Confédéralisme démocratique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau de l'Union des Communautés du Kurdistan (KCK) et emblème du confédéralisme démocratique.

Le confédéralisme démocratique, également connu sous le nom de communalisme kurde ou apoïsme (du surnom de son fondateur), est une doctrine politique théorisée par Abdullah Öcalan, et agissant comme base sociale et idéologique pour une partie du mouvement kurde et des organismes qui s'y rattachent. Il se présente toutefois comme un mouvement pluriethnique et internationaliste, mis notamment en avant par Öcalan comme une solution résolutive des nombreux conflits nationaux et religieux du Moyen-Orient.

Concept[modifier | modifier le code]

L’émergence du confédéralisme démocratique est issue d'une volonté de dépasser le marxisme-léninisme originel du Parti des travailleurs du Kurdistan après la guerre froide pour un socialisme organisé à la base et agissant dans tous les domaines de la société par démocratie directe. Le Confédéralisme démocratique rejette ainsi le nationalisme et l'État-nation. Ses grandes lignes sont définies par un projet de démocratie assembléiste proche du municipalisme libertaire, une économie de type collectiviste, un système de fédéralisme intégral entre communes et une coopération paritaire et multiethnique dans des systèmes organisationnels et décisionnels autogérés[1],[2],[3]. Cette réorientation fut en grande partie l'œuvre des relations entretenues par Abdullah Öcalan lors de sa détention avec l'essayiste libertaire Murray Bookchin[4],[5].

Pour Öcalan, cofondateur du PKK, les concepts clés de ce mouvement sont la démocratie, le socialisme, l'écologie et le féminisme[6].

Le confédéralisme démocratique puise ses influences tant dans les anciennes civilisations mésopotamiennes que dans les divers débats au sein des courants communistes et anarchistes internationaux, dans les travaux sur l'écologie sociale de Bookchin ou encore dans les expériences autonomes zapatistes[7],[8].

Le programme confédéral-démocratique est adopté par le PKK le 1er juin 2005 lors de la Déclaration finale de la 3e Assemblée générale du KONGRA GEL[9] et sera ensuite repris par le Parti de l'union démocratique, proche du PKK en Syrie, mais ne connaîtra une mise en pratique importante qu'en 2012 avec l'autonomie kurde acquise dans la région du Rojava[10],[11],[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abdullah Ocalan, Confédéralisme démocratique [lire en ligne].
  2. Kurdish Question -WHICH SYRIA? [lire en ligne]
  3. Le Courrier de l'Atlas, actualité du Maghreb en Europe - Kurdistan syrien : la réussite d'une administration autogérée, 14 octobre 2014 [lire en ligne]
  4. New Compass - Bookchin, Öcalan, and the Dialectics of Democracy [lire en ligne].
  5. Benjamin Fernandez, « Murray Bookchin, écologie ou barbarie », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne).
  6. OCL - Le Confédéralisme démocratique, la proposition politique de libération de la gauche kurde, 17 septembre 2013 [lire en ligne]
  7. Union des Étudiants Kurdes de France - Qu’est ce que le Confédéralisme Démocratique ? [lire en ligne]
  8. Populaction.com : Le mouvement Kurde des assemblées locales : le confédéralisme démocratique comme projet politique transnational [lire en ligne]
  9. APA : déclaration finale de la 3e Assemblée Générale du KONGRA GEL, 1er juin 2005 http://apa.online.free.fr/article.php3?id_article=677
  10. FranceTV info, Géopolis - Pourquoi les Kurdes sont-ils mollement soutenus à Kobané ?, 21 octobre 2014 [lire en ligne]
  11. The Guardian - Why world ignoring revolutionary kurds of syria [lire en ligne].
  12. Kurdish Question - THE CONSTITUTION OF THE ROJAVA CANTONS [lire en ligne].