Université Félix-Houphouët-Boigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Université de Cocody)
Aller à : navigation, rechercher
Université Félix-Houphouët-Boigny
Présidence de l'université.
Présidence université Abidjan.JPG
Présidence de l'université.
Devise Scientia et Sapientia Via Mea
Nom original Université de Cocody
Informations
Fondation 1964
Type Université publique
Régime linguistique Français
Localisation
Coordonnées 5° 20′ 44″ N 3° 59′ 10″ O / 5.34546, -3.986155° 20′ 44″ Nord 3° 59′ 10″ Ouest / 5.34546, -3.98615
Ville Abidjan
Pays Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Région Région des lagunes
Campus 200 ha au sein de Cocody[1]
Site secondaire à Bingerville
Direction
Président Ramata Ly Bakayoko
Chiffres clés
Enseignants-chercheurs 1 638
Chercheurs 91
Étudiants ~60 000
Premier cycle ~31 800
Deuxième cycle ~22 200
Troisième cycle ~4 200
Divers
Site web www.univ-fhb.edu.ci

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

(Voir situation sur carte : Côte d'Ivoire)
Université Félix-Houphouët-Boigny

Géolocalisation sur la carte : Abidjan

(Voir situation sur carte : Abidjan)
Université Félix-Houphouët-Boigny

L’université Félix-Houphouët-Boigny est une université ivoirienne, établie dans un campus de 200 hectares situé au cœur de la commune de Cocody, à Abidjan. L’université fut, dans les années 70 et 80, très réputée en Afrique de l'Ouest francophone pour ses nombreuses facultés. Fermée après la crise postélectorale, elle a fait l'objet d'une remise à neuf complète, pour rouvrir ses portes en [2]. Elle est toutefois accusée d'être mal gérée, manque cruellement de matériel et de locaux, et n'est plus entretenue depuis son inauguration, menant ses installations vers un état de dégradation prématuré.

Historique[modifier | modifier le code]

L'université Félix-Houphouët-Boigny, anciennement nommée Université de Cocody, est issue des trois centres universitaires qui étaient affiliés à l'université nationale de Côte d'Ivoire en 1971[3], dont l'origine remonte à la création du Centre d'enseignement supérieur d'Abidjan en 1958, lui-même promu au rang d’université par décret présidentiel le . L'établissement disposait, avant les années 1990, d'une production scientifique de 3 876 thèses et de 530 DEA[4].

Très éprouvée par la crise politico-militaire, puis par la crise de 2010-2011 (certains étudiants n'avaient pas achevé leurs cours de la session 2007 en 2011[5]), l'université de Cocody est fermée par décret une partie de l'année universitaire 2010-2011[6] pour effectuer d'importants travaux à l'été 2011 en vue de sa réouverture. Ces travaux sont précédés en juillet 2011 par une destruction des quartiers précaires[7] (Wassa, Blengué, Chu-village) qui avaient élu domicile sur le site de l'université. Plus de 120 milliards de francs CFA ont été investis dans la reconstruction et l'assainissement des campus[1]. Elle a rouvert ses portes le lors d'une cérémonie officielle[8],[9].

Critiques et défaillances[modifier | modifier le code]

En , deux ans après le « départ nouveau » annoncé en grande pompe par les autorités ivoiriennes, l'université Félix-Houphouet-Boigny fait l'objet de critiques grandissantes tant de la part des étudiants que des enseignants. Si l'environnement étudiant du campus s'est sensiblement amélioré, et si la violence s'est raréfiée, les problèmes chroniques de l'établissement ne sont toujours pas résolus, malgré l'ampleur considérable de la réhabilitation.

L'université est largement en sureffectif par rapport au nombre d'amphithéâtres et au nombre de salles disponibles : elle accueille en effet 65 000 étudiants en 2015 (62 000 en 2012), alors que la capacité d'accueil est de 30 000 étudiants[10]. Il manque de nombreux sanitaires et qu'un seul un restaurant sur les cinq que compte le campus est ouvert. Quant à la programmation des cours, elle pose souvent problème et entraîne des tensions, car nombreux sont les cours qui doivent être donnés en plein air[1].

L'université est également fortement sous-équipée. Les bibliothèques sont vides de documentation, revues et livres, ceux mis à disposition étant obsolètes. Le réseau informatique, les services en ligne et l'accès Wi-Fi ne couvrent pas l'ensemble du campus et sont dysfonctionnels, voire non-fonctionnels. La majorité des laboratoires et des départements de travaux pratiques et de recherche ne sont pas équipés où sont sous-équipés, tandis que nombre d'enseignants n'ont pas de bureaux dans les locaux de l'université. Ces salles restent ainsi fermé, et les connaissances ne peuvent ainsi être dispensées que de manière totalement théoriques, alors que le programme requiert un niveau de pratique. Les étudiants effectuant une thèse de doctorat en sciences sont parfois contraints de devoir conduire des expérimentations avec des souris de laboratoire dans des bacs laissés au milieu de couloirs publics de la faculté. De nombreuses thèses perdent ainsi beaucoup de leur intérêt et de leur potentiel[10]. La tutelle de l'université avait pourtant communiqué par le passé que les enseignements pratiques pourraient se faire dès la rentrée 2013[11].

Sur la dizaine de résidences universitaires que gère le Centre régional des œuvres universitaires (CROU) à Abidjan, seules les bâtiments du campus de Cocody peuvent accueillir des étudiants. La structure censée entretenir les chambres et les bâtiments ne fonctionne pas, laissant ces immeubles ayant connu des malfaçons se dégrader rapidement, à l'instar de l'ensemble du campus (murs endommagés, spots et lumières arrachés, espaces verts délaissés et embrousaillés, fontaines encrassées, sols endommagés, etc). Les autres résidences universitaires sont en attente de réhabilitation ou en attente que les travaux en cours reprennent[10].

Missions[modifier | modifier le code]

Les missions[12] générales confiées aux universités sont :

En Côte d'Ivoire, trois centres régionaux des œuvres universitaires (CROU) apportent leur appui au bon fonctionnement du dispositif des universités en fournissant des prestations sociales qui portent essentiellement sur le logement, la restauration et les activités extra-universitaires.

Galerie[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

L'université est dirigée par un président, actuellement le professeur Ramata Ly Bakayoko, assisté de deux vice-présidents et d'un secrétaire général. Acteur primordial du développement socio-économique et culturel en Côte d'Ivoire, l'université Félix-Houphouët-Boigny assure des missions d'enseignement et de recherche au sein de treize unités de formation et de recherche (UFR), deux centres de recherche autonomes, une école de formation continue et des instituts.

Unités de formation et de recherche[modifier | modifier le code]

Sciences économiques et gestion[modifier | modifier le code]

École[modifier | modifier le code]

  • Centre universitaire de formation permanente

Centres de recherche[modifier | modifier le code]

Instituts[modifier | modifier le code]

  • Centre national de floristique
  • Centre universitaire de recherche d’application en télédétection
  • Institut de géographie tropicale
  • Institut d’histoire, d’arts et d’archéologie-Africains
  • Institut d’ethnosociologie
  • Centre de recherche architectural et urbain
  • Centre ivoirien d’enseignement et de recherche en psychologie appliquée
  • Institut de recherche, d’expérimentation et d’enseignement en pédagogie
  • Institut de linguistique appliquée
  • Institut des sciences anthropologiques du développement

Transports[modifier | modifier le code]

La desserte en bus de l'établissement est effectuée par la SOTRA[13],[14].

Deux bus électriques, financés par le groupe Bolloré, des BlueBus de 22 places, sont exploités, depuis janvier 2014[15], sur le campus de l’université pour le transport des étudiants[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Abidjan : nouveau campus et vieux démons - article de Jeune Afrique publié le 22 février 2013.
  2. Réouverture des universités de Cocody et d’Abobo-Adjamé : Pourquoi septembre 2012 - Nord-Sud sur Abidjan.net
  3. « Université de Cocody » (consulté le 28 septembre 2008)
  4. |http://www.chaire-unesco-bordeaux.fr/programmes-des-universites/77-cocody Page de l'ancienne Université de Cocody sur le site de la Chaire UNESCO de Bordeaux]
  5. Planification de réouverture
  6. Menace d'arrêt des cours en février 2011
  7. Destruction des différents quartiers précaires
  8. Article de description du reportage réalisé par France 24 traitant de la réouverture de l'université FHB
  9. L'université de Cocody, à Abidjan, rouvre ses portes - Le Monde Afrique
  10. a, b et c Serge Koléa; Alexis Cossan; Mamadou Touré. Enseignement supérieur : Regard sur l’université FHB et les résidences universitaires d’Abidjan [Production de télévision]. Radiodiffusion-télévision ivoirienne.
  11. Francis Bouafo; Célestin Frodo. Enseignement supérieur : Bilan des universités publiques de Côte d'Ivoire [Production de télévision]. Radiodiffusion-télévision ivoirienne.
  12. « l'Université Cocody-Abidjan » (consulté le 28 septembre 2008)
  13. Universités ivoiriennes : les problèmes de fond oubliés - article de Excel Africa publié le 1er février 2013.
  14. Fraternité Matin | Jour 10 - Article d'un journaliste de Fraternité Matin décrivant le climat estudiantin le 22 janvier 2013.
  15. Nord-Sud (SMD), « Université Félix Houphouet-Boigny: Dans l’ambiance des navettes électriques », sur http://news.abidjan.net,‎ (consulté le 2 février 2014)
  16. Michaël Torregrossa, « Bolloré livre des bus électriques en Côte d’Ivoire », sur http://www.avem.fr,‎ (consulté le 2 février 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]