecution and murder of the Jews Oxford University Press 2010 p.383 (ISBN 978-0-19-280436-5)
  6. Andreas Schulz Dieter Zinke Die Generale der Waffen-SS und der Polizei Band I p. 427
  7. Andreas Schulz Dieter Zinke Die Generale der Waffen-SS und der Polizei Band I p. 428
  8. Leonid Rein op.cit. p.187