Collégiale Notre-Dame de Saint-Hippolyte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Collégiale Notre-Dame de Saint-Hippolyte
Image illustrative de l'article Collégiale Notre-Dame de Saint-Hippolyte
Présentation
Culte Catholicisme
Type Collégiale
Rattachement Archidiocèse de Besançon
Début de la construction 1308
Protection  Inscrit MH (1979)[1]
Géographie
Pays France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Ville Saint-Hippolyte
Coordonnées 47° 19′ 09″ nord, 6° 48′ 47″ est

Géolocalisation sur la carte : Doubs

(Voir situation sur carte : Doubs)
Collégiale Notre-Dame de Saint-Hippolyte

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Collégiale Notre-Dame de Saint-Hippolyte

La collégiale Notre-Dame de Saint-Hippolyte est une collégiale du XIVe siècle avec clocher à dôme à impériale à Saint-Hippolyte dans le Haut-Doubs en Franche-Comté. Elle est dédiée à la Vierge Marie, à Saint Hippolyte et inscrite aux monuments historiques depuis le 6 mars 1979[1].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1303 le comte Jean II de la Roche (famille de la Roche) fonde un chapitre de huit chanoines (créateurs d'une « école de langue et poésies latines » réputée) et fait édifier cette collégiale en 1308 au bord du Doubs sur une chapelle édifiée en 1040 avec un clocher-porche initialement de style gothique. Elle possède quatre autels afin que les chanoines puissent dire plusieurs messes en même temps. Le sol est pavé des pierres tombales des comtes de la Roche, de chanoines du chapitre et d'habitants de la cité ... Entre 1418 à 1452 (durant 34 ans) le comte Humbert de Villersexel fait abriter le Saint Suaire (arrivé en France au XIIIe siècle par la quatrième croisade) dans cette collégiale de son fief pour le protéger des ravages des mercenaires des grandes compagnies durant la guerre de Cent Ans (1337 à 1453). Durant la Révolution française, le mobilier est entièrement détruit et entièrement remplacé depuis.

Un clocher à dôme à impériale remplace la tour gothique initiale brulée par les mercenaires du roi Gustave II Adolphe de Suède durant la guerre de Dix Ans (1634-1644).

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]