Ibrahim Bacongo Cissé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cissé Bacongo)

Cissé Ibrahima
Illustration.
Ibrahim Bacongo Cissé en 2008.
Fonctions
Ministre ivoirien auprès du Président de la République
chargé des Affaires politiques
En fonction depuis le
(3 ans, 10 mois et 24 jours)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Amadou Gon Coulibaly
Hamed Bakayoko
Gouvernement Gon Coulibaly II et III
Bakayoko
Prédécesseur Amadou Soumahoro
Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative

(1 an, 10 mois et 1 jour)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Daniel Kablan Duncan
Gouvernement Duncan IV
Prédécesseur Gnamien Konan
Successeur Pascal Abinan Kouakou
Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

(8 ans, 2 mois et 11 jours)
Président Laurent Gbagbo
Alassane Ouattara
Premier ministre Charles Konan Banny
Guillaume Soro
Gilbert Marie N'gbo Aké
Guillaume Soro
Jeannot Ahoussou-Kouadio
Daniel Kablan Duncan
Gouvernement Konan Banny Iet II
Soro I et II
Aké N'Gbo
Soro III et IV
Ahoussou-Kouadio
Duncan IV
Prédécesseur Zémogo Fofana
Successeur Gnamien Konan
Biographie
Nom de naissance Ibrahim Bacongo Cissé
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Mankono (Côte d'Ivoire)
Nationalité Ivoirienne
Parti politique RDR
Diplômé de Faculté de droit de l'Université de Cocody
Profession Enseignant
Avocat
Écrivain

Ibrahim Bacongo Cissé

Ibrahim Bacongo Cissé (également désigné sous le nom de Cissé Bacongo), né le à Mankono, est un avocat, écrivain, enseignant et homme politique ivoirien.

Il est secrétaire national du Rassemblement des républicains et chargé des affaires juridiques et institutionnelles. De 2005 à 2014, il est ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et, de 2014 à 2016, ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative[1]. Il est également maire de la commune de Koumassi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en droit, il est titulaire d'un diplôme d'études supérieures spécialisées de droit des affaires, option internationale (DESS) et d'un diplôme de juriste conseil d'entreprise (DJCE). Il a effectué ses études supérieures à l'Université Toulouse I en France.

Depuis 1990, Ibrahim Bacongo Cissé est chargé de cours a l'Unité de formation et de recherche (UFR) des sciences juridiques, administratives et politiques, à la Faculté de droit de l'université de Cocody. Consultant permanent au cabinet Jeantet et Associés/Afrique, membre français de l'Alliance of European lawyers, cabinet d'avocats d'affaires d'Europe continentale, il intègre, en qualité de consultant interne permanent, le cabinet Conseils associés en Afrique à partir de .

Ibrahim Bacongo est membre fondateur du Rotary Club Côte d'Ivoire. Il est également l'auteur du livre Alassane Ouattara, une vie singulière.

Le , Ibrahim Bacongo Cissé a reçu le prix du meilleur membre du Gouvernement[réf. souhaitée].

Le , il est reconduit comme ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans le nouveau gouvernement de Jeannot Kouadio-Ahoussou.

En 2016, Ibrahim Bacongo Cissé est conseiller juridique du président Ouattara. C'est le principal inspirateur de la nouvelle constitution de 2016[2].

En 2018, Ibrahim Bacongo, se présente et remporte les élections législatives dans la commune de Koumassi.

Le 12 aout 2022, par décret, Alassane Ouattara le nomme secrétaire exécutif du RHDP en lieu et place d'Adama Bictogo[3].

Critiques[modifier | modifier le code]

Ministre de l'enseignement supérieur depuis , Ibrahim Bacongo Cissé fait l'objet de nombreuses critiques, d'une part en raison de la mauvaise gestion des universités publiques ivoiriennes. En effet, en dépit des importants travaux de réhabilitation et de reconstruction effectués entre 2011 et 2012 (et qui ne sont que partiellement terminés), il manque des infrastructures adéquates, de nombreux équipements pédagogiques, des services aux étudiants, des professeurs opérationnels et une organisation efficace[4],[5],[6]. Les problèmes n'étant pas résolus avec le temps, il a été la cible d'une manifestation d'étudiants à l'université Houphouët-Boigny ayant dégénéré en émeute le [7],[8],[9]. Le lendemain, le ministre dément l'existence de problèmes d'équipement[10].

Ibrahim Bacongo Cissé est également critiqué pour son rôle lors des élections locales ivoiriennes de 2013, au cours de laquelle le tabloïd Échos de Koumassi, acquis au ministre, a été suspendu par le Conseil national de la presse pour cause de dénigrement, injures, diffamation et calomnie[11]. Il est, par la suite, de nouveau la cible de critiques en raison des violentes émeutes à Koumassi après l'annonce des résultats, violences imputés à ses militants armés de gourdins et de machettes, obligeant l’intervention du CCDO pour disperser les manifestants avec des gaz lacrymogènes[12],[13]. Ibrahim Bacongo Cissé s'est par la suite défendu de toute violence dans un entretien accordé à Fraternité Matin, regrettant les graves violences de ses militants, et rappelant que son adversaire utilisait également des arguments fallacieux, voire diffamants pendant la campagne[14].

Ibrahim Bacongo Cissé est régulièrement soupçonné, voire accusé, de corruption et de détournement de fonds au sein de son ministère, en relation étroite avec Adama Méité, par ailleurs limogé en à la suite de soupçons de malversations dans le cadre d'attributions de marchés publics[15],[16],[17].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Démocrate, « Passation des charges, hier : Gnamien Konan et Bacongo s’échangent des dossiers brûlants », sur http://news.abidjan.net, (consulté le )
  2. Vincent Duhem, « Candidature de Ouattara à un 3e mandat : quand des cadres du RHDP affirmaient que c’était impossible », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  3. KOACI, « Côte d'Ivoire : RHDP, Ouattara nomme Ibrahim Bacongo Cissé nouveau Secrétaire Exécutif, il remplace Bictogo », sur KOACI.COM,
  4. Université de korhogo : rien n’est encore prêt - article de FratMat publié le 16 mars 2013.
  5. Universités ivoiriennes : les problèmes de fond oubliés - article d'ExcelAfrica publié le 1er février 2013.
  6. Abidjan : nouveau campus et vieux démons - article de Jeune Afrique publié le 22 février 2013.
  7. Les étudiants ivoiriens pourchassent leur ministre : "On veut des toilettes et des micros !" - article d'un observateur de France 24 publié le 14 mai 2013.
  8. La police ivoirienne met fin à une manifestation étudiante - article de Melty Campus publié le 4 mai 2013.
  9. Une manifestation d'étudiants violemment dispersée par la police à Abidjan - article d'Educarrière publié le 13 mai 2013.
  10. Université Félix Houphouët-Boigny : Pris, hier, à partie par des étudiants, Cissé Bacongo s'explique - article d'Educarrière publié le 14 mai 2013.
  11. Décision numéro 32 du Conseil national de la presse du 4 avril 2013
  12. Elections locales: violences dans un quartier d’Abidjan après des résultats - article de l'AFP sur Abidjan.net
  13. Côte d'Ivoire : deux jours de violences postélectorales - article de Jeune Afrique publié le 24 mai 2013.
  14. Cissé Bacongo: "Non, je ne suis pas violent !" - article de FratMat.info publié le 26 avril 2013.
  15. article de l’Éléphant déchaîné sur Abidjan.net publié le 10 août 2012.
  16. Libre Opinion / Scandales, impunité / Un Ivoirien s’interroge : Bonne gouvernance, Ouattara comme ses prédécesseurs ? - article de L'intelligent d'Abidjan sur Abidjan.net publié le 11 août 2012.
  17. Après avoir été démis de ses fonctions, Méité Adama encore au cœur d'un scandale - article du Banco publié le 26 septembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Alassane Dramane Ouattara : histoire d'une vie singulière : légende et épopée, NEI/CEDA (OCLC 325354218)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]