Christian-Louis de Brandebourg-Schwedt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christian Ludwig de Brandebourg-Schwedt
Schloss Caputh Christian Ludwig Markgraf zu Brandenburg Schwedt.jpg

Christian-Louis vers 1705, tableau de Friedrich Wilhelm Weidemann (de).

Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Christian Ludwig zu Brandenburg-SchwedtVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Activité
Famille
Père
Mère
Sophie-Dorothée de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Marie Amélie de Brandebourg (en)
Philippe-Guillaume de Brandebourg-Schwedt
Charles-Émile de Brandebourg (en)
Charles de Brandebourg-Schwedt (en)
Albert-Frédéric de Brandebourg-Schwedt (en)
Elisabeth Sophie de Brandebourg
Frédéric Ier de Prusse
Louis de Brandebourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Distinction

Christian-Louis de Brandebourg-Schwedt est un prince et officier prussien de la Maison de Hohenzollern né le à Berlin et mort le à Malchow, un quartier de Berlin. C'est à lui que Johann Sebastian Bach dédicace les six concertos dit brandebourgeois composés en 1721.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian-Louis de Brandebourg en uniforme - Le margrave est représenté comme commandant du régiment d'infanterie no 7, dont l’uniforme est rouge sous le roi Frédéric Ier de Prusse et devient bleu sous Frédéric-Guillaume Ier de Prusse. Tableau de Antoine Pesne, vers 1710–1712.

Christian-Louis de Brandebourg est le fils de l’Électeur Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg, margrave, électeur de Brandebourg et duc de Brandebourg-Prusse de 1640 à 1688, et de sa seconde épouse, Dorothea Sophie von Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg (de), elle-même veuve du duc Christian de Brusnswick-Kalenberg. Il est le dernier des sept enfants issus de ce mariage.

Le benjamin du couple princier, orphelin de père à 11 ans, est élevé sous la tutelle de son demi-frère aîné, le roi Frédéric Ier de Prusse. Après la mort de Frédéric en 1713, le trône revient au fils de celui-ci, le roi de Prusse Frédéric-Guillaume Ier de Prusse, qui est donc neveu de Christian-Louis. Le roi, connu comme le « roi-soldat », poursuit un objectif d’austérité ; il abandonne le style dispendieux de son père et prédécesseur et consacre les ressources à la création d’une armée permanente.

Le roi autorise toutefois son oncle Christian-Louis, grand amateur de la musique et des arts, d'entretenir son propre orchestre au Berliner Stadtschloss et lui transfère l'administration des districts Berlin-Malchow et Heinersdorf. À ces revenus du prince s'ajoutent les rentrées de son héritage maternel, et les revenus professionnels comme Generalmajor, puis comme Generalleutnant de Stettin et comme chef du régiment d'infanterie no 7 et de commandant Lagow ; de plus il est administrateur et prévôt de Halberstadt. Ces revenus sont donc confortables.

Il est le quatrième des récipiendaires de l'Ordre de l'Aigle noir.

Durant l’hiver 1718-1719, Johann Sebastian Bach visite la ville de Berlin et impressionne Christian-Louis par son art. Christian-Louis demande à Bach quelques-unes de ses compositions et reçoit, au printemps 1721, une partition intitulée Six Concerts avec plusieurs instruments, connus maintenant sous le nom Concertos brandebourgeois.

Christian-Louis meurt sans descendance dans sa résidence de Malchow et est enterrée dans la crypte des Hohenzollern de la cathédrale de Berlin.