Compagnie des chemins de fer du Sud de l'Aisne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Compagnie des chemins de fer du Sud de l’Aisne
illustration de Compagnie des chemins de fer du Sud de l'Aisne

Création 11 et 26 octobre 1906
Disparition entre 1949 et 1961
Fondateur(s) Ernest Seydoux (Famille_Seydoux) et Georges Tartary (de)

Sigle CSA
Siège social Château-Thierry
Drapeau de la France France

Localisation Aisne
Écartement des rails métrique

La Compagnie des chemins de fer du Sud de l'Aisne était un exploitant ferroviaire qui gérait le réseau de chemin de fer secondaire à voie métrique de l'arrondissement de Château-Thierry.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Compagnie des chemins de fer du Sud de l'Aisne est créée pour assurer la construction puis l'exploitation du réseau de voies ferrées d'intérêt local à voie métrique du sud du département de l'Aisne, dans le secteur de Château-Thierry, jusqu'aux portes des départements de l'Oise et de l'actuelle Seine-et-Marne.

La Compagnie des chemins de fer du Sud de l'Aisne est créée les 11 et à Château-Thierry. Elle se substitue à monsieur Ernest Seydoux qui a obtenu la concession du réseau le précédent.

L'exploitation a débuté le 11 avril 1910. Elle n'a pas survécu aux difficultés financières de l'entreprise liées aux deux guerres mondiales. Les lignes ferment en 1938 et 1942.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

L'ancienne plateforme ferroviaire à Vaux, dans la direction de Gandelu.

Le réseau comprenait trois lignes[1] :

Gares de jonctions[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

  • Locomotives 030T type 107, N° 16 à 23 [2] Pinguély, N° constructeurs (215 à 222), 1907, poids à vide 18 tonnes
  • Voitures à bogies et plateformes extrêmes, N° AB 1 à 12

Matériels et installations préservés[modifier | modifier le code]

Culée du pont des CSA à Vaux, en 2010.

Le réseau est aujourd'hui totalement déclassé. Il subsiste encore quelques bâtiments dans la campagne castel-théodoricienne[3], principalement d'anciennes gares et maisons de garde-barrières.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.trains-fr.org/facs/lig02.htm
  2. Modification de n° des locomotives d'après observation des cartes postales d'époque (la n°23 est illustrée, mais pas la 15). L'article de CFRU n°218 de 1990 (revue de la FACS) qui a servi de support à cette page doit être corrigé en conséquence. Les sources varient sur une série de 8 ou 9 locomotives. L'existence de la n°15 est putative
  3. nom donné aux habitants de Château-Thierry

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]