Commanderie de Jalès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jalès
Image illustrative de l’article Commanderie de Jalès
Présentation
Fondation Drapeau de l'Ordre du Temple Templiers 1140
Reprise Drapeau des chevaliers hospitaliers Hospitaliers 1312
Protection  Inscrit MH (1981)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Ville Berrias-et-Casteljau
Coordonnées 44° 22′ 12″ nord, 4° 13′ 19″ est

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

(Voir situation sur carte : Ardèche)
Jalès

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Jalès

La commanderie de Jalès se situe dans la plaine de la Berrias, sur la commune de Berrias-et-Casteljau située dans le département de l'Ardèche et la région Rhône-Alpes[1]. L'essentiel des archives se trouve aux Archives départementales des Bouches du Rhône (56-H 5218 à 5246), relatives au Grand Prieuré de Saint-Gilles (Gard) .

Historique[modifier | modifier le code]

En 1782, la commanderie est confiée au bailli de Suffren. Ce dernier va y séjourner régulièrement et beaucoup apprécier les lieux.

La commanderie a été fondée en 1140 par les templiers. Elle est réputée pour être une des plus vieilles commanderie de France encore en état. Comme toutes les commanderies occidentales de l'Ordre, elle n'avait pas vocation militaire. Elle servait à récolter des fonds ainsi que des vivres. Elle a été profondément remaniée lorsqu'elle est passée sous la tutelle des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem au XIVe siècle.

Jalès connait une phase de déclin importante aux XVIe et XVIIe siècles, les commandeurs de l'Ordre n'y séjournant plus[2]. Mais, à partir de 1740, le château est restauré par le commandeur Pierre-Emmanuel de Lauberivière de Quinsonas, qui en fait sa résidence et procède à une grande remise en ordre. Une restauration des droits féodaux, une meilleure gestion des terres, l'introduction de nouvelles cultures (vignes, mûriers, châtaigniers) et l'élevage de vers à soie permettent une augmentation sensible des revenus[2]. La commanderie est dotée de trois appartements superbes au premier étage des ailes est et ouest bâtis autour de la cour intérieure. Pris sur le volume de la cour, face au midi et appuyé sur le grand cellier, un nouveau bâtiment est édifié pour servir d'entrée au château et abriter un appartement d'hiver. Les portes intérieures, en noyer, la rampe en fer forgé, une tapisserie en cuir doré, des cheminées en bois sculpté, des boiseries et portes de placards ornés de bas-reliefs, les pavés de terre cuite vernissée blancs et verts, et les plafonds gris perle, tout dénote les goûts raffinés de Lauberivière de Quinsonas[2]. Le bâtiment garde cependant au XVIIIe siècle une allure austère de solide maison forte médiévale avec ses murailles crénelées, ses guérites posées régulièrement et son grand portail muni d'une sarrasine de bois[3]. Pour pénétrer dans la bâtisse, il y a encore un petit pont-levis à franchir et il faut passer par un autre portail garni de sa sarrasine avant d'entrer dans la cour.

En 1782, Jalès est confiée à un commandeur prestigieux, Pierre André de Suffren, qui rentre tout auréolé de sa campagne aux Indes lors de la Guerre d'indépendance des États-Unis. Suffren ne séjourne pas en permanence dans la commanderie, mais c'est celle qu'il préfère sur les quatre qui lui sont affectées pour assurer ses revenus d'ambassadeur de l'Ordre à Paris. « J'irai chez moi » écrit le célèbre bailli lorsqu'il s'apprête à s'y rendre. Suffren fait en 1786 et 1787 plusieurs séjours dans la commanderie et y réalise quelques travaux pour rendre les appartements plus confortables et plus à son goût[4]. La légende locale veut même qu'il ait fait fabriquer une table échancrée pour y loger son énorme bedaine de gros mangeur. En 1786, Suffren y reçoit sa nombreuse famille : « J'ai autant de monde que la maison peut en contenir. J'ai six femmes ! »[5] Le bailli note en 1787que la maison est « fort logeable. Il y a un bon potager. » Ce sera son dernier séjour, car il semble qu'en 1788, Suffren, dont la santé se dégrade, ne se soit pas rendu en ce lieu qu'il affectionnait beaucoup (il décède en décembre de la même année).

La commanderie sera l'un des sites des épisodes contre-révolutionnaires dits : les Camps de Jalès.

Organisation[modifier | modifier le code]

Malgré les outrages du temps, surtout pendant la période révolutionnaire, une grande partie des constructions romanes sont parvenues jusqu'à nous[6].

Le cellier[modifier | modifier le code]

La chapelle[modifier | modifier le code]

La chapelle, au sud, a conservé depuis son origine au XIIe siècle une abside semi-circulaire voûtée en cul de four, une nef à trois travées, un portail en plein cintre et deux petites baies romanes. D'autres ouvertures sont postérieures. Les peintures murales subsistantes sont probablement de la fin du Moyen Âge. En 1151, elle est dédiée à la Vierge Marie, mais au XIIIe siècle elle est placée sous l'invocation de Sainte Marie-Madeleine[7].

La chapelle a été transformée en grenier vers le XVIe siècle.[réf. nécessaire]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1988_num_146_1_3062?q=Jal%C3%A8s
  2. a b et c Rémi Monaque, Suffren, le destin inachevé, éditions Tallandier, 2009, p.360.
  3. Il s'agit d'une sorte de herse. Rémi Monaque, ibidem.
  4. Rémi Monaque, op. cit., p.361.
  5. Anecdote citée par Rémi Monaque, op. cit., p.361. Il invite aussi sa maîtresse, Madame d'Alès, à venir l'y rejoindre. Ibidem.
  6. Rémi Monaque, op. cit., p.360.
  7. Daniel Le Blevec, Claudine Maréchal et Corine Parot, « La commanderie de Jales Berrias-Casteljeau (Ardèche) », Cahier de Jales, Association Pierre Richard, no 3,‎ (ISSN 0998-2604)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Allimant et Joëlle Dupraz, « La fouille de la commanderie des templiers de Jalès », Revue du Vivarais, vol. XCV, no 708,‎ , p. 323-332
  • Gérard Gangneux, « La commanderie de Jalès des hospitaliers de Saint-Jean (Grand-Prieuré de Saint-Gilles) : études socio-économique, XVIIe et XVIIIe siècles », Revue du Vivarais, no 689,‎ , p. 235-247 et 275-297
  • Daniel Le Blévec, « Les Templiers en Vivarais: les archives de la commanderie de Jalès et l'implantation de l'ordre du temple en Cévennes », Revue du Vivarais,‎ , p. 36-40
  • Daniel Le Blévec, « La seigneurie des templiers de Jalès », Revue du Vivarais, no 689,‎ , p. 37-51
  • Daniel Le Blévec, « Berrias, village templier », Bulletin de liaison de la S.P.E.S.P.V.,‎ , p. 46-52
  • Robert Saint-Jean, « La commanderie de Jalès : les bâtiments du XIIe au XVIIIe siècles », Revue du Vivarais, no 689,‎ , p. 53-80

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]