Coup de soleil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Jeune femme ayant des coups de soleil sur la nuque et les épaules.
La déshydratation de l'épiderme provoque la perte de la couche supérieure de la peau.

Un coup de soleil ou érythème actinique est une brûlure causée par une exposition de la peau au rayonnement du soleil. On le distingue de l'allergie solaire ou lucite, et de la photosensibilisation.

Le coup de soleil se présente en différents stades de brûlure, l'érythème c'est-à-dire que la peau exposée est rouge. L'individu brûlé note également une augmentation de la chaleur et de la sensibilité du territoire cutané irradié. Dans des stades d'exposition solaire plus intenses, les symptômes s'apparentent à ceux des brûlures avec l'apparition de phlyctènes douloureuses, d'ulcération de la peau, etc. En fonction de son intensité, le coup de soleil peut s'accompagner d'autres effets : nausées, vertiges. Un coup de soleil peut causer des brûlures du premier, second, rarement du troisième et exceptionnellement du quatrième degré.

Une exposition répétée au soleil avec une répétition des coups de soleil augmente le risque de développement de tumeurs cutanées, et surtout du mélanome.

Prévention[modifier | modifier le code]

Pour éviter les coups de soleil, il est préconisé d'éviter l'exposition prolongée au soleil, notamment des sujets jeunes et au phénotype à peau claire (taches de rousseur, blond ou roux de cheveux).

Se couvrir la peau ; avec des vêtements légers, chapeaux à bords de plus de 7 cm : ombrelles, certaines casquettes et non les bobs ; permet de limiter les risques et de se déplacer au soleil sachant que la pleine exposition du soleil est entre 12 h et 16 h à l'heure d'été en France, c'est-à-dire entre 10 h et 14 h suivant l'heure solaire (entre 11 h et 15 h lorsque c'est l'heure d'hiver).

Les parasols de plage filtrent 95 % des rayons UV directs (seuls 5 % passent à travers la toile), par contre 34 % du rayonnement diffus passe par les côtés et peut donc provoquer un coup de soleil[1].

Le risque est maximal durant la période estivale ; mais la réflexion des rayonnements solaires sur la neige ou la glace est à prendre en compte lors des séjours hivernaux à la montagne.

L'utilisation d'une crème solaire permet de protéger en partie l'épiderme.

Traitements[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs traitements :

  • des crèmes qui soulagent des brûlures avancées comme la Biafine[2] ;
  • des crèmes à base d'hydrocortisone ;
  • des crèmes à base d'Aloe vera, en l'absence de fondement scientifique[3].

Sunburn art[modifier | modifier le code]

Article détaillé : sunburn art.

Le « sunburn art » (littéralement « art du coup de soleil ») est une forme de body art qui consiste à dessiner sur sa peau un motif avec de la crème solaire ou s’enrouler dans un pochoir en tissus, puis s’exposer au soleil pendant plusieurs heures pour obtenir un tatouage « naturel » blanc. Cette performance à l’origine pratiquée par quelques artistes underground américain en mal de performance loufoque dans les années 1970[4] suscite l'inquiétude des dermatologues américains qui voient dans cette mode du coup de soleil artistique un danger pour la peau[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) MP Utrillas, JA Martínez-Lozano et M. Nuñez, « Ultraviolet Radiation Protection by a Beach Umbrella », Photochemistry and Photobiology, no 86,‎ , p. 449-456.
  2. (en) Darrell S Rigel, « Sunscreen: Prevention of Aging and Skin Cancer », dans Melvin L Elson, Evaluation and Treatment of the Aging Face, Springer, (ISBN 9781461384014, DOI 10.1007/978-1-4613-8401-4_2), p. 9-15.
  3. (en) Feily A, Namazi MR, « Aloe vera in dermatology: a brief review », G Ital Dermatol Venereol, vol. 144, no 1,‎ , p. 85-91. (PMID 19218914) modifier
  4. (en) Frédéric Haroche, « Du sunburn art au mélanome », sur www.jim.fr,‎
  5. Carole Blanchard, « Le Sunburn art, la mode dangereuse du coup de soleil artistique », sur bfmtv.com,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]