Cornelis Bega

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bega.
Cornelis Bega
Cornelis Bega.jpg

Autoportrait (Hambourg)

Naissance
Décès
Activités
Peintre, graveurVoir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement

Cornelis Bega, ou Cornelis Pietersz Bega (né Cornelis Pieterszon Begeyn vers 1630 et mort le 27 août 1664), est un peintre, dessinateur et graveur néerlandais, qui vécut et travailla à Haarlem.


Biographie[modifier | modifier le code]

Cornelis Bega, né vers 1630-1631 et non vers 1620 comme certaines sources l'affirment[1], est le fils du sculpteur Pieter Janszon Begeyn et de son épouse Maria, elle-même fille du peintre Cornelis van Haarlem. Bani par son père à cause d'une vie dissolue, il prend le nom de Bega qui est celui de son grand-père maternel[2]. Cornelis Bega a pour maître Adriaen van Ostade et, de même que celui-ci, il s'attache à peindre des scènes de genres reproduisant la vie des paysans hollandais par des portraits, des intérieurs ou des scènes de village[3]. Entre 1653 et 1654, il effectue son « Grand Tour », en compagnie de Dirck Helmbreker, Vincent van der Vinne (en) et Guillam Dubois (en), durant lequel il séjourne en Allemagne, en Suisse, en Italie et en France. Il est considéré comme l'« un des meilleurs peintres de mœurs hollandais »[4].

On lui doit 160 peintures cataloguées, environ 80 dessins et également 37 gravures connues[2]. Ses études à la sanguine et à la pierre noire sont de très haute qualité[5]. En tant que dessinateur, Bega est connu pour ses études à un seul personnage, exécutées principalement en craie noir et blanc sur du papier bleu ou de la craie rouge sur papier blanc. Aucune étude ne semble se rapporter à une peinture ou une gravure. Bega échange des dessins ou des modèles avec d'autres artistes de l'école de Haarlem, y compris van der Cooghen, Gerrit Berckheyde, Dirck Helmbreker et Cornelis Visscher. Ces artistes ont dessiné des études de figures à la craie dans un style très similaire; leurs dessins, en particulier ceux de Bega et Berckheyde, ont souvent été confondus. Contrairement aux études de figures réalistes, les gravures de Bega représentent des intérieurs avec des figures à la manière de van Ostade[6].

Parmi les artistes qu'il influence, il y a Thomas Wijck (en), Jan Steen, Richard Brakenburg (1650-1702) et Cornelis Dusart. Des peintres comme R. Oostrzaen et Jacob Toorenvliet (1635-1719) et plus tard des artistes européens imitent le style de Bega et empruntent ses personnages de petite vie[7].

Admis en 1654 à la guilde Saint-Luc de Haarlem, il figure sur les registres de la confrérie jusqu'en 1661[8].

Il meurt en 1664 de la peste transmise par son épouse[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont présentes dans les plus grands musées[7]. Le musée du Louvre possède notamment des œuvres typiques de sa manière, un Vieillard lutinant une jeune femme dans un intérieur rustique de 1662, donné par la princesse Louis de Croÿ en 1930[9] ainsi qu'un autre Intérieur rustique aussi appelé Le Bon ménage[10]. À Hambourg, la Kunsthalle conserve un autoportrait peint.

Prière avant le repas, 1663 (Amsterdam)

D'autres peintures représentent souvent le même type de scène,

Parmi les gravures et dessins se trouvent également,


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Scott, M. Cornelis Bega ... as painter and draughtsman, 1984: p. 2 (Cornelis Pietersz. Bega) p. 7 (b. 1631 or 1632, not 1620 as appears in many references)
  2. a, b et c (en) Michael Bryan, Dictionary of painters and engravers, biographical and critical, vol. 1, Londres, George Bell and sons, , 755 p. (lire en ligne), p. 101
  3. (en) Extrait de la notice de Cornelis Bega dans le dictionnaire Bénézit sur le site Oxford Index. 2006, (ISBN 9780199773787)
  4. Dictionnaire Bénézit, éd. de 1976, tome I, p. 576.
  5. Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Cornelis Pietersz Bega », sur www.larousse.fr (consulté le 2 juin 2017)
  6. « Cornelis Bega (Haarlem 1631/2 - Haarlem 1664) - Sphinx Artist Detail », sur www.sphinxfineart.com (consulté le 3 juin 2017)
  7. a et b « Cornelis Bega (Haarlem 1631/2 - Haarlem 1664) - Sphinx Artist Detail », sur www.sphinxfineart.com (consulté le 2 juin 2017)
  8. (en) « Explore Cornelis Bega », sur rkd.nl (consulté le 1er juin 2017)
  9. « Site officiel du musée du Louvre », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le 2 juin 2017)
  10. « Site officiel du musée du Louvre », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le 2 juin 2017)
  11. (nl) Cornelis Pietersz. Bega, « Het gebed voor de maaltijd », Rijksmuseum,‎ (lire en ligne)
  12. (nl) Cornelis Pietersz. Bega, « Musicerende en dansende boeren », Rijksmuseum,‎ 1650 - 1664 (lire en ligne)
  13. (en) « Tanz in der Dorfschenke - SKD Online Collection », sur skd-online-collection.skd.museum (consulté le 2 juin 2017)
  14. « Cornelis Bega :: Biographie ► Virtual Uffizi », sur Virtual Uffizi Gallery (consulté le 2 juin 2017)
  15. « La Joueuse de luth :: Cornelis Bega ► 1631/2-1664 », sur Virtual Uffizi Gallery (consulté le 2 juin 2017)
  16. (en) Teun (A.P.M.) Bonenkamp, a Peasant Quest, Master Thesis, Utrecht University, The Netherlands, (lire en ligne), figure 12
  17. (sv) « Bega, Cornelis Pietersz », sur Pinterest (consulté le 2 juin 2017)
  18. (nl) Cornelis Pietersz. Bega, « Dansende man en vrouw, twee zittende mannen en vrouw », Rijksmuseum,‎ 1642 - 1664 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :