Charles de Hacqueville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles de Hacqueville
Biographie
Naissance vers 1572
Ons-en-Bray
Décès
Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par Denis-Simon de Marquemont
Évêque de Soissons
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Charles de Hacqueville (né à Ons-en-Bray vers 1572, mort Paris le ) est un ecclésiastique qui fut évêque de Soissons de 1619 à 1623.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille de Charles de Hacqueville est originaire d'Artois et implantée à Paris depuis le milieu du XVIe siècle. Il est le fils d'André seigneur d'Ons-en-Bray, maitre des requêtes et d'Anne Hennequin, fille de Dreux, Président de la chambre des comptes. Il commence ses études au collège des Jésuites de Paris et étudie ensuite la théologie mais obtient une licence de droit canon vraisemblablement aussi à l'université de Paris. Très proche de la Compagnie de Jésus qu'il fréquente pendant plusieurs années, il est ordonné prêtre et prêche à Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris. Archidiacre du Vexin dans le diocèse de Rouen, il visite régulièrement les paroisses et supplée dans l'administration du diocèse le cardinal de François de Joyeuse fréquemment absent. Il devient évêque de Soissons lorsque son cousin Dreux Hennequin coadjuteur depuis 1612 de Jérôme Hennequin décline la succession de leur oncle à sa mort en mars 1619. Il est confirmé le 12 août par le pape Paul V et consacré en octobre par l'archevêque de Lyon[1]. Il fait don à sa cathédrale de deux côtes tirées de la châsse des saints Crépin et Crépinien et meurt de la gravelle à Paris le [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Joseph Bergin, The Making of French Episcopate (1589-1661)',' Yale University Press, 1996 (ISBN 978-0300067514), p. 638
  2. R.P. Charles-Louis Richard et Giraud, Bibliothèque sacrée ou Dictionnaire universel, historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, Paris, 1827, tome XXIX, p. 212 .