Christian Ludwig de Brandebourg-Schwedt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christian Ludwig de Brandebourg-Schwedt
Schloss Caputh Christian Ludwig Markgraf zu Brandenburg Schwedt.jpg

Christian Ludwig vers 1705, tableau de Friedrich Wilhelm Weidemann (de).

Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Christian Ludwig zu Brandenburg-SchwedtVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Activité
Famille
Père
Mère
Sophie-Dorothée de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Marie Amélie de Brandebourg (en)
Philippe-Guillaume de Brandebourg-Schwedt
Charles-Émile de Brandebourg (en)
Charles de Brandebourg-Schwedt (en)
Albert-Frédéric de Brandebourg-Schwedt (en)
Elisabeth Sophie de Brandebourg
Frédéric Ier de Prusse
Louis de Brandebourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Distinction

Christian Ludwig de Brandebourg-Schwedt est un prince et officier prussien de la Maison de Hohenzollern né le à Berlin et mort le à Malchow, un quartier de Berlin. C'est à lui que Johann Sebastian Bach dédicace les six concertos dit brandebourgeois composés en 1721.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian Ludwig de Brandebourg en uniforme - Le margrave est représenté comme commandant du régiment d'infanterie no 7, dont l’uniforme est rouge sous le roi Frédéric Ier de Prusse et devient bleu sous Frédéric-Guillaume Ier de Prusse. Tableau de Antoine Pesne, vers 1710–1712.

Christian Ludwig de Brandebourg est le fils de l’Électeur Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg, margrave, électeur de Brandebourg et duc de Brandebourg-Prusse de 1640 à 1688, et de sa seconde épouse, Dorothea Sophie von Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg (de), elle-même veuve du duc Christian de Brusnswick-Kalenberg. Il est le dernier des sept enfants issus de ce mariage.

Le benjamin du couple princier, orphelin de père à 11 ans, est élevé sous la tutelle de son demi-frère aîné, le roi Frédéric Ier de Prusse. Après la mort de Frédéric en 1713, le trône revient au fils de celui-ci, le roi de Prusse Frédéric-Guillaume Ier de Prusse, qui est donc neveu de Christian Ludwig. Le roi, connu comme le « roi-soldat », poursuit un objectif d’austérité ; il abandonne le style dispendieux de son père et prédécesseur et consacre les ressources à la création d’une armée permanente.

Le roi autorise toutefois son oncle Christian Ludwig, grand amateur de la musique et des arts, d'entretenir son propre orchestre au Berliner Stadtschloss et lui transfère l'administration des districts Berlin-Malchow et Heinersdorf. À ces revenus du prince s'ajoutent les rentrées de son héritage maternel, et les revenus professionnels comme Generalmajor, puis comme Generalleutnant de Stettin et comme chef du régiment d'infanterie no 7 et de commandant Lagow ; de plus il est administrateur et prévôt de Halberstadt. Ces revenus sont donc confortables.

Il est le quatrième des récipiendaires de l'Ordre de l'Aigle noir.

Durant l’hiver 1718-1719, Johann Sebastian Bach visite la ville de Berlin et impressionne Christian Ludwig par son art. Christian Ludwig demande à Bach quelques-unes de ses compositions et reçoit, au printemps 1721, une partition intitulée Six Concerts avec plusieurs instruments, connus maintenant sous le nom Concertos brandebourgeois.

Christian Ludwig meurt sans descendance dans sa résidence de Malchow et est enterrée dans la crypte des Hohenzollern de la cathédrale de Berlin.