Esplanade de Metz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Esplanade.
Esplanade de Metz
Image illustrative de l'article Esplanade de Metz
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Lorraine
Commune Metz
Quartier Metz-Centre
Superficie 9.2 ha
Caractéristiques
Lieux d'intérêts statue du Maréchal Ney
Localisation
Coordonnées 49° 06′ 58″ nord, 6° 10′ 12″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Esplanade de Metz

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Esplanade de Metz

Géolocalisation sur la carte : Metz

(Voir situation sur carte : Metz)
Esplanade de Metz

L’Esplanade est un jardin de Metz d’une superficie de 9 200 m2[1] situé à l’ouest du quartier de Metz-Centre.

Description[modifier | modifier le code]

L’Esplanade est bordée sur les côtés opposés les plus longs par le palais de Justice et l’Arsenal à proximité de la chapelle des Templiers et de la basilique Saint-Pierre-aux-Nonnains. Elle surplombe la vallée de la Moselle, le plan d’eau Saint-Symphorien face au mont Saint-Quentin.

Ce jardin est constitué de deux mails de tilleuls et de marronniers qui encadrent la partie centrale fleurie et un bassin circulaire animé d’un jet d’eau. Plusieurs statues ont été réalisées par des artistes de l’École de Metz : celle du Maréchal Ney, la nymphe de « la Source » de Charles Pêtre, le cheval de bronze de Christophe Fratin, un buste de Paul Verlaine et celle du Poilu libérateur, placée dans l'ancien kiosque[2] antérieur à 1861 (il existait déjà lors de l'exposition universelle de Metz), disparu à la suite des travaux d'aménagement du parking de l'Esplanade dans les années 1960 (il a très probablement inspiré celui du parc du Cours à Épinal réalisé en 1863[3]).

Historique[modifier | modifier le code]

Primitivement, un jardin arboré nommé la cour Napoléon était situé entre les fossés de la citadelle et le palais de justice.

Les jardins de l’Esplanade sont aménagés à la suite de la destruction de la citadelle et occupent l’emplacement de ses anciens fossés comblés en 1816[4].

L’Exposition universelle de 1861 a lieu en partie sur la promenade de l’Esplanade[5].

En décembre 1918, Philippe Pétain y est fait maréchal de France par Raymond Poincaré et Georges Clemenceau[6].

Le jardin est remanié en 1967 à la suite de la construction du parking aérien de la place de la République[4]. En 2008, un parking souterrain est ajouté sous l’Esplanade afin d’augmenter la capacité d’accueil du parking Arsenal, en vue de la transformation de la place de la République en zone verte.

Chaque année[Quand ?] l’Été du Livre s’y déroulait au début du mois de juin.

La Foire de Carnaval (février-mars) et la fête foraine de la Mirabelle (fin août à début septembre) se déroulent dans les jardins, et en fin d’année avec le marché de Noël, ce sont des chalets, une grande rou, et une patinoire qui prennent place en bordure de l’avenue Ney.

Le pavillon Bellevue, la guinguette de l’Esplanade, fort appréciée des Messins lorsque le temps le permet[Quand ?], fermée depuis août 2005 en raison des travaux de construction du parking souterrain de l’Esplanade, a ouvert de nouveau ses portes le 10 juin 2009.

Sculpture[modifier | modifier le code]

La Naïade ou la Source[modifier | modifier le code]

Son sculpteur est Charles Pêtre, né à Metz. Au milieu du XIXe siècle, il y eut un grand changement dans les transports, on utilisa la machine à vapeur ; ce qui entraîna un manque d’eau potable à Metz. Félix Maréchal, le maire, fit venir de l’eau de Gorze. Pour la distribution publique, on créa de nouvelles fontaines. Johnston, un anglais qui habitait la rue Serpenoise, donna trois jours avant sa mort 10 000 francs à la ville pour que sur l’Esplanade, on érige une statue à son nom. Naïade fut inaugurée le 14 août 1847[7].

Le Cheval de bronze[modifier | modifier le code]

Christophe Fratin est un sculpteur animalier messin à qui l’on doit le cheval arabe en bronze de l’Esplanade daté de 1850[8]. Selon certains, Christophe Fratin se serait suicidé en se jetant dans les fossés de la citadelle, selon d’autres, il se serait pendu : on lui avait fait remarquer que la disposition des jambes du cheval était mauvaise. En fait, Fratin est mort au Raincy, à 63 ans[9].

Le Poilu libérateur[modifier | modifier le code]

Le Poilu libérateur

Sur la plaque on peut lire : « Au poilu libérateur — Souvenir français de la Moselle », un hommage aux poilus de la Première Guerre mondiale[10].

Buste de Paul Verlaine[modifier | modifier le code]

Paul Verlaine est né à Metz au 2 rue Haute-Pierre ; il est mort en 1896. Sa statue a été sculptée par le suisse James Vilbert et inaugurée le 27 juin 1925 par la « société des amis ». La statue est située au pied de l’Esplanade, boulevard Poincarré[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Justin Hirtz, « Notre Esplanade » dans les Mémoires de l’académie de Metz, 1912-1913, Imprimerie lorraine, Metz, 1914, pp. 77-164.
  • Henri Bouchard, « Le “on les a”, d’Henri Bouchard (le poilu du jardin de l’Esplanade à Metz) », La Revue de Bourgogne, 1918-1919, pp. 131-135.
  • Lucien Klipffel, « L’Esplanade et la Place Royale de Metz », L’Austrasie, Wagner, Nancy, 1923, 38 p.
  • Félix Vazemmes, « L’Esplanade de Metz et ses tribulations », Revue lorraine populaire, no 69, 1968, p. 115.
  • Henri Navel, « Le cheval de l’Esplanade », dans les Mémoires de l’académie de Metz, 1954-1955, pp. 115-116.
  • René Bour, « Promenade sur l’esplanade de Metz », La Lorraine illustrée, 1er septembre 1960, pp. 12-14.
  • Gérald Collot, « Fouilles archéologiques sur le chantier du parking souterrain de l’Esplanade et rue Poncelet », Annuaire de la Société d'histoire et d'archéologie de la Lorraine, tome LXIV, 1965, pp. 41-70.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.mairie-metz.fr:8080/METZ/JARDINS/espl.html L’Esplanade] sur le site de la mairie de Metz.
  2. Clichés de l'ancien kiosque : [1] et [2]
  3. Photographie ancienne du kiosque d'Épinal [3] et actuelle [4] et informations [5]
  4. a et b Journées européennes du patrimoine 19 et 20 septembre 2009 — 37. Le jardin de l’Esplanade, dans Metz Magazine, hors série no 3, 2009, p. 9.
  5. François-Yves Le Moigne (dir), Histoire de Metz, Privat, [détail de l’édition], p. 324
  6. François-Yves Le Moigne (dir), Histoire de Metz, Privat, [détail de l’édition], p. 375.
  7. http://www.ac-nancy-metz.fr/IA57/MetzPlantieres/portrait/patrimoine/pages/naiade.htm
  8. Miroir du temps de Metz Vue sur l’Esplanade et le Saulcy vers 1885, à l'arrière le cheval de Fratin. Consulté le 6 janvier 2012.
  9. http://www.ac-nancy-metz.fr/IA57/MetzPlantieres/portrait/patrimoine/pages/cheval.htm
  10. http://www.ac-nancy-metz.fr/IA57/MetzPlantieres/portrait/patrimoine/pages/poilu.htm
  11. http://www.ac-nancy-metz.fr/IA57/MetzPlantieres/portrait/patrimoine/pages/verlaine.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]