Colloque de Cordoue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le colloque de Cordoue est une conférence internationale organisée par la chaîne de radio France Culture, qui s'est tenue à Cordoue du 1er au 5 sur le thème « Science et conscience. Les deux lectures de l'univers »[1].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le but de ce colloque était de confronter les points de vue des scientifiques et de penseurs d'autres disciplines, concernant les découvertes physiques récentes. En particulier, l'apport à la pensée moderne de curiosités comme le paradoxe EPR[2]. Selon Michel Cazenave, son organisateur, il était d'« essayer d'explorer les voies par lesquelles, un jour peut-être, l'homme pourrait se réconcilier avec lui-même, réunir dans une grande gerbe la puissance de sa raison et la profondeur de son âme »[3].

Parmi les physiciens et les autres scientifiques prestigieux participant, on peut citer David Bohm, Fritjof Capra, Olivier Costa de Beauregard, Brian Josephson, Paul Chauchard et Hubert Reeves.

Sommaire du colloque[4][modifier | modifier le code]

Première partie : La mécanique quantique et le rôle de la conscience[modifier | modifier le code]

Deuxième partie : Neuro-psycho-physiologie et états de conscience[modifier | modifier le code]

Troisième partie : L’épiphanie de la psyché dans la conscience[modifier | modifier le code]

  • Introduction, par Élie Humbert
  • Science et conscience considérées par la psychologie analytique en tant que science, par Carl Alfred Meier
  • Du biologique à l'imaginal, par Pierre Solié
  • Quelques aspects de la synchronicité en relation avec le calendrier divinatoire mexicain Tonalamatl, par José F. Zavala
  • Une pratique du sens, par Élie Humbert
  • La mesure des événements : la proposition 117 de Proclus dans la perspective d'une psychologie archétypique, par James Hillman

Quatrième partie : L'Odyssée de la conscience[modifier | modifier le code]

Cinquième partie : Science et conscience[modifier | modifier le code]

  • Introduction, par Hubert Reeves
  • Esprit, cerveau et conscience, par Karl H. Pribram
  • La neurocybernétique du comportement humain à la lumière du silence de la pensée de l'hésychasme, par Georges Pégand
  • Les implications pour la science et la société des découvertes récentes dans le champ de la recherche psychologique et psychique, par Willis H. Harman

Sixième partie : Conclusions finales[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

De nombreux scientifiques ont protesté contre ce qui leur apparaissait comme un mélange des genres insupportable et comme un retour en arrière[1].

Pour le journaliste scientifique Michel de Pracontal, un reproche à faire au colloque est d'avoir été organisé par un média, et non par la communauté scientifique. Le public en aura surtout retenu, d'une manière peut-être un peu réductrice, que des scientifiques prestigieux soutiennent l'irrationnel ou le paranormal[5].

Un autre reproche est que les physiciens présents ont lancé leurs spéculations les plus audacieuses, sans qu'elles soient forcément comprises comme telles, et pouvait donc être vues comme des hypothèses courantes en physique moderne par ceux qui la connaissent peu[6]. Le problème était aggravé par le fait que par son thème, la conférence a attiré ceux des physiciens qui sont les plus attirés par les thèses spiritualistes, les rationalistes la boycottant.

On peut évoquer deux causes pour expliquer le succès du colloque : d'une part, le public est attiré par les théories physiques qui justifient les phénomènes paranormaux, ou font jouer un rôle à la conscience humaine dans la physique. D'autre part, comme le fait remarquer Jean-Marc Levy-Leblond, le degré élevé de formalisme et l'abstraction de la mécanique quantique conduisent à en expliciter les concepts à partir de n'importe quelle tradition philosophique et culturelle[7].

Prolongements[modifier | modifier le code]

Le colloque de Cordoue a été prolongé par le colloque de Tsukuba (Japon), Sciences et Symboles, organisé par Michel Cazenave du 6 au 10 novembre 1984[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Science et conscience. Les deux lectures de l'univers (Colloque international de Cordoue, 1-5 octobre 1979). Robert Jean-Dominique. Revue Philosophique de Louvain, Année 1983, Volume 81, Numéro 51, pp. 529-532. (Revue de presse). Texte intégral
  2. « D'Einstein à la télépathie. Interview d’Olivier Costa de Beauregard ». par Solange Collery
  3. Michel Cazenave, La science et l'âme du monde, Paris, Albin Michel, 1996
  4. Actes du colloque, publiés sous le titre Science et conscience. Les deux lectures de l'Univers, Stock et France-Culture, 1980
  5. Michel de Pracontal. Science et vie, derrière le miroir. Thèse-montage
  6. Elie Volf, Benjamin Lisan, Antoine Thivel. « Le Paranormal démystifié par les Sciences ». Collaboration de Jocelyn Bézecourt et Eric Lowen
  7. http://www.archipress.org/index.php?Itemid=49&id=131&option=com_content&task=view
  8. Yves Jaigu

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]