Claude Vaillancourt (juge)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claude Vaillancourt
Defaut 2.svg
Informations
Naissance
Nationalité
Activité
Fonction

Claude Vaillancourt (né le ) est un avocat, juge et homme politique québécois, né à Chicoutimi. Il est député de la circonscription de Jonquière à l'Assemblée nationale du Québec de 1976 à 1983, sous la bannière du Parti québécois. Il est élu Président de l'Assemblée nationale du Québec, le [1].

M. Vaillancourt a fait ses études au collège de Jonquière et à l'université Laval de Québec. Il a pratiqué le droit à Jonquière, dans deux cabinets privés et à l'Aide juridique, de 1969 jusqu'à son élection, le .

Le , M. Vaillancourt démissionne de son poste de Président de l'Assemblée nationale et le 29 juin 1983 de son poste de député pour accepter un poste de juge à la Cour du Québec. Il occupe cette fonction à Roberval et à Montréal.

En , il fait partie d'un groupe de juges qui s'inquiètent du manque de supervision des peines avec sursis et publient une série de jugements en ce sens[2]. Plus tard cette année-là, il condamne à 18 mois de prison et à trois ans d'interdiction d'utiliser un téléphone, un jeune homme de 25 ans reconnu coupable d'avoir pénétré par effraction dans les répondeurs téléphoniques de 27 sergents-détectives du Service de police de la ville de Montréal pour y écouter et effacer des messages[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Assemblée nationale du Québec. Chronologie parlementaire 1980-1981. 22 février 2002.
  2. Radio-Canada. Des juges questionnent les peines avec sursis, le 18 avril 2000.
  3. Desjardins, Christiane. Steven Boudrias: 18 mois de prison et trois ans sans pouvoir utiliser un téléphone!. Jeudi 12 octobre 2000.

Lien externe[modifier | modifier le code]