Comète interstellaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec exocomète.
Cet article court présente un sujet plus développé dans : objet interstellaire.

Une comète interstellaire est une comète du Système solaire ayant une origine extrasolaire (hors du Système solaire).

Une comète interstellaire est une comète située dans l'espace interstellaire et non gravitationnellement liée à une étoile[1]. Même si aucune n'a encore été définitivement identifiée avec certitude, la conjecture indique qu'elles devraient exister. Les théories actuelles sur la formation du système solaire prédisent qu'un grand nombre de corps sont éjectés dans l'espace intersidéral, de 90 % à 99 %[2],[3]. La probabilité que les processus soient similaires dans d'autres systèmes planétaires suggère l'existence d'une importante population de corps cométaires non liés. À l'heure actuelle, une comète interstellaire ne peut être détectée que si elle passe à travers le système solaire interne; elle pourrait être distinguée d'une comète venant du nuage d'Oort, par sa trajectoire fortement hyperbolique, qui indiquerait qu'elle n'est pas gravitationnellement liée au Soleil. Des comètes ayant une trajectoire presque hyperbolique ont été observées, mais une étude plus précise montre qu'elles pourraient bien provenir de ce nuage et n'indique pas une origine interstellaire.

Si les comètes interstellaires existent, elles doivent parfois passer à travers le système solaire interne. Elles devraient arriver avec des vitesses aléatoires, principalement en venant de la constellation d'Hercule parce que le système solaire se dirige dans cette direction. Pourtant aucune comète ayant une vitesse supérieure à la vitesse de libération du Soleil n'a encore été observée[4]. Un article de Torbett indique que la densité ne dépasse pas 1013 comètes par parsec cube (1 × 1013 pc−3). D'autres analyses, en provenance de LINEAR, fixent la limite supérieure à 4,5 × 10−4 ua−3 (1 comète pour 2 222 unités astronomiques cubes [= 1 comète / (2 222 ua3)]) ou 1012 comètes par parsec cube (1 × 1012 pc−3)[2].

Une comète interstellaire pourrait, en de rares occasions, être capturée sur une orbite héliocentrique en passant par le système solaire. Les simulations informatiques montrent que Jupiter est la seule planète suffisamment massive pour en capturer une et que cela pourrait se produire une fois tous les soixante millions d'années[5]. La comète 96P/Machholz pourrait être une telle comète. Elle a une composition chimique atypique dans le Système solaire[6]. L'objet 1I/ʻOumuamua pourrait être un autre candidat, même s'il ne développe pas de chevelure.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Valtonen, Mauri J.; Jia-Qing Zheng, Seppo Mikkola (March 1992). "Origin of oort cloud comets in the interstellar space". Celestial Mechanics and Dynamical Astronomy (Springer Netherlands) 54 (1-3): 37–48. Bibcode:1992CeMDA..54...37V. doi:10.1007/BF00049542. Retrieved 2008-12-30.
  2. a et b Francis, Paul J. (2005-12-20). "The Demographics of Long-Period Comets". The Astrophysical Journal 635 (2): 1348–1361. arXiv:astro-ph/0509074. Bibcode:2005ApJ...635.1348F. doi:10.1086/497684. Retrieved 2009-01-03.
  3. Choi, Charles Q. (2007-12-24). "The Enduring Mysteries of Comets". Space.com. Retrieved 2008-12-30.
  4. MacRobert, Alan (2008-12-02). "A Very Oddball Comet". Sky & Telescope. Retrieved 2010-03-26.
  5. Torbett, M. V. (July 1986). "Capture of 20 km/s approach velocity interstellar comets by three-body interactions in the planetary system". Astronomical Journal 92: 171–175. Bibcode:1986AJ.....92..171T. doi:10.1086/114148
  6. MacRobert, Alan (2008-12-02). "A Very Oddball Comet". Sky & Telescope. Retrieved 2010-03-26