Clément Le Cossec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Clément Le Cossec
Généralités
Nom Clément Le Cossec
Date de naissance 20 février 1921
Lieu de naissance Treffiagat, France
Date de décès (à 80 ans)
Nationalité Français
Pays de résidence France
Spiritualité
Religion Christianisme évangélique
Courant Pentecôtisme
Dénomination Mission Évangélique des Tziganes de France - Vie et Lumière
Fonctions
Service Pasteur
Activité(s) Pasteur principal (1993 à aujourd’hui)
Vie personnelle
Site web clement-le-cossec.org
Le pasteur Clément Le Cossec Chez les Gitans 1991.

Clément Le Cossec né le à Treffiagat et mort le est un pasteur pentecôtiste, fondateur de la Mission Évangélique des Tziganes de France - Vie et Lumière. Il est le précurseur du réveil évangélique parmi le peuple Roms, en Europe, en Inde et en Amérique du Nord et du Sud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Cossec est originaire d'une famille bretonne catholique et très pauvre. Son père était marin-pêcheur, mutilé de la guerre 1914-1918. Après que son père est muté en Normandie, Clément Le Cossec connaît, en plus de la misère et de la maladie, le rejet, le mépris, en tant que Breton. Cette situation lui permettra par la suite de mieux comprendre la souffrance d'un peuple mis à l'écart. Il se convertit à l'âge de 14 ans, au Havre, avec toute sa famille. Dans une réunion évangélique au Théâtre du Havre, son père aurait été guéri instantanément de son problème cardiaque, de ses rhumatismes et de son eczéma[1]. De là naît sa vocation de s'occuper des pauvres et des rejetés en leur annonçant l'évangile. Après des études secondaires, une formation commerciale et technique, il suivra une formation biblique par correspondance, avec l'école biblique des ADD britanniques à Londres.

À 25 ans, en 1946, il est pasteur protestant dans une église à Lille. Plusieurs évènements l'amèneront à s'occuper de familles tziganes dans le besoin. Arrivé en Bretagne en 1950, il entreprend la fondation de l'Église évangélique de Rennes, avec le concours de l'évangéliste anglais Douglas Scott, promoteur du Mouvement de Pentecôte en France[2]. Mais c'est à Brest en 1952, que commence son ministère en faveur des Gitans, quand des Tziganes convertis viennent lui dire qu'aucun pasteur ne souhaite les baptiser. La Mission Évangélique des Tziganes de France est fondée en 1954[3]. Voyant le besoin de ces gens illettrés et sans enseignant, il pratiquera des centaines de baptêmes en mer, puis il décidera de laisser son église de Rennes entre les mains d'un jeune pasteur, en 1958 pour s'occuper des trois mille Tziganes nouvellement convertis[réf. nécessaire].

Clément Le Cossec se retrouve sans aucun soutien financier. C'est alors qu'il décide de mettre sa revue Lumière du monde crée en 1947 pour la jeunesse, au service des Tsiganes. Elle deviendra Vie et Lumière en 1960 et lui permettra le soutien d'un salaire équivalent au SMIC[réf. nécessaire].

Deux mille Tziganes venus de toute l'Europe se sont rendus au cimetière-sud du Mans, aux obsèques de leur « apôtre » mort d'un cancer à l'âge de 80 ans[4].

Son ministère[modifier | modifier le code]

L'église roulante[modifier | modifier le code]

Elle commença à Rennes en 1958, où il décida de partir à l'aventure avec le peuple tsigane, sur les routes en France d'abord, puis en Belgique, en Hollande en Allemagne, mais aussi en Espagne, au Portugal en Italie. Par la suite il voyagea dans plus de 40 pays au Canada, aux États-Unis, au Mexique, en Argentine ou dans les pays de l'Est[réf. souhaitée].

Très tôt, dès 1950 comme à Saint-Jacques, près de Rennes, des rassemblements évangéliques, sous forme de conventions sont organisés. Aujourd'hui, ils rassemblent 5000 caravanes, soit l'équivalent de vingt à trente mille Tsiganes. Leurs réunions ont lieu dans des bâtiments loués ou sous des chapiteaux dressés à l'occasion. Elles sont tout public, au vu des affiches et des nombreux tracts distribués sur leurs lieux de passage. Même les autorités locales (maire, police, préfets) sont invitées[réf. souhaitée].

Le réveil spirituel[modifier | modifier le code]

Le réveil spirituel s'est accompagné dira-t-il, pour ce peuple par de nombreuses guérisons.

Il participa aussi étroitement à l'éducation de Roms convertis, en leur apprenant à lire et à écrire, puis en leur apportant un enseignement biblique, afin d'établir des pasteurs tsiganes dans ces églises naissantes. Car dira t-il, un « réveil n'est durable que dans la mesure où il y a des cadres spirituels »[5].

Clément Le Cossec veut prendre modèle sur l'apôtre Paul dans la Bible, qui demande à son compagnon Timothée, de confier ce qu'il a entendu par sa bouche « à des hommes capables de l'enseigner aussi à d'autres »[6].

C’est dans une humble caravane, avec une poignée d’élèves que le « pasteur des Gitans » commença les premiers cours bibliques itinérants. Puis, à cause des demandes d’inscriptions toujours plus nombreuses, il sera très vite secondé par un jeune pasteur tsigane : Denis Théom, surnommé Payon. Il s’adjoindra aussi Georges Meyer dit "Jimmy", qui succédera plus tard à Clément Le Cossec à la présidence de La Mission Tzigane Évangélique, en 1972 [7].

Confronté à des vocations encore plus nombreuses, il achètera en 1967, une première propriété aux Choux dans le Loiret près de Gien pour accueillir les futurs prédicateurs[8]. D'une trentaine d'étudiants, ils passeront à plus de 200 en 1996. D'autres Tsiganes devenus pasteurs viendront grossir l'enseignement de l'École biblique française, parmi les plus connus : Charles Welty (Tarzan) et Wasso Ferret (Balo). D'autres écoles Bibliques naîtront dans plusieurs pays d'Europe et en Inde.

L'action sociale[modifier | modifier le code]

Clément le Cossec fit construire, en faveur des pauvres et des déshérités tziganes d'Inde, plusieurs pensionnats accueillant des centaines d'enfants[réf. souhaitée].

Face à la pauvreté de certains Tziganes, il n'hésitera pas à acheter des costumes à ses élèves prédicateurs, avec l'argent issu d'offrandes, comme ce fut le cas pour les évangélistes Mandz et Pinar au début de leur mission[9].

Lutte contre la discrimination et l'isolement[modifier | modifier le code]

Au début des années 1950, les conventions menées par le prédicateur tzigane Mandz amènent l'intervention des gendarmes, à cause du rassemblement de roulottes. Mandz demandera à Clément le Cossec, d'organiser lui-même les réunions en louant une tente.

En 1968, la Mission Évangélique Tsigane se sépare des Assemblées de Dieu pour que les pasteurs soient formés et puissent prêcher auprès de leurs communautés respectives[10]. Depuis 1975, la Mission évangélique tzigane est membre de la Fédération protestante de France (FPF). Cette adhésion à la FPF fut en partie motivée chez Clément Le Cossec par la recherche d'un soutien social pour un groupe souvent marginalisé ainsi que par le désir d'éviter aux convertis tsiganes de se trouver isolés et considérés comme une secte[11].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mon aventure chez les Tziganes par Clément Le Cossec 1991 p. 23-4
  2. Mon aventure chez les Tziganes par Clément Le Cossec 1991, p. 16
  3. Sébastien Fath, Du ghetto au réseau. Le protestantisme évangélique en France, 1800-2005, Éditions Labor et Fides, France, 2005, p. 217
  4. Serge Le Luyer, Clément Le Cossec, pasteur des Tsiganes, Ouest-France, 24 juillet 2001.
  5. Mon aventure chez les Tziganes par Clément Le Cossec 1991 p. 28.
  6. La Sainte Bible 2 Timothée 2/2
  7. Loup Besmond de Senneville, Journal la-croix.com, Georges Meyer, pasteur de la communauté évangélique tzigane, reçoit la légion d’honneur, France, 14 janvier 2015
  8. Jean-Luc Poueyto, Manouches et mondes de l'écrit, KARTHALA Editions, France, 2011, p. 83
  9. Mon aventure chez les Tziganes par Clément Le Cossec 1991, p. 29.
  10. http://www.cultures-tsiganes.org/cultures_tsiganes/religion/religion_p8_pentecot.htm Histoire du développement du pentecôtisme chez les tsiganes et hypothèses de ce développement
  11. http://www.religioscope.com/info/notes/2002_005_breves.htm#tzigane