Corentin Jean Carré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Corentin-Jean Carré)
Corentin Jean Carré
527 Châteaulin 1 GM.jpg
Corentin Carré durant la guerre.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 18 ans)
VerdunVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité

Corentin Jean Carré né au Faouët le [1] et mort le à Verdun, est considéré comme le plus jeune poilu de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après le départ de son père[2] pour la guerre, le jeune Corentin veut le suivre mais il voit sa demande d'engagement rejetée en raison de son jeune âge. Il se rend à Pau où il se présente, profitant de la confusion des premiers mois de guerre, au bureau de recrutement sous le nom d'Auguste Duthoy né à Rumigny dans les Ardennes occupées (ce qui explique l'absence de papiers d'identité), le . Il suit avec succès un peloton d'élèves caporaux et monte au front le 20 octobre 1915 dans le secteur de Le Mesnil-lès-Hurlus. Nommé sergent en juin 1916, il est cité le 15 novembre et reçoit la Croix de guerre. Fin décembre 1916, il décide de révéler sa véritable identité, mais il doit, malgré l'appui de son chef de corps, démissionner de son grade et se rengager comme simple soldat. Il combat dans les tranchées au sein du 410e régiment d'infanterie et sur l'insistance du colonel commandant le régiment, il retrouve son grade. Il reçoit une nouvelle citation à l'ordre de la division en juin 1917 : « Sous-officier d'une admirable bravoure, s'est engagé à quinze ans sous un nom d'emprunt pour aller plus tôt au feu (…) Toujours volontaire pour les missions les plus périlleuses, qu'il exécute avec un sang-froid et un courage admirable[3],[4] ».

La presse nationale dès 1916 s'empare de son histoire. Le journal Le Petit Parisien en fait « le plus jeune poilu de France »[5].

Volontaire pour servir dans l'aviation, il est breveté pilote durant l'été 1917 et est affecté à l'escadrille SO 229 équipée de Sopwith 1½ Strutter. L'adjudant-pilote Carré est abattu au-dessus de Verdun[6] et meurt de ses blessures à l'hôpital militaire de Souilly le [7]. Il reçoit une troisième citation, à titre posthume, à l'ordre de l'Armée : « Adjudant Carré Jean Corentin, du 410e régiment d'infanterie, pilote à l'escadrille SO 229 attaqué par trois avions ennemis, le 18 mars, s'est défendu énergiquement jusqu'à ce que son appareil soit abattu, l'entraînant dans une mort glorieuse ».

Il est inhumé dans la nécropole de Rembercourt-Sommaisne, tombe 1510.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hommages et distinction[modifier | modifier le code]

  • Croix de Guerre 1914-1918 ribbon.svg Croix de guerre 1914-1918 attribuée le 24 novembre 1916.
  • En 1919 un inspecteur d'académie écrit son apologie et une affiche, dessinée par Victor Prouvé, est placardée dans les établissements scolaires, accompagnée de la reproduction de la lettre qu'il avait adressé à son instituteur.
  • Un monument en l'honneur de Corentin Carré a été inauguré par le général Weiss dans sa commune natale du Faouët le 7 mai 1939.
  • Sa rue natale au Faouët porte son nom ainsi que d'autres rues dans plusieurs villes de Bretagne : Rennes, Brest, Lorient, etc.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Jean-Corentin Carré, l'enfant-soldat, bande dessinée en 3 volumes aux éditions Paquet. Scénario de Pascal Bresson, dessins de Lionel Chouin et Stéphane Duval, colorisation de J.L. Simon et Patrick Larme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Registre de l'état civil de Le Faouët
  2. Stéphanie Trouillard, « Jean-Corentin Carré, enfant soldat et héros de la Grande Guerre », sur www.france24.com, (consulté le 11 mai 2019)
  3. Dictionnaire de la Grande Guerre, Dir. de François Cochet et Rémy Porte, Ed. R. Laffont, 2008
  4. Jean-Pascal Soudagne, Les Bretons dans la guerre de 14-18, Ed. Ouest-France, 2006
  5. En fait Gustave Chatain, originaire de la région de Saint-Brieuc, fut un enfant soldat encore plus jeune que Corentin Carré et il en existe d'autres exemples comme Pol Woitelin, Émile Bigarré, Léonce Mallet, etc.
  6. Source: 1939-1945 en centre Bretagne, ouvrage collectif de l'association Mémoires, éditions Livr'éditions (ISBN 2-84497-059-1).
  7. Fiche de Corentin Jean Carré sur le site Mémoire des Hommes.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Gilles (préf. Charles Le Goffic, ill. Jean Bouchaud), Le petit poilu du Faouët, Pontivy, Imprimerie Charles Anger, coll. « Les enfants soldats », , 61 p. (lire en ligne)
  • André Fontaine, Le plus jeune héros de la guerre : Jean-Corentin Carré (1900-1915-1918), Versailles, Cerf, , 30 p.
Bande dessinée
  • Pascal Bresson et Jean-Luc Simon (ill. Stéphane Duval et Lionel Chouin), Jean-Corentin Carré, l'enfant soldat : Intégrale, Paquet, coll. « BP.MEMOIRE », , 144 p. (ISBN 978-2888908890)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]