Notre-Dame de Guadalupe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vierge de Guadalupe)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notre-Dame de Guadalupe (homonymie).

Notre-Dame de Guadalupe
Image illustrative de l’article Notre-Dame de Guadalupe
Vírgen de Guadalupe (copie originale, gravure du XVIe siècle)
Sainte
Vénérée à Basilique Notre-Dame-de-Guadalupe de Mexico (Mexique)
Fête 12 décembre
patronne et Reine ville de Mexico, le Mexique, l'Amérique latine, Ponce (Porto Rico)

Notre-Dame de Guadalupe (en espagnol Nuestra Señora de Guadalupe) ou Vierge de Guadalupe (en espagnol Vírgen de Guadalupe) est le nom donné à la Vierge Marie qui serait apparue, selon la tradition, à un indigène du Mexique (Juan Diego en 1531, ainsi qu'à l'image acheiropoïète qui lui est associée (l'image de la Vierge sur la tilma). La Vierge de Guadalupe est une figure du catholicisme en Amérique latine ; sa fête, le 12 décembre rassemble toutes les nations américaines. À cette occasion, de nombreuses célébrations sont organisées dans le monde entier.

La Vierge de Guadalupe porte plusieurs titres : patronne de la ville de Mexico depuis 1737, patronne du Mexique depuis 1895, patronne de l'Amérique latine, patronne de la ville de Ponce à Porto Rico et patronne des étudiants du Pérou depuis 1951. Elle est aussi proclamée « Reine du Mexique » (en 1895) et « Impératrice des Amériques » (en 2000).

Avec 20 millions de personnes qui visitent la basilique Notre-Dame-de-Guadalupe de Mexico où est exposée son image, dont près de la moitié le 12 décembre (et les jours précédents), le sanctuaire marial de Notre-Dame de Guadalupe est le lieu de dévotion catholique le plus visité après le Vatican. Il existe d'autres basiliques dans le monde qui sont elles aussi dédiées à la Vierge de Guadalupe, notamment la Basílica Nuestra Señora de Guadalupe (Santa Fe) (es) en Argentine ainsi que celle située à Antiguo Cuscatlán (es) au Salvador.

Le récit de l'apparition est donné par un manuscrit ancien, le Nican mopohua, écrit en langue nahuatl vers 1550. Le document original d'Antonio Valeriano ne nous est pas parvenu, mais des copies anciennes ont été datées et font consensus tant sur leur datation que sur la définition de leur auteur. Néanmoins, un débat historico-critique est ouvert dans le milieu des historiens sur le récit historique des événement du XVIe siècle et sur la mise en place de cette dévotion.

Au niveau culturel et politique, la Vierge de Guadalupe et son image, sont un élément fédérateur puissant dans tout le Mexique, depuis le XVIe siècle jusqu'à aujourd'hui. Son image et sa dévotion sont un pont entre toutes les classes sociales et les origines ethniques. L'image de Notre-Dame de Guadalupe a régulièrement servi de bannière et de drapeau lors des révoltes et révolutions au Mexique, de la guerre d'indépendance jusqu'à la guerre des Cristeros dans les années 1920, en passant par toutes les révoltes et révolutions.

Historique[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, le , sur la colline de Tepeyac, un peu au nord de Mexico, une jeune dame « éblouissante de lumière » apparaît à un indigène Juan Diego Cuauhtlatoatzin, baptisé depuis peu. Selon l'homme, elle se révèle à lui comme la Vierge Marie et le charge de demander à l'évêque de faire construire une église sur le lieu même de l'apparition[1]. Le prélat, d'abord incrédule, demande au témoin d'obtenir de la Vierge Marie un signe[2]. Celle-ci ne tarde pas à le lui accorder. Le 12 décembre, se montrant pour la quatrième et dernière fois à Juan Diego, Marie l'envoie cueillir des roses au sommet de la colline. Et voilà l'homme redescendant tout ébahi, sa tilma - manteau - remplie des plus belles roses qu'il ait jamais vues en pleine saison hivernale[N 1]. Sous l'injonction de la Vierge, il retourne alors chez l'évêque, et ouvre son manteau devant les personnes réunies autour du prélat qui découvrent avec stupéfaction que s'est imprimée miraculeusement sur la tilma une image représentant la Vierge, revêtue d'un manteau étoilé et d'une robe rose ornée de fleurs[3].

L'apparition de la Vierge fut retranscrite par Antonio Valeriano (Indien cultivé qui enseignait alors au collège franciscain Santa Cruz de Tlatelolco) en nahuatl réformé dans le Nican mopohua (littéralement « livre qui raconte »), texte daté entre 1540 et 1560 et aujourd'hui reconnu comme étant son œuvre[4],[5],[6],[7].

D'après la tradition, un premier oratoire est construit dans les semaines suivantes[8], puis en 1567, Mgr Alonzo de Montufar fait construire une première église. D'autres plus grandes suivront[9], jusqu'à la construction de la basilique Notre-Dame-de-Guadalupe de Mexico en 1976.

L'image de Notre-Dame de Guadalupe[modifier | modifier le code]

La tilma de Juan Diego, suspendue au-dessus du maître-autel de la basilique de Guadalupe.
Article détaillé : Image de Notre-Dame de Guadalupe.

L'image de Notre-Dame de Guadalupe ou la tilma de Juan Diego est une image acheiropoïète établie sur un tissu de 1,70 mètre par 1,05 sur lequel est représentée l'image de Notre-Dame de Guadalupe. Ce tissu remonte au XVIe siècle, la tradition catholique (appuyée sur le Nican mopohua) indique qu'il est le fruit d'un miracle lors des apparitions mariales de Notre-Dame de Guadalupe à Juan Diego en 1531, devant l'évêque de Mexico Mgr Zumárraga. D'après le manuscrit daté du milieu du XVIe siècle, l'image serait apparue « miraculeusement » sur la tilma de l'Indien, alors que celui-ci remettait à l'évêque Zumarraga des roses d'Espagne, en preuve des apparitions mariales dont il disait avoir été l'objet. Ces apparitions, ainsi que le « miracle de la tilma » ont fait l'objet d'une enquête officielle par l'Église catholique en 1666, et ils ont été officiellement reconnus par les autorités de l’Église en 1784.

Reconnaissance et influence religieuse[modifier | modifier le code]

Reconnaissance par l’Église catholique[modifier | modifier le code]

Allégorie de la déclaration papale en 1754 du pape Benoît XIV de Notre-Dame de Guadalupe patronne de la Nouvelle-Espagne en présence des autorités du vice-roi. Auteur anonyme (mexicain), XVIIIe siècle.

En 1666, les autorités religieuses de Mexico, mènent une enquête approfondit sur les apparitions de 1531. Elles rédigent un rapport connu sous le nom de Informaciones Jurídicas de 1666 (en)[10],[11]. Suite à cela, le pape Benoît XIV confirme l'instruction du procès de 1666, reconnait officiellement les « apparitions » et déclare « Dieu n'a jamais rien fait de tel pour aucune autre nation »[12].

Le pape Benoît XIV, dans sa bulle du 25 mai 1754 définit Notre-Dame de Guadalupe comme patronne du royaume de Nouvelle-Espagne[N 2], et sa fête est fixée au 12 décembre. De grandes célébrations se déroulent du 9 au 11 novembre 1756 en Nouvelle-Espagne pour célébrer l'événement[13]. Sa fête est inscrite au bréviaire et le pape approuve les textes liturgiques pour la messe qui lui est dédiée. En 1891, le pape Léon XIII autorise de nouveaux textes liturgiques en l'honneur de la Vierge.

En 1895, la Vierge de Guadalupe a été proclamée « reine du Mexique », « impératrice de l'Amérique latine »[14],[15]. En 1910, le pape Pie X proclame la Vierge de Guadalupe « patronne de l'Amérique latine ». Le , le pape Pie XI déclara Notre-Dame de Guadalupe « patronne céleste des Philippines »[15]. La lettre apostolique correspondante est signée par le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Eugenio Pacelli (futur pape Pie XII)[14],[16],[17]. Le , Pie XII révise légèrement cette déclaration dans la Lettre apostolique Impositi Nobis qui constitue et a déclare la Bienheureuse Vierge Marie sous le titre de l'Immaculée-Conception comme « Patronne principale et universelle des Îles-Philippines »[18].

En 1945, le pape Pie XII lui attribue le titre de « Reine du Mexique et impératrice des Amériques », et l'année suivante le titre de « Patronne des Amériques ».

En 1960, le pape Jean XXIII proclame une année « consacrée à Notre-Dame de Guadalupe »[19]. L'année suivante, le pape l'invoque en tant que « Mère des Amériques », la qualifiant de « Mère et enseignante de la Foi de toutes les populations américaines ».

Le pape Jean-Paul II se rend dans son sanctuaire le , puis à nouveau après y avoir béatifié Juan Diego le . En 1992, Jean-Paul II dédie à Notre-Dame de Guadalupe une chapelle située dans la basilique Saint-Pierre du Vatican. À la demande de l'Assemblée spéciale du Synode des évêques pour les Amériques, le pape réitère le titre de « Patronne des Amériques » le 22 janvier 1999 et octroie à la fête de Notre-Dame de Guadalupe le rang de solennité dans cette région. Enfin, le pape inclut dans le calendrier général romain cette fête de Notre-Dame de Guadalupe, le 12 décembre comme mémoire facultatif[20]. Jean-Paul II déclare la Vierge de Guadalupe « protectrice des enfants non encore nés » en 1999[14],[15].

Dévotion populaire et vénération[modifier | modifier le code]

En 1550, la nouvelle d'une guérison miraculeuse donne un brusque essor de la dévotion à l'image de la Vierge dans la chapelle de Tepeyac[L 1]. Dévotion encouragée par l'évêque Montufar qui construit une première église en 1555[L 2]. À cette même période, le vice-roi Martin Enriquez se rend à Tepeyac, à son arrivée à Mexico, pour y vénérer la Vierge et son image. Après lui, tous les vice-rois et les archevêques de Mexico feront de même[L 3]. Au XVIIe siècle, les autorités officielles et les notables se rendent régulièrement, et officiellement au sanctuaire marial, depuis la capitale, pour y prier et suivre les offices, voire même y recevoir des visites protocolaires[L 4].

En 1571, l'amiral Giovanni Andrea Doria possédait sur son navire, une copie de l'image de la Vierge de Guadalupe[N 3], lors de la bataille de Lépante. Il aurait prié devant le tableau avant d'engager la bataille. En 1811, le cardinal cardinal Juan Doria Pamphili, un descendant du marin, fit don de la toile de la Vierge de Guadalupe à l'église de la Madonna di Guadalupe de la ville de Santo Stefano d'Aveto, où elle se trouve toujours aujourd'hui[21],[22],[23].

Dès le XVIe siècle, la Vierge de Guadalupe est priée lors des inondations où un « rôle spécifique » lui est attribué[L 5]. En 1629, l'image est amenée en procession ( et en barque) de l'église de Tepeyac jusqu'à Mexico, pour que la Vierge « protège la ville des inondations », lors d'un épisode de crue particulièrement violent. « L'image de Tepeyac ayant montré son efficacité dans une situation désespérée », la Vierge de Guadalupe devint depuis cette date, la principale protectrice de la ville face à ce fléau[L 6].

En 1717, le chevalier Andrés de Palencia écrit que « le sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe est le principal centre de dévotion, non seulement de la ville de Mexico, mais de tous les royaumes de la Nouvelle-Espagne »[L 7].

Jura del patronato 1737. Par Felix Parra.

En 1737, les échevins de la ville de Mexico et les chapitres civils et ecclésiastiques, au nom de la nation mexicaine, prêtent serment officiellement devant l'image de la Vierge, faisant de tout le peuple mexicain le serviteur de Notre-Dame de Guadalupe, demandant à la Vierge de les protéger contre les épidémies de peste (récurrentes dans le pays)[N 4]. Suite à cet événement, l'art et la littérature mexicaine vont exprimer « une interminable action de grâces » à la Vierge[L 8].

Chaque année, des millions de pèlerins viennent se recueillir pour rendre hommage à leur protectrice (dans la basilique Notre-Dame-de-Guadalupe)[24]. Le sanctuaire marial de Notre-Dame de Guadalupe est la destination de pèlerinage catholique la plus visitée au monde après le Vatican : il reçoit 20 millions de pèlerins par an, dont la moitié les jours précédant le 12 décembre et le jour de sa fête[25], [26], [27],[28].

La Vierge de Guadalupe est considérée comme la « patronne du Mexique et des Amériques continentales ». Elle est également vénérée par les Amérindiens, en raison de la dévotion qui appelle à la conversion des Amériques[29]. On trouve des répliques de la tilma de Juan Diego dans des milliers d'églises à travers le monde et de nombreuses paroisses portent son nom.

En raison d'une affirmation selon laquelle sa ceinture noire sur l'image indique une grossesse, la Bienheureuse Vierge Marie, sous ce titre, est couramment invoquée comme « patronne de l'enfant à naître » et image utilisée communément par le mouvement pro-vie[30],[31].

Notre-Dame de Guadalupe a reçu des diminutifs populaires (« Lupe », « Lupita ») et est aussi appelée « Indita », la « petite Indienne »[24].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dévotion dans d'autres églises chrétiennes[modifier | modifier le code]

En raison de la croissance des communautés hispaniques aux États-Unis, des images de Notre-Dame de Guadalupe ont commencé à apparaître dans certaines églises anglicanes, luthériennes et méthodistes[32]. En outre, Notre-Dame de Guadalupe est vénérée par certains chrétiens orthodoxes mayas au Guatemala[33].

Célébrations[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

La fête de Notre-Dame de Guadalupe *
Domaines Pratiques rituelles
Pratiques festives
Lieu d'inventaire Île-de-France
Paris
Cathédrale Notre-Dame de Paris
* Descriptif officiel Ministère de la Culture (France)

Les fidèles de toutes nationalités se réunissent en même temps (ou à un jour proche) à Notre-Dame de Paris, la célébration se compose d’une messe dite en espagnol et en français, par un prêtre mexicain et le recteur de Notre-Dame. Elle est animée par un groupe de musiciens, qui peuvent être des mariachis et qui proposent quelques pièces de musique dédiées à la Vierge.

La célébration de Notre-Dame de Guadalupe à la cathédrale Notre-Dame de Paris, est inscrite à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel en France [34] depuis 2010.

Mexique[modifier | modifier le code]

Au Mexique, le 12 décembre, fête de la vierge de Guadalupe, de très nombreux fidèles se rendent au pied de la colline du Tepeyac pour célébrer la Vierge à la Basilique Notre-Dame-de-Guadalupe de Mexico ainsi que dans toutes les églises catholiques du pays[35].

Églises consacrées à Notre-Dame de Guadalupe[modifier | modifier le code]

A travers le monde, de nombreuses églises et basiliques sont consacrées à la Vierges de Guadalupe. Dans les autres églises, il n'est pas rare de trouver une statue ou un représentation de l'image de Notre-Dame de Guadalupe, seule ou dans une chapelle dédiée.

Amérique du Nord

En plus des églises qui lui sont consacrées, certaines églises, particulièrement au Mexique, lui laisse une large place d'honneur, comme l'église Santa Prisca à Taxco (immense retable surmontant le maitre-autel, ou à San Antonio (Texas) (portail baroque avec l'image de la Vierge de Guadalupe)[L 9].

Asie
Afrique
Europe

Notoriété et influence populaire[modifier | modifier le code]

Importance culturelle[modifier | modifier le code]

Luis de Mena (en), La Vierge de Guadalupe et castas, 1750, une peinture fréquemment reproduite, unifiant de manière unique l'image de la Vierge et une représentation du système des castas.

Guadalupe est souvent considérée comme un mélange des cultures qui ont formé le Mexique, par la population[40] et la religion[41]. Guadalupe est parfois appelée la « première métisse »[42] ou « la première Mexicaine »[43],[44].

La Vierge de Guadalupe n'en demeure pas moins un commun dénominateur unissant les Mexicains malgré leurs différences linguistiques, ethniques et sociales[43]. David Solanas déclare : « Nous avons foi en elle. Elle est la mère de tous les Mexicains »[45].

Notre-Dame de Guadalupe (Nuestra Señora de Guadalupe) est devenue un symbole reconnu des Mexicains catholiques. En 1648, Miguel Sánchez (es), auteur du premier récit publié de la vision, identifia la Vierge de Guadalupe comme étant la femme de l'Apocalypse (dans le Livre de l'Apocalypse) et déclara : « [...] ce nouveau monde a été gagné et conquis par la main de la Vierge Marie ... [qui] avait préparé, disposé et aménagé sa ressemblance exquise ici, dans son pays mexicain, conquis dans un but si glorieux, et obtenue qu'Elle devrait y avoir une image tellement mexicaine »[46].

Tout au long de l'histoire nationale mexicaine des XIXe et XXe siècle, le nom et l'image Guadalupéenne ont unifié les symboles nationaux. le premier président du Mexique (1824-1829) a changé de nom passant de José Miguel Ramón Adaucto Fernández y Félix à Guadalupe Victoria en l'honneur de la Vierge de Guadalupe[47].

Guadalupe continue à être un mélange des cultures qui se sont mélangées pour former le Mexique, à la fois racialement et religieusement[48], « le premier mestiza »[49], ou « le premier Mexicain »[50]. « Réunir des gens de patrimoines culturels distincts tout en affirmant leur distinction »[51]. Comme l'écrivait Jacques Lafaye dans Quetzalcoatl et Guadalupe, « à l'époque où les chrétiens construisaient leurs premières églises avec les ruines et les colonnes des anciens temples païens. ils ont donc souvent emprunté des coutumes païennes à leurs propres fins »[52]. L'auteur Judy King (en) affirme que Guadalupe est un « dénominateur commun » qui unit les Mexicains. En écrivant que le Mexique est composé d'un vaste patchwork de différences (linguistiques, ethniques et de classe), Judy King dit: « La Vierge de Guadalupe est l'élastique qui unit cette nation disparate à un tout »[50]. Le romancier mexicain Carlos Fuentes a déclaré: « Vous ne pouvez vraiment être considéré comme un Mexicain que si vous croyez en la Vierge de Guadalupe »[53]. Octavio Paz, prix Nobel de littérature, écrivait en 1974 que « le peuple mexicain, après plus de deux siècles d'expériences, n'a foi qu'en la Vierge de Guadalupe et la Loterie Nationale »[54].

La toponymie du Mexique montre une large influence de la Vierge de Guadalupe, ainsi, sur 1 756 lieux dont le nom reprend celui de « la Vierge Marie », 256 appellations concernent la Vierge de Guadalupe[L 10], contre 21 pour la Virgen de los Remedios (es)[N 5]. Avant la déclaration par l’Église catholique de Notre-Dame de Guadalupe patronne de toute la Nouvelle-Espagne (au XVIIIe siècle), des églises, des couvents et des collèges des principales grandes villes du pays sont placés sous le patronage de la Vierge de Guadalupe[L 11]. Au XVIIIe siècle déjà, une dizaine de villes ou villages étaient dénommés Guadalupe en l'honneur de la Vierge de Mexico[L 12].

Révolutions et guerres mexicaines[modifier | modifier le code]

La bannière révolutionnaire portée par Miguel Hidalgo et son armée d'insurgés pendant la guerre d'indépendance du Mexique.

En , le curé Miguel Hidalgo entre en rébellion contre le gouvernement de Joseph Bonaparte et les Espagnols à son service ; il lance son Grito de Dolores : « Vive la Vierge de Guadalupe ! Vive Ferdinand VII ! À bas le mauvais gouvernement ». Ses troupes arborent l'image de la Vierge de Guadalupe comme étendard[55]. Quand l'armée métisse indigène d'Hidalgo attaque Guanajuato et Valladolid, ils placent « l'image de la Vierge de Guadalupe, qui était l'insigne de leur entreprise, sur des bâtons ou des roseaux peints de couleurs différentes » et « ils portent tous une image de la Vierge sur leurs chapeaux »[47]. Après la mort d'Hidalgo, la direction de la révolution est revenue à un prêtre métis appelé José María Morelos, qui dirigeait les troupes insurgées dans le sud du Mexique. Morelos adopte la Vierge comme sceau de son congrès de Chilpancingo, inscrivant son jour de fête dans la constitution de Chilpancingo et déclarant que la Vierge de Guadalupe était l'origine de ses victoires : « La Nouvelle-Espagne fait moins confiance à ses propres efforts qu'à la puissance de Dieu et à l'intercession de sa Mère Bénie, apparue dans l'enceinte de Tepeyac comme l'image miraculeuse de [la Vierge de] Guadalupe venue nous réconforter, nous défendre, être visiblement notre protection »[47]. Tous deux seront fusillés par les forces gouvernementales[15].

Bannière de Allende.

En 1810, la ville de San Miguel de Allende entre en révolte contre l'occupation espagnole et les familles riches font réaliser une bannière (pour accompagner les insurgés), représentant sur une face la Vierge de Guadalupe. La bannière est rapidement capturée par les troupes espagnoles[56].

Simón Bolívar remarqua le thème Guadalupéen lors de ces soulèvements. Peu de temps avant l'exécution de José María Morelos, en 1815, il écrivait: "« Les dirigeants de la lutte pour l'indépendance ont utilisé le fanatisme en proclamant la célèbre Vierge de Guadalupe comme « reine des patriotes », en la priant dans les difficultés et en l’affichant sur leurs drapeaux ... la vénération de cette image au Mexique dépasse de loin le plus grand respect que puisse inspirer le prophète le plus malin »[46].

Le général Vicente Guerrero, se rend en pèlerinage au sanctuaire de Guadalupe pour y déposer personnellement, aux pieds de la Vierge, les drapeaux et les trophées gagnés à Barradas. Antonio López de Santa Anna, réactive, 30 ans après sa fondation, l'« Ordre national de Notre-Dame de Guadalupe ». Celui-ci est reconnu de l'Église catholique en 1854 par le pape Pie IX. La même année, cet ordre retombe en désuétude lors du triomphe de la révolution Ayutla (es). Ignacio Manuel Altamirano, dans son livre Pasajes y leyendas y costumbres de México, raconte que le président, le général Juan Álvarez, ancien insurgé, « ... a fait son pèlerinage officiel à la Villa de Guadalupe », et de même pour le général Ignacio Comonfort, lui aussi président du Mexique. Le colonel Agustín de Iturbide, après avoir été destitué en 1823, va déposer son bâton de général et son sceptre d'empereur au pied de la Vierge de Guadalupe[15].

Déjà en 1828, le Congrès avait établi le 12 décembre comme jour férié national (le jour de la Vierge de Guadalupe)[57].

Le gouvernement libéral du président Benito Juárez, après avoir déménagé à Veracruz et établi le calendrier des jours fériés obligatoires, publie le 11 août 1859 un décret déclarant un jour férié le 12 décembre[57],[58] et Sebastián Lerdo de Tejada, ministre de la Justice, des Relations et de la Gouvernance, commenta ce fait en appelant « intouchable » la date de la fête guadalupéenne. En 1856, En tant que membre du gouvernement de réforme du président Ignacio Comonfort et par le biais de la loi dite « Juarez », Benito Juárez a mis fin aux privilèges de l'Église et, grâce à la « loi Lerdo », justifie l'expropriation de son patrimoine. Mais sans toucher au sanctuaire de Guadalupe, une politique également suivie par les présidents suivants, au-delà de sa position ouvertement anticléricale[57]. Au XIXe siècle Valentín Gómez Farías présente une motion « visant à ancrer dans notre congrès national notre Sainte Mère de Guadalupe ».

En 1912, l'armée paysanne d'Emiliano Zapata se lève au sud du pays contre le gouvernement de Francisco I. Madero. Bien que les forces rebelles de Zapata aient été principalement intéressées par la réforme agraire, le mot d'ordre du soulèvement était « tierra y libertad » (« la terre et la liberté »). En 1915, l'Armée libératrice du Sud d'Emiliano Zapata entre dans la ville de Mexico en arborant des bannières à l'image de la Vierge de Guadalupe[59],[60],[61].

Drapeau des Cristeros durant la guerre des Cristeros.

La guerre des Cristeros débute en 1926, quand 400 Mexicains armés s'enferment dans une église dédiée à Notre-Dame de Guadalupe à Guadalajara. L'affrontement armé avec les troupes fédérales ne se termine que lorsque les insurgés (encerclés) sont à court de munitions. Durant les trois années de guerre civile qui vont suivre (rassemblant des dizaines de milliers de « Cristeros »), les insurgés prendrons l'image de la Vierge de Guadalupe comme emblème sur leurs étendards, leur cri de ralliement étant « Viva el Cristo Rey y Santa Maria de Guadalupe »[62].

Mi-XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le président du Mexique, Adolfo López Mateos (1958-1964), a été interrogé lors d'une visite au Venezuela par un journaliste qui demandait si l'image de la Vierge de Guadalupe devait faire partie des échanges culturels entre le Mexique et le Venezuela et la réponse du président mexicain fut : « L'image de la Vierge de Guadalupe n'est soumise à aucun échange, l'image appartient au peuple croyant du Mexique ». Lors d'une conférence de presse à Rio de Janeiro, il a déclaré : « L'image de la Vierge de Guadalupe n'est pas considérée comme une œuvre picturale, car les mains qui l'ont peinte ne sont pas de ce monde ... c'est sans aucun doute le plus précieux vestige du genre religieux qui existe au Mexique ». En 2000, le président élu, Vicente Fox, après avoir pris connaissance du résultat des élections, leva une bannière de la Vierge de Guadalupe et visita également la basilique de Guadalupe dans les jours suivants, ce qui dérangea les non-croyants et les groupes maçonniques, en plus de violer la loi concernant la participation d'un représentant de l'exécutif à des activités religieuses.

Plus récemment, l'Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) a nommé sa « ville mobile » en l'honneur de la Vierge : elle s'appelle Guadalupe Tepeyac. Le sous-commandant Marcos, porte-parole de l'EZLN, a écrit une lettre humoristique en 1995 décrivant les querelles de l'EZLN sur le sort d'une statue de la Vierge de Guadalupe qu'ils avaient reçue en cadeau[63].

Contestations[modifier | modifier le code]

Étendard d'Hernán Cortés en 1521.

Il existe un débat et des contestations sur l'historicité des « apparitions mariales » en 1531[L 13],[64], mais aussi sur la nature (miraculeuse ou non) de l'image exposée dans la basilique, et considérée, d'après la tradition catholique, comme d'origine miraculeuse[65],[66]. Des analyses et études ont été réalisées sur le support et l'image. Certains résultats et conclusions font l'objet d'un consensus, d'autres non[67],[68],[69]. Des historiens contestent également « l'historicité des apparitions », contestant également l'authenticité des deux seuls documents écrits (aujourd'hui connus), datant du milieu du XVIe siècle, et évoquant directement les apparitions ; à savoir le Nican mopohua et le Codex Escalada[70],[71]. Pour plus de détails, se reporter aux articles spécifiques.

Parmi les arguments régulièrement repris, il a la grande dévotion des Espagnols (et des conquistadors) à la Vierge de Guadalupe vénérée en Estrémadure depuis le XIVe siècle, et qui aurait été reprise et transformée par les populations locales pour devenir une dévotion particulière, en utilisant le même nom de « Guadalupe »[72],[L 14].

Influence dans les arts[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, don Carlos de Siguenza et Gongora (1645-1700), évoque la Vierge de Guadalupe dans une strophe de son « Poème sacro-historique »[L 15]. Une autre grande poétesse mexicaine, sœur Juana Inés de la Cruz, évoquera dans plusieurs de ses poèmes, la Vierge de Guadalupe, sans la citer expressément, mais les commentateurs y reconnaissent sa référence, d'autant que la poétesse rédige un poème allégorique dédié à « Madame Marie de Guadalupe Alencastre, l'unique merveille de notre siècle »[L 16].

Une référence notable dans la littérature à La Vierge de Guadalupe et à sa prédécesseur, la déesse de la Terre aztèque Tonantzín, est contenue dans la nouvelle de Sandra Cisneros « Little Miracles, Kept Promises », tirée de sa collection Woman Hollering Creek and Other Stories[73]. L'histoire de Cisneros est construite à partir de notes brèves de personnes remerciant Notre Dame de Guadalupe pour les faveurs reçues, ce qui, entre les mains de Cisneros, devient le portrait d'une communauté étendue de chicanos vivant dans tout le Texas. Little Miracles se termine par un récit détaillé (p. 124-129) d'une artiste féministe, Rosario "Chayo" De Leon, qui, au début, n'autorisait pas les images de La Virgen de Guadalupe chez elle, mais quand elle découvre qu'il y a un lien syncrétique entre la Vierge de Guadalupe et le sanctuaire dédié à Tonantzín, la déesse de la Terre aztèque (anciennement construit sur le même lieu), ces deux « femmes » inspirent une nouvelle créativité artistique à l'artiste[74].

Dans la peinture[modifier | modifier le code]

De nombreuses représentations de Notre-Dame de Guadalupe ont été réalisées, surtout au XVIe et XVIIe siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Notre-Dame de Guadalupe, Juan Diego, et la tilma de Juan Diego ont fait l'objet d'études cinématographiques à plusieurs reprises au cours de l'histoire récente. L'une des enquêtes cinématographiques les plus remarquables et les plus approfondies a été menée par le réalisateur Tim Watkins dans le film The Blood & The Rose de 2013[75]. De nombreux documentaires présentant le message de Notre-Dame de Guadalupe depuis les années 1990 ont été réalisés dans le but de transmettre le message de l'apparition au public nord-américain.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

  • 1917 - Tepeyac /El milagro del Tepeyac (Mexique)[76]
  • 1918 - La Virgen de Guadalupe (Mexique). Court métrage documentaire[77]
  • 1926 - El milagro de la Guadalupana /Milagros de la Guadalupana (Mexique)[78]
  • 1931 - Alma de América (Mexique)[79]
  • 1939 - La Reina de México (Mexique). Moyen métrage[80]
  • 1942 - La virgen morena (es) (Mexique)[81]
  • 1942 - La virgen que forjó una patria (es) (Mexique)[82]
  • 1957 - La sonrisa de la Virgen (Mexique)[83]
  • 1959 - Las rosas del milagro (Mexique)[84]
  • 1976 - La Virgen de Guadalupe (Mexique)[85]
  • 1987 - El pueblo mexicano que camina (Mexique). Documentaire[86]
  • 2006 - Guadalupe (Mexique, Espagne)[87]
  • 2013 - The Blood & The Rose film de Tim Watkins (États-Unis). Fiction[88]
  • 2015 - Guadalupe: The Miracle and the Message (États-Unis). Documentaire[89],[90]
  • 2017 - Tepeyac. La película (Mexique/Espagne). Film d'animation[91],[92]

À la télévision[modifier | modifier le code]

  • 1981 - El Gran Acontecimiento. Nican mopohua (Mexique). Film d'animation, moyen métrage[93]
  • 1997 - Los enigmas de Guadalupe (Mexique). Documentaire[94]
  • 2001 - Juan Diego. Messenger of Guadalupe (États-Unis). Épisode de mini-série animée[95]
  • 2002 - La Virgen de Guadalupe (Mexique). Série TV[96]
  • 2002 - Virgen de Guadalupe, entre la fe y la razón (Mexique). Reportage TV[97]
  • 2004 - El misterio de la Virgen de Guadalupe (Mexique). Documentaire TV[98]
  • 2010 - 1531. La historia que aún no termina (Mexique). Documentaire TV[99]
  • 2015 - Juan Diego. El indio de Guadalupe (Mexique). Long métrage TV[100]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La ville de Mexico est située à 2000 mètres d'altitude, et il n'est pas impossible qu'il y neige l'hiver.
  2. La Nouvelle-Espagne, correspond aujourd'hui à l'Amérique centrale et septentrionale espagnole.
  3. Il s'agirait bien d'une image de la Vierge Mexicaine, et non de la représentation de la Vierge de Guadalupe espagnole.
  4. Le Mexique avait été frappé d'épidémies de peste très importantes en 1545, de 1576 à 1579, en 1595, de 1725 à 1728 et en 1736. Ces épidémies survenaient après chaque inondation.
  5. La Virgen de los Remedios (es) est la grande dévotion mariale des colons espagnols lors de la conquête.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La messe, Notre-Dame de Guadalupe », Magnificat, no 241,‎ décembre, p. 2012.
  2. Yves Chiron, Enquête sur les apparitions de la Vierge, Perrin-Mame, , 427 p. (ISBN 978-2262-028329), p. 100-102.
  3. Chiron 2008, p. 102-104.
  4. (es) León-Portilla et Antonio Valeriano, Tonantzin Guadalupe : pensamiento náhuatl y mensaje cristiano en el "Nicān mopōhua", Mexico, Colegio Nacional, , 202 p. (ISBN 9789681662097, lire en ligne).
  5. (en) Burrus S. J. et Ernest J., The Oldest Copy of the Nican Mopohua, vol. 2, Washington D.C., Center for Applied Research in the Apostolate, coll. « CARA studies on popular devotion », , 39 p. (OCLC 9593292, lire en ligne), chap. 4.
  6. (es) O'Gorman, Edmundo, Destierro de sombras : luz en el origen de la imagen y culto de Nuestra Señora de Guadalupe del Tepeyac, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, , 306 p. (ISBN 9789688378700, lire en ligne).
  7. (es) « Documentos Indígenas, Nican Mopohua », basilica.mxv.mx, (consulté le 26 août 2019). Traduction commentée du Nican mopohua, archives de la Basilique de Guadalupe.
  8. Jean Mathiot, Juan Diego : l'humble indien de Notre-Dame de Guadalupe, Fidélité, coll. « Sur la route des Saints », , 72 p. (ISBN 9782873-562175), p. 49-53.
  9. René Laurentin et Patrick Sbalchiero, Dictionnaire des apparitions de la Vierge Marie, Fayard, , 1426 p. (ISBN 978-2213-671321), p. 406.
  10. (es) Ana María Sada Lambretón, Las informaciones jurídicas de 1666 y el beato indio Juan Diego, México, Hijas de María Inmaculada de Guadalupe, , 626 p. (OCLC 651458617, lire en ligne).
  11. (es) Jesus Hernandez, « Las Informaciones Jurídicas de 1666 », sur LuxDomini, luxdomini.net, (consulté le 8 août 2019).
  12. Chiron 2008, p. 104.
  13. (en) David A. Brading, Mexican Phoenix : Our Lady of Guadalupe: Image and Tradition Across Five Centuries, New York, Cambridge University Press, , 444 p. (ISBN 9780521801317, lire en ligne), p. 132.
  14. a b et c (en) « Our Lady of Guadalupe », sur Encyclopedia Britanica, britannica.com (consulté le 6 août 2019).
  15. a b c d et e Mathiot 2003, p. 167-168.
  16. (la) Pie XI, « Beatissima Virgo Maria Sub Titulo de Guadalupa Insularum Philippinarum Coelestis Patrona Declaratur », Acta Apostolicae Sedis, vol. 28,‎ , p. 63-34 (lire en ligne, consulté le 12 août 2019).
  17. (en) Philippe, « Our Lady of Guadalupe is secondary patroness of the Philippines », Press Reader,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2019).
  18. (la) Pie XII, « Insularum Philippinarum Beatissima Virgo Maria Titulo Immaculata Conceptio Primaria Universalisque Patrona et Sanctae Virgines' Pudbntiana ac Rosa Limana Patronae scundarias declaratur », Acta Apostolicae Sedis, vol. 34,‎ , p. 336-337 (lire en ligne, consulté le 12 août 2019).
  19. Mathiot 2003, p. 194.
  20. « Notre Dame de Guadalupe », sur Nominis, nominis.cef.fr (consulté le 12 août 2019).
  21. (es) « La batalla de Lepanto », luxdomini.net (consulté le 26 septembre 2019).
  22. Mathiot 2003, p. 161.
  23. (it) « Notizie su Santo Stefano d'Aveto », sur maurizioweb.it (consulté le 26 septembre 2019).
  24. a et b (en) Claire Sponsler, Ritual Imports: Performing Medieval Drama in America, Cornell University Press, , p. 35
  25. Claire Lesegretain, « Notre-Dame de Guadalupe, l’âme du Mexique », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2019).
  26. « La Vierge de Guadalupe unit le Mexique et les États-Unis », Zénit,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2019).
  27. (en) « 6.1 Million Pilgrims Visit Guadalupe Shrine », Zénit,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2019).
  28. Frédéric Saliba, « Au Mexique, la vierge de Guadalupe, l’icône des métis », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2019).
  29. (en) « Native Americans venerate Our Lady of Guadalupe », Catholic News Agency,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2019).
  30. (en) « Our Lady of Guadalupe – Star of the New Evangelization », Zénit,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2019).
  31. (en) « U.S. Bishops’ New Point Woman on Pro-life Issues », Zénit,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2019).
  32. (en) Maxwell E. Johnson, The Church in Act : Lutheran Liturgical Theology in Ecumenical Conversation, Fortress Press, , 278 p. (ISBN 9781451496680), p. 187.
  33. (en) Jesse Brandow, « Jesse Brandow: Missionary to Guatemala and Mexico », facebook.com, (consulté le 9 août 2019).
  34. « Fête de Notre-Dame de Guadalupe à Notre-Dame de Paris » [PDF], sur http://www.culture.gouv.fr, (consulté le 15 juin 2018)
  35. (en-GB) « A short history of Tonantzin, Our Lady of Guadalupe », sur Indian Country News (consulté le 4 mars 2019)
  36. (en) « Our Lady of Guadalupe Shrine (site web officiel) » (consulté le 13 août 2019).
  37. (en) « Our Lady of Guadalupe catholic church (site web officiel) » (consulté le 13 août 2019).
  38. (en) « Our Lady of Guadalupe Church (site web officiel) » (consulté le 13 août 2019).
  39. (en) « Our Lady of Guadalupe Church (site web officiel) » (consulté le 13 août 2019).
  40. (en) Barbara Beckwith, « A View From the North », St. Anthony Messenger Magazine Online,‎ .
  41. (en) Virgil Elizondo, « Our Lady of Guadalupe. A Guide for the New Millennium », St. Anthony Messenger Magazine Online,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2019).
  42. (en) Lydia Lopez, « Undocumented Virgin », Guadalupe Narrative Crosses Borders for New Understanding, Episcopal News Service,‎ .
  43. a et b (en) Judy King, « La Virgen de Guadalupe -- Mother of All Mexico », Mexconnect,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2019).
  44. (en) Mary O'Connor, « The Virgin of Guadalupe and the Economics of Symbolic Behavior », The Journal for the Scientific Study of Religion, vol. 28, no 2,‎ , p. 105-119.
  45. (en) David M. Herszenhorn, « Mexicans Unite to Honor Their Spiritual Mother », New York Times,‎ , p. 51.
  46. a et b Brading 2001, p. 58.
  47. a b et c (en) Enrique Krauze, Mexico, Biography of Power : A History of Modern Mexico 1810–1996, New York, HarperCollins, , 896 p. (ISBN 9780060929176, lire en ligne).
  48. (en) « Our Lady of Guadalupe: A Guide for the New Millennium », sur Franciscan Media, franciscanmedia.org (consulté le 12 août 2019).
  49. (en) Lydia Lopez, « Undocumented Virgin: Guadalupe narrative crosses borders for new understanding », sur Episcopal Church, episcopalchurch.org, (consulté le 12 août 2019).
  50. a et b (en) Judy King, « La Virgen de Guadalupe - Mother of all Mexico », sur Mexconnect, mexconnect.com, (consulté le 12 août 2019).
  51. (en) Mary O'Connor, « The Virgin of Guadalupe and the Economics of Symbolic Behavior », The Journal for the Scientific Study of Religion, vol. 28, no 2,‎ , p. 105–119 (lire en ligne, consulté le 12 août 2019).
  52. (en) Jacques Lafaye, Quetzalcoatl and Guadalupe : The Formation of Mexican national Consciousness, Chicago, University of Chicago Press, , 336 p. (ISBN 978-0226467948).
  53. (en) Donald Demarest, « Guadalupe Cult ... In the Lives of Mexicans », A Handbook on Guadalupe, Franciscan Friars of the Immaculate, Park Press Inc,‎ , p. 114.
  54. (en) Octavio Paz, « Introduction », Quetzalcalcoatl and Guadalupe, The Formation of Mexican National Consciousness 1531–1813, Chicago, University of Chicago Press,‎ (ISBN 978-0226467948).
  55. Mathiot 2003, p. 166.
  56. (es) « Entrevista a la doctora Martha Terán del INAH », Radio INAH,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2019).
  57. a b et c (es) Konrad Tyrakowski, « La Villa de Guadalupe: centro religioso y nacional. Elementos del desarrollo geográfico del mayor Santuario de México », No temas... yo soy tu madre. Estudios socioantropológicos de los peregrinos a la basílica,‎ (ISBN 9789688566039, lire en ligne, consulté le 13 août 2019).
  58. (es) Ernesto de la Torre Villar et Ramiro Navarro de Anda, Nuevos testimonios históricos guadalupanos, t. I, México, Fondo de Cultura Económica, , 1460 p. (ISBN 978-968-16-7551-6, lire en ligne), p. 1448.
  59. (es) Renato Blancarte, Historia de la Iglesia Católica en México, Mexico, Fondo de Cultura económica / El Colegio Mexiquense, , 447 p. (ISBN 978-9681637736).
  60. Documentaire sur Emiliano Zapata Pancho Villa avec images d'archives. Image visible à 38 secondes de la vidéo :(es) « Emiliano Zapata Pancho Villa », sur Youtube, (consulté le 12 août 2019).
  61. Marc Messier, « La vierge métisse de Guadalupe », Europe 1,‎ (lire en ligne, consulté le 26 septembre 2019).
  62. Brading 2001, p. 315-317.
  63. (en) Subcomandante Marcos, Our Word is Our Weapon : Selected Writings, Seven Stories Press, , 496 p. (ISBN 9781609800444, lire en ligne), p. 250-255.
  64. (en) « Creating the Virgin of Guadalupe: The Cloth, the Artist, and Sources in Sixteenth-Century New Spain », The Americas, vol. 61, no 4,‎ , p. 284-285
  65. (es) « un restaurador de la guadalupana expone detalles técnicos que desmitifican a la imagen », Proceso,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2019).
  66. (es) « el análisis que ocultó el vaticano », Proceso,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2019).
  67. Brading 2001, p. 169–172.
  68. (en) Philip Callahan, The tilma under infra-red radiation : an infrared and artistic analysis of the image of the Virgin Mary in the Basilica of Guadalupe, Washington, Center for Applied Research in the Apostolate, , 45 p. (OCLC 11200397, lire en ligne).
  69. (es) Miguel Leatham, « Indigenista Hermeneutics and the Historical Meaning of Our Lady of Guadalupe of Mexico », Folklore Forum,‎ , p. 34–35 (ISSN 0015-5926, lire en ligne, consulté le 9 août 2019).
  70. Sousa 1998, p. 17,47.
  71. (es) Tena, Rafael, « Algunas consideraciones sobre el llamado 'Códice Guadalupano de 1548' », La Búsqueda de Juan Diego,‎ , édité comme préface au livre de Olimón Nolasco 2002.
  72. (es) « Why the name "of Guadalupe"? », sancta.org (consulté le 12 août 2019).
  73. (en) Sandra Cisneros, Woman Hollering Creek : And Other Stories, Vintage, coll. « Vintage Contemporaries », , 192 p. (ISBN 978-0679738565).
  74. Cisneros 1992, p. 116-129.
  75. (en) « The blood & the rose (site officiel) », sur thebloodandtherose.com, (consulté le 12 août 2019).
  76. (en) « Tepeyac (1917) », IMDB (consulté le 13 août 2019).
  77. (es) Perla Ciuk, Diccionario de directores del cine mexicano : A-L, t. I, (ISBN 9786074551044), p. 258.
  78. (es) Perla Ciuk, Diccionario de directores del cine mexicano : M-Z, t. II, , p. 830.
  79. (en) « Alma de America (1931) », IMDB (consulté le 13 août 2019).
  80. (es) Perla Ciuk, Diccionario de directores del cine mexicano : M-Z, t. II, , p. 512.
  81. (es) « La virgen morena », filmaffinity.com (consulté le 13 août 2019).
  82. (es) « La virgen que forjó una patria », sur filmaffinity.com (consulté le 13 août 2019).
  83. (en) « La sonrisa de la Virgen (1958) », sur Idmb (consulté le 13 août 2019).
  84. (en) « Las rosas del milagro (1960) », sur Idmb (consulté le 13 août 2019).
  85. (es) « La virgen de Guadalupe », sur filmaffinity.com (consulté le 13 août 2019).
  86. (es) Perla Ciuk, Diccionario de directores del cine mexicano : M-Z, t. II, , p. 780.
  87. (en) « Guadalupe (2006) », sur Idmb (consulté le 13 août 2019).
  88. (en) « The Blood & the Rose (2013) », sur Imdb (consulté le 14 août 2019).
  89. (es) « El documental que explica la enorme influencia de la Virgen de Guadalupe en América », sur Rome Reports, (consulté le 13 août 2019).
  90. (es) Jaime Septién, « “Guadalupe: el milagro y el mensaje”: un documental decisivo sobre la Reina e América », Alteia,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2019).
  91. (es) « Tepeyac. La película » (consulté le 13 août 2019). Site officiel du film.
  92. (es) Maricarmen Hernández Rodríguez, « "Tepeyac, la película" busca que niños se familiaricen con la Virgen y Juan Diego », El Sol de Puebla,‎ .
  93. (es) « El Gran Acontecimiento », sur Youtube (consulté le 13 août 2019).
  94. (es) Año Cero, « Los enigmas de Guadalupe », sur Youtube (consulté le 13 août 2019).
  95. (en) « Juan Diego: Messenger of Guadalupe. Saints and Heroes » (consulté le 13 août 2019) (saison 3, épisode 2).
  96. (es) « La Virgen de Guadalupe (Miniserie de TV) », sur filmaffinity.com (consulté le 13 août 2019).
  97. (es) Perla Ciuk, Diccionario de directores del cine mexicano : M-Z, t. II, , p. 718.
  98. (es) « El misterio de la virgen de Guadalupe (2004) », sur IMDB (consulté le 14 août 2019).
  99. (es) « 1531: La historia que aún no termina (TV) », sur filmaffinity.com (consulté le 14 août 2019).
  100. (es) « Juan Diego: El indio de Guadalupe (2016) », sur IMDB (consulté le 14 août 2019).
  • Jacques Lafaye, Quetzalcóatl et Guadalupe : la formation de la conscience nationale au Mexique (1531-1813), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », , 481 p. (ASIN B00BV8NIY0, lire en ligne).
  1. Lafaye 1974, p. 319-320.
  2. Lafaye 1974, p. 321.
  3. Lafaye 1974, p. 323.
  4. Lafaye 1974, p. 365-366.
  5. Lafaye 1974, p. 39.
  6. Lafaye 1974, p. 336,339.
  7. Lafaye 1974, p. 368.
  8. Lafaye 1974, p. 337,339-340.
  9. Lafaye 1974, p. 338-339.
  10. Lafaye 1974, p. 299.
  11. Lafaye 1974, p. 303.
  12. Lafaye 1974, p. 373.
  13. Lafaye 1974.
  14. Lafaye 1974, p. 306-315.
  15. Lafaye 1974, p. 89-94.
  16. Lafaye 1974, p. 99-103.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres anciens
  • (es) Miguel Cabrera, Maravilla americana, y conjunto de raras maravillas, observadas con la direccion de las reglas de el arte de la pintura en la prodigiosa imagen de Nuestra Sra. de Guadalupe de Mexico, Mexico, Forgotten books, (1re éd. 1756), 56 p. (ISBN 978-0366423736, lire en ligne).
  • (es) Cayetano Cabrera y Quintero, Escudo de armas de Mexico : celestial proteccion de esta nobilissima ciudad, de la Nueva-España, y de casi todo el nuevo mundo, Maria Santissima, en su portentosa imagen del mexicano Guadalupe, milagrosamente apparecida en el palacio arzobispal el año de 1531. Y jurada su principal patrona el passado de 1737. En la anguista que ocasionó la pestilencia, Impresso por la viuda de d. J.B. de Hogal, , 522 p. (lire en ligne).
  • (en) Lisa Sousa, Stafford Poole et James Lockhart, « The Story of Guadalupe: Luis Laso de la Vega's "Huei tlmahuiçoltica" of 1649 », UCLA Latin American Center Publications, Stanford, Stanford University Press, vol. 84,‎ .
Études
  • (en) Stafford Poole, The Guadalupan Controversies in Mexico, Stanford, Stanford University Press, , 336 p. (ISBN 978-0-8047-5252-7).
  • (en) David A. Brading, Mexican Phoenix : Our Lady of Guadalupe: Image and Tradition Across Five Centuries, New York, Cambridge University Press, , 444 p. (ISBN 9780521801317, lire en ligne), p. 307.
  • (es) Miguel León-Portilla, Tonantzín Guadalupe, Pensamiento náhuatl y mensaje cristiano en el “Nican mopohua”, Mexico, Fondo de Cultura Económica, , 202 p. (ISBN 978-9681662097).
  • (en) John F. Moffitt, Our Lady of Guadalupe : The Painting, the Legend and the Reality, Jefferson & Co Inc, McFarland, , 271 p. (ISBN 978-0786426676).
  • (en) Stafford Poole, Our Lady of Guadalupe : The Origins and Sources of a Mexican National Symbol, 1531-1797, University of Arizona Press, , 325 p. (ISBN 9780816516230, lire en ligne).
  • (en) Jeanette Rodriguez-Holqui, Our Lady of Guadalupe : Faith and Empowerment Among Mexican-American Women, Austin, University of Texas Press, , 227 p. (ISBN 978-0292770614).
  • (es) Xavier Noguez, Documentos Guadalupanos : un estudio sobre las fuentes de información tempranas en torno a las mariofanías en el Tepeyac, Mexico, El Colegio Mexiquense and Fondo de Cultura Económia, coll. « Obras de historia. », (OCLC 248655055).
  • (es) Serge Gruzinski, La guerra de las imágenes : De Cristóbal Colón a Blade Runner (1942-2019), Mexico, Fondo de Cultura Económica, , 224 p. (ISBN 978-9681644468).
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Jacques Lafaye, Quetzalcóatl et Guadalupe : la formation de la conscience nationale au Mexique (1531-1813), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », , 481 p. (ASIN B00BV8NIY0, lire en ligne). Préface d'Octavio Paz.
Ouvrages apologétiques
  • Père François Brune, La Vierge du Mexique ou le miracle le plus spectaculaire de Marie, Le jardin des livres, , 285 p. (ISBN 978-2914569095).
  • Père François Brune et José Aste Tönsmann, Le secret de ses yeux : le plus grand mystère du Mexique, Le temps présent, coll. « Enigma », , 199 p. (ISBN 978-2351850381).
  • Jean Mathiot, L'Indien Juan Diego et Notre-Dame de Guadalupe, Pierre Tequi, , 223 p. (ISBN 9782740310380, lire en ligne).
  • Dante Alimenti, Jean-Paul II apôtre de la paix : Lourdes, Fatima, Guadalupe : les apparitions de la vierge, Simoni, 199 p. (ASIN B01M07QMTY), p. 193-199.