Charles Pêtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pêtre.
Charles Pêtre
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
BourgesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation

Charles Pêtre, pseudonyme de Charles Pette, né à Metz le , et mort à Bourges le , est un sculpteur français associé à l’École de Metz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Pêtre suit les cours du sculpteur Armand Toussaint à l’École des beaux-arts de Paris. Il réalise les statues de la balustrade du théâtre de Metz en 1858[1]. L’artiste accède à la notoriété avec son Monument au maréchal Ney[2], inaugurée en 1860 sur l'Esplanade de Metz. Les commandes publiques et privées affluent alors. On lui doit notamment un Monument à Jeanne d’Arc en 1861 à Neufchâteau[3], un Monument à dom Calmet en 1865 à Commercy (statue détruite sous le régime de Vichy)[4], la figure de Nymphe, dite aussi La Source en 1869 sur l'Esplanade de Metz[5], ou encore les bustes de Félix Maréchal et d’Émile Bouchotte[6].

Après l’Annexion allemande, Charles Pêtre quitte Metz pour se fixer à Bourges[7]. Il enseigne alors à l'École nationale supérieure d'art de Bourges que dirige le peintre Costard. En 1881, il réalise les bustes en bronze des graveurs Israël Silvestre[8] et Ferdinand de Saint-Urbain[9] de part et d'autre de la statue de Jacques Callot due à Eugène Laurent, sur la place Vaudémont à Nancy.

Il fait partie de la seconde génération de l’École de Metz, foyer artistique actif entre 1840 et 1870[10]. Il exposa plusieurs fois ses sculptures au Salon des artistes français à Paris[11].

Charles Pêtre meurt à Bourges le 30 octobre 1907.

Galerie[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Brasme, « Un sculpteur messin : Charles Pêtre (1828-1907) », in Renaissance du vieux Metz, no 147, avril 2008, p. 19-24.

Sources[modifier | modifier le code]

  • François-Yves Le Moigne, Histoire de Metz, Privat, Toulouse, 1986.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aménagement de l’île du Petit-Saulcy sur Structurae.de
  2. « Monument au maréchal Ney – Promenade de l’Esplanade – Metz », notice sur e-monumen.net
  3. « Monument à Jeanne d’Arc – Neufchâteau », notice sur e-monumen.net
  4. « Monument à dom Calmet – Commercy (disparu) », notice sur e-monumen.net
  5. « Nymphe, ou La source – Promenade de l’Esplanade – Metz », notice sur e-monumen.net
  6. François-Yves Le Moigne, Histoire de Metz, Privat, Toulouse, 1986, p. 332.
  7. F.-Y. Le Moigne, op. cit., p. 345.
  8. « Monument à Israël Sylvestre – Place Vaudémont – Nancy », notice sur e-monumen.net
  9. « Monument à Ferdinand de Saint-Urbain – Place Vaudémont – Nancy », notice sur e-monumen.net
  10. F.-Y. Le Moigne, op. cit., p. 330.
  11. Société des artistes français, Salon : Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure, des artistes vivants, Paris, 1885.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :