Chimaltitán

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chimaltitán
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
État
Superficie
970,03 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
1 795 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Chimaltitán.png
Démographie
Population
3 383 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
3,5 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut

Chimaltitán est un village et une municipalité de la région Nord de l'État de Jalisco au Mexique. La municipalité a 3 383 habitants en 2015.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de Chimaltitán vient du nahuatl, il se compose de chimálli (bouclier), ti (euphonique) et tlan (entre), ce qui signifie « à côté des boucliers » et témoigne de l'ancien rôle du village comme centre de fabrication de boucliers et d'autres armes[1].

Situation et climat[modifier | modifier le code]

Chimaltitán est situé au nord de l'État de Jalisco, dans l'excroissance de son territoire qui s'avance entre les États de Nayarit et de Zacatecas.

Municipalités limitrophes de Chimaltitán
Bolaños Villa Guerrero Totatiche
Chimaltitán Atolinga (es) (État de Zacatecas)
San Martín de Bolaños Benito Juárez (es) (État de Zacatecas)

La municipalité est une zone de montagnes et de plateaux à environ 200 km de Guadalajara. Son chef-lieu se trouve dans la vallée du río Bolaños (en) à environ 8 km au sud du village de Bolaños.

L'itinéraire Villa Guerrero-Bolaños-Chimaltitán-San Martín de Bolaños est desservi par des bus[2].

Le village de Chimaltitán est à 857 m d'altitude[3] pour une altitude moyenne de 1 795 m dans la municipalité[4].

La température moyenne annuelle est de 24 °C. Les vents dominants viennent du nord. Les précipitations annuelles moyennes font 623,4 mm. Il pleut principalement de juin à août. Il y a 2 jours de gel par an en moyenne[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La région était habitée à l'époque préhispanique par des Coras, des Huichols et des Caxcanes (es)[1].

La région est conquise en 1529 par l'Espagnol Pedro Almíndez Chirinos. Le village est fondé quelques années plus tard par des religieux. En 1541, les villageois participent à la rébellion Mixtón (es)[1], une guerre de résistance des nations chichimèques à la conquête espagnole en Nouvelle-Galice pendant laquelle les Caxcanes (es) se sont alliés aux Zacatecas.

En 1810, des habitants de la région partent renforcer les insurgés de Miguel Hidalgo. Au milieu du XIXe siècle la municipalité appartient au district de Colotlán mais elle va être rattachée au département de Totatiche en 1886[1].

En 1943, Chimaltitán est incorporée brièvement à la municipalité de Bolaños. Elle retrouve son autonomie municipale dès 1944[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2010, la municipalité compte 3 771 habitants pour une superficie de 970 km2. Toute la population est rurale. Parmi les 96 localités de la municipalité, la plus importante est le chef-lieu Chimaltitán (843 habitants) suivie par Tepizuac (516 habitants), Agua Caliente (432), San Juan de los Potreros (275) et La Playa (241)[1].

Au recensement de 2015, la population de la municipalité passe à 3 383 habitants[5].

Points d'intérêt[modifier | modifier le code]

L'artisanat local se signale par la sculpture sur pierre, la faïence et la fabrication de chapeaux en fibres de sotol et de palme. On peut consommer des spécialités telles que pepián[Quoi ?], poulet, birria (es), pulque, hydromel, bonbons. Chaque année, la tradition du combat de coqs (en espagnol mexicain : palenque) se perpétue à Chimaltitán pendant les fêtes et célébrations en l'honneur de saint Pascal Baylon du 9 au 17 mai. L'église dédiée à la Vierge de Guadalupe et l'ancien couvent franciscain datent tous deux du XVIIe siècle[1].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b c d e f g et h (es) « Chimaltitán », sur jalisco.gob.mx
  2. (es) « Bolaños », sur jalisco.gob.mx
  3. « Chimaltitán », localité et chef-lieu, sur geonames.org
  4. « Chimaltitán », municipalité, sur geonames.org
  5. (es) « Jalisco : Número de habitantes », sur inegi.org.mx

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Los Municipios de Jalisco (coll. « Enciclopedia de los municipios de México »), Mexico, Secretaría de Gobernación, 1988, p. 234 et suiv..