Cornelis Dusart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dusart.
Cornelis Dusart
Cornelis Dusart 001.jpg

Scène de taverne

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
HaarlemVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Lieu de travail

Cornelis Dusart — ou en français : Corneille Dusart — est un peintre, dessinateur et graveur néerlandais, né en 1660 à Haarlem où il est mort en 1704.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Haarlem, Cornelis est le fils de Joan du Sart, organiste de la Cathédrale Saint-Bavon. Il est l'élève d'Adriaen van Ostade qui a une forte influence sur lui, car ce dernier peint des scènes de la vie quotidienne rurale, des tavernes, des plaisirs champêtres et se confine dans la caricature et le pastiche avec un humour prononcé. Ostade, à la fin de sa vie, lui confie ses tableaux inachevés pour les terminer. C'est alors que Cornelis développe un style plus personnel et plus raffiné[1]. Il est également sous l'influence de Jan Steen dont le style lui inspire des expressions exagérées, des gestes et des accoutrenments[1]

Les représentations de Dusart de paysans exubérants ou de beuveries ne sont pas des leçons de morale sur le vice, mais sont plutôt comme une forme de comédie[1]. À sa mort, Dusart avait acquis une remarquable collection de tableaux exécutés par des artistes italiens et néerlandais qui l'ont inspiré[2],[3].

En 1679, il devient un membre de la Guilde de Saint-Luc locale[4] puis doyen de la Guilde en 1692[5].

Peu de détails de sa vie sont connus, Dusart ne se marie pas et vit les onze dernières années de existence en compagnie de ses deux tantes[5], et meurt le à Haarlem.

Au XIXe siècle, ses fleurs sont très estimées, ses dessins originaux qui restent toujours satiriques ainsi que ses eaux-fortes, où il excelle le plus, sont aussi recherchées que ses tableaux[6].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les chefs-d'œuvre de Dusart sont surtout présents dans les musées d'Amsterdam (Marché aux poissons), de Dresde et de Saint-Pétersbourg. Les toiles d'Adriaen van Ostade retouchées par Cornelis Dusart sont, de fait, parfois difficiles à attribuer. Enfin, il ne faut pas le confondre avec Christian Dusart, un autre peintre d'Amsterdam[6].

Peinture[modifier | modifier le code]

  • Marchand de lait, 1679, huile sur bois, musée de Dresde[7] ;
  • Fumeur à la pipe, assis, huile sur bois de chêne[8] ;
  • Réjouissance, 1685, huile sur bois, Museum Sheffield[9] ;
  • La Dispute, 1697, musée de Dresde ;
  • Danse de paysans, musée de Leipzig.

Dessin[modifier | modifier le code]

  • Le Maître d'école, dessin à l'encre brune et lavis gris[10] ;
  • Rustres autour d'une table, dessin non daté, encre brune, lavis gris et craie[11] ;
  • Joueurs de Tric Trac sous une tonnelle, 1673, encre brune et lavis brun[12] ;
  • Femme rasant un homme, dessin.

Gravure[modifier | modifier le code]

  • Chien dansant, 1685[13] ;
  • La Vieillesse gravure de la série Les Quatre Âges de la vie humaine[14] ;
  • La Fête au village[15] ;
  • Le Cordonnier renommé, eau-forte, Musée du Louvre[16].

Illustration[modifier | modifier le code]

Les opposants et les ennemis de Louis XIV dénoncent la politique qu'il mène dans un célèbre ouvrage Les Héros de la Ligue (Amsterdam, 1691) dans lequel paraissent 16 caricatures des acteurs de la répression contre les protestants en France. Ces images en manière noire bien qu'anonymes, sont attribuées à Cornelis Dusart, Jacob Gole et d'autres[17]. Elles sont souvent copiées au burin[18]. Ces iconographies satiriques et critiques participent à l'Image noire de Louis XIV[19].

  • Les Héros de la Ligue ou la procession monacale conduite par Louis XIV pour la conversion des protestants de son royaume, Anonyme mais de Cornelis Dusart et Jacob Gole, manière noire, 1691[20] ;
  • Le roi de France. L'homme immortel Chef de la Ste Ligue, Anonyme mais de Cornelis Dusart et Jacob Gole, manière noire, 1691 avec un poème[N 1] ;
  • Le Père La Chaise. Très habile confesseur, Anonyme mais de Cornelis Dusart et Jacob Gole, manière noire, 1691 ;
  • Madame de Maintenon veuve de Scarron, Anonyme mais de Cornelis Dusart et Jacob Gole, manière noire, 1691 ;
  • Louvois. Exécuteur des ordres de la Sainte Ligue, Anonyme mais de Cornelis Dusart et Jacob Gole, manière noire, 1691 ;
  • Le Renversement de la morale chrétienne par les désordres du Monachisme, pamphlet illustré par 51 figues grotesques de Cornelis Dusart et Jacob Gole, Amsterdam, 1691[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mon Soleil par sa force éclaire l'heretique,
    Il chasse tout d'un coup les brouillards de Calvin :
    Non pas par un Zèle divin,
    Mais afin de cacher ma fine Politique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Cornelis Dusart (Dutch, 1660 - 1704) (Getty Museum) », sur The J. Paul Getty in Los Angeles (consulté le 12 mars 2017)
  2. (en) P. Biesboer, Collections of Paintings in Haarlem, 1572-1745, Getty Publications, (ISBN 9780892365739, lire en ligne)
  3. Adriaan van der Willigen, Les artistes de Harlem: Notices historiques avec un Précis sur la Gilde de St. Luc, Les héritiers F. Bohn, (lire en ligne), p. 124
  4. (nl) « Explore Cornelis Dusart », sur rkd.nl (consulté le 12 mars 2017)
  5. a et b (en) « Cornelis Dusart », FAMSF Explore the Art,‎ (lire en ligne)
  6. a et b Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Cornelis Dusart », sur www.larousse.fr (consulté le 12 mars 2017)
  7. (en) « Cornelis Dusart (1660-1704) - The Barber Institute of Fine Arts », The Barber Institute of Fine Arts,‎ (lire en ligne)
  8. « Peinture nordique 17eS - Cornelis DUSART "Fumeur à la pipe, assis" », sur www.musee-calvet-avignon.com (consulté le 13 mars 2017)
  9. « A Merrymaking | Art UK Art UK | Discover Artworks A Merrymaking » (consulté le 13 mars 2017)
  10. « Cornelis Dusart | The Schoolmaster | The Met », sur The Metropolitan Museum of Art, i.e. The Met Museum (consulté le 13 mars 2017)
  11. (en) « Boors Around a Table | LACMA Collections », sur collections.lacma.org (consulté le 13 mars 2017)
  12. (en) Harvard, « From the Harvard Art Museums’ collections Tric Trac Players under an Arbor », sur www.harvardartmuseums.org (consulté le 13 mars 2017)
  13. (en) « The Dancing Dog | The Art Institute of Chicago », sur www.artic.edu (consulté le 13 mars 2017)
  14. « Les Quatre Âges de la vie humaine (The four ages of man) / La vieillesse (Old age) », sur British Museum (consulté le 13 mars 2017)
  15. « The large Village Fair - Cornelis Dusart - WikiGallery.org, the largest gallery in the world », sur www.wikigallery.org (consulté le 13 mars 2017)
  16. « Cornelis Dusart, Le cordonnier renommé », Images d’Art,‎ 17ème (lire en ligne)
  17. Julie Mellby, « Les Héros de la ligue », sur Graphic Arts, (consulté le 13 mars 2017)
  18. Rémi Mathis, « Le Roi-Soleil se fait incendier par des gravures séditieuses », Ad vivum,‎ (lire en ligne)
  19. Isaure BOITEL, L'Image noire de Louis XIV : Provinces-Unies, Angleterre (1668-1715), Champ Vallon, (ISBN 9791026700906, lire en ligne)
  20. Les Héros de la Ligue, ou la procession monacale conduitte par Louis XIV pour la conversion des protestans de son royaume : [estampe], (lire en ligne)
  21. (mul) Renversement de la morale chrétienne, par les désordres du monachisme : [estampe] / enrichi de figures par Jacob Gole ?, par Cornelis Dusart ?, (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • Isaure Boitel, L'Image noire de Louis XIV : Provinces-Unies, Angleterre (1668-1715), Champ Vallon, , 558 p. (ISBN 979-10-267-0090-6, lire en ligne).
  • (en) Collections of Paintings in Haarlem, 1572-1745, Getty Publications, , 691 p. (ISBN 0-89-236573-0, lire en ligne), p. 95 (inventaire de C. Dusart, décembre 1704).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :