Club des Pins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Club des Pins
Club des Pins
Plage du Club des Pins
Noms
Nom arabe
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Alger
Commune Staoueli
Statut Quartier
Géographie
Coordonnées 36° 46′ 11″ nord, 2° 53′ 03″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Club des Pins

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Club des Pins

Le Club des Pins ou directement Club-des-Pins est une station balnéaire située à 25 km à l'ouest d'Alger, dans la commune de Staoueli, en Algérie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Club des Pins tire son nom de la forêt de Pins à côté de la mer, à proximité de la station balnéaire de Moretti. À l'indépendance, un petit village touristique fut construit en contrebas de cette forêt, en face d'une longue plage de sable fin. Des chalets, des bungalows furent construits et les touristes y affluaient chaque été durant les années 1970 et 1980 pour y passer des vacances[1].

En 1992, au début de la guerre civile algérienne qui ravageait le pays, les autorités algériennes décidèrent de transformer le Club des Pins en une résidence d'État hautement protégée, pour l'agrément sécurisé des familles des hauts dignitaires. Pourvu d'interdictions spéciales vis-à-vis de la pêche, de l'agriculture, etc., sa direction est confiée à Hamid Melzi, un proche du patron du DRS (services secrets algériens), le général Mohamed Mediène, dit « Toufik », ce qui permet à ce dernier d'être renseigné sur les hôtes qui profitent du lieu[1].

En septembre 2013, son directeur, Hamid Melzi, est brièvement renvoyé. L'intervention du patron du DRS, le puissant général Toufik aurait permis d'annuler cette décision[2].

En juillet 2015, une vingtaine députés FLN demandent l'ouverture d'une commission d'enquête, l'accès à la résidence ayant été refusé à plusieurs d'entre eux[3].

En 2015, un fils d'Hamid Melzi se marie au Sheraton, en présence d'Amar Ghoul et Ahmed Ouyahia ; une enquête est ouverte pour des coups de feu tirés par les invités[2]. En septembre 2015, à la suite de la mise à la retraite du général Toufik, la gendarmerie tente de reprendre le contrôle des accès aux Club des Pins et retire son port d'arme à ses cadres dirigeants[4], alors que le renvoi de Hamid Melzi est annoncé comme imminent[2]. En 2016, s'il est toujours en place, le wali d'Alger y fait démolir un restaurant construit par le fils du directeur[5].

En 2016, Algérie-Focus affirme qu'une villa refaite à neuf a été attribuée au fils d'Abdelmadjid Tebboune, ministre de l'habitat, de l'urbanisme et de la ville[6].

En 2019, alors que les manifestations se succèdent tous les vendredis, obtenant le départ du président Abdelaziz Bouteflika, le président par intérim, Abdelkader Bensalah, tente d'organiser une conférence pour revoir la commission électorale au Palais des Nations du Club des Pins[7]. Les ministres du nouveau gouvernement Bedoui sont directement logés à l'hôtel Sheraton[8]. Dans la série de limogeages qui se déroule avec l'éviction du clan Bouteflika, Hamid Melzi est renvoyé de la direction du Club des Pins. Il est remplacé par le directeur de l'exploitation, Mourad Amrouche[9],[10].

Description générale[modifier | modifier le code]

Territoire luxueux et ultra-sécurisé[11],[12], notamment durant la guerre civile algérienne[13], il contient :

  • Le territoire de la résidence Sahel, résidence du chef de l'État, uniquement accessible aux porteurs d'un laisser-passer spécial[11] (familles de généraux, d'hommes politiques, hauts fonctionnaires[14],[12]), et comprenant :
    • la nouvelle résidence d'État, achevée au début des années 2010[15], construite par un groupe Chinois et comprenant 53 villas de luxe[16]. Ahmed Ben Bella est le premier à profiter[15],[17].
    • le Palais des nations, construit au début des années 1960, qui accueille dans cette décennie des conférences internationales importantes (sommet afro-asiatique de juin 1965, conférence des non-alignés, plusieurs sommets arabes)[18] et qui sert à la réception d'hôtes de marque ; Abdelaziz Bouteflika y prête serment après sa réélection en 2014.
    • un ensemble d'un millier[19] de villas ou « chalets » attribuées à des personnages importants du régime[20]. Ils sont attribués automatiquement aux membres du gouvernement[19] ; leur taille dépend de l'importance de chaque personnage[13]. C'est aussi le lieu où l'État algérien loge un temps la famille Khadafi après la chute de ce dernier, notamment Hannibal Khadafi[21].
    • une plage privée.
    • le Centre international de Conférences (CIC), inauguré en par le président Abdelaziz Bouteflika. Ce centre dispose d'un auditorium de 6 000 sièges et d'une salle de conférence de 700 places. On y trouve également 6 salles de réunion d'une capacité de 300 participants chacune, une grande salle de banquet d'une capacité de 3 000 personnes, une bibliothèque et une clinique équipée d'un bloc opératoire. Il comprend aussi un palais des congrès réservé aux chefs d’État, un autre palais des congrès commun à toutes les conférences internationales et nationales ainsi qu’un centre d’exposition[22]. Son coût initial avant retard (il était prévu pour 2013) était de 500 millions de dollars[23].
  • L'hôtel cinq étoiles Sheraton-Club des Pins, possédant sa propre plage privée, entre la plage de la résidence Sahel et la plage Moretti.
  • Moretti, autre zone de villas à accès restreint, comprenant une plage privée.

Importance[modifier | modifier le code]

Dépendant directement du premier ministre, son budget officiel est de 1500 millions de dinars, sans compter les budgets pris en charge par chaque ministère[19]. D'après Mondafrique, le budget réel serait le triple ou le quintuple de celui annoncé[1].

Le club des Pins est devenu en Algérie un symbole des avantages obtenus par le cercle rapproché du pouvoir et leur famille, formant une jeunesse dorée à part du reste de la population[24],[11],[14],[12],[25],[26].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Mondafrique, « Les étés sulfureux du Club des Pins », 6 septembre 2015
  2. a b et c Club des Pins/Vers la chute d’un “empereur”
  3. Achira Mammeri, « L’accès à Club des Pins et Moretti divise les députés », TSA, 29 juillet 2015
  4. Abdou Semmar, « Exclusif/Le directeur de Club des Pins a été désarmé par la gendarmerie nationale » Algérie Focus, 22 septembre 2015
  5. Abdou Semmar, « Finie l’impunité pour les puissants/Le restaurant du fils d’un haut responsable démoli par la gendarmerie », Algérie Focus, 22 juin 2016
  6. Abdou Semmar, « Privilèges/ Une superbe villa pour le fils de Tebboune au Club des Pins », Algérie Focus, 17 août 2016
  7. Madjid Makhedi, « Boycott massif de sa conférence organisée hier à Club des Pins : Bensalah rate son premier test », El Watan, 23 avril 2019
  8. Chorki Hafed, « Ministres logés au Sheraton : qu’est ce que cela coûte au contribuable ? », Cap Algérie, 15 avril 2019
  9. eBourse DZ, « Résidences d’Etat: Melzi et son fils risquent des poursuites », 24 avril 2019
  10. Nadia Benakli, « il a chamboulé l'administration », L'Expression, 28 avril 2019
  11. a b et c Club des pins ou les nouveaux colons de l’Algérie
  12. a b et c Le Quotidien d'Algérie, Hamid Melzi, un super P-DG : il dirige en même temps 5 entreprises publiques, 1er mai 2013
  13. a et b Fatima H., « Près d'Alger, la cité interdite des privilégiés. Camp retranché sur 3 km,le club des Pins abrite les proches du pouvoir. », Libération, 5 juin 1997
  14. a et b L’Algérie, une plaie béante…
  15. a et b Bouteflika et les luxueuses résidences du club des pins
  16. Yacine Babouche, « La nouvelle résidence d’État de Club des Pins, symbole des années de gâchis », TSA, 22 septembre 2015
  17. L'Expression, Les chouchous de la République squattent le Club des pins
  18. berberes.com, Le palais des nations du club des pins sera fermé
  19. a b et c Abdou Semmar, Combien coûte le “Club des Pins” aux Algériens ?, Algérie Focus, 9 mars 2015
  20. Liberté, Résidence d’État du Club-des-Pins : Une vingtaine de ministres sommés de rendre les clés, 14 mai 2014
  21. Le Matin, L’exil doré des Kadhafi au Club-des-Pins, 19 novembre 2011
  22. https://www.algerie-eco.com/2016/09/08/president-bouteflika-inaugure-palais-congres/
  23. Abdou Semmar, « Soupçon de corruption autour du nouveau Centre international des conférences de Club des Pins », Algérie Focus, février 2015
  24. Jeune Afrique, Les folles nuits d'Alger, 25 février 2008
  25. Abdou Semmar, « Les jolies filles de Club des Pins et le soleil de plomb d’In Salah », Algérie Focus, 10 août 2014
  26. Brahim Ferhat, « La nomenklatura algérienne et sa provocante ostentation », Le Matin, septembre 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]