Charles Cotin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Cotin
Description de l'image Charles Cotin (1604-1681).jpg.
Naissance
Paris (France)
Décès
à Paris (France)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Essais philosophiques, politiques et religieux, pamphlets, poésie

Charles Cotin, né vers 1604 à Paris, où il est mort en décembre 1681, est un ecclésiastique, poète, essayiste et polémiste français du Grand Siècle. Il n'est plus connu aujourd'hui que pour avoir été l'une des principales "victimes" des satires de Boileau et le modèle avéré de Trissotin, le pédant coureur de dot des Femmes savantes de Molière ; un double "assassinat littéraire" dont il ne s'est pas encore relevé, en dépit de quelques tentatives de réhabilitation[1] et de rares études modernes sur son œuvre[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié les langues anciennes (latin, grec, hébreux, syriaque), il entre dans les ordres vers le milieu des années 1630 et devient prédicateur et aumônier du roi Louis XIII.

Dès ce temps, semble-t-il, il fréquente les salons littéraires, celui de la marquise de Rambouillet en particulier, et mène une triple carrière, de prédicateur, de philosophe politico-religieux et de poète galant.

Ainsi fait-il paraître, au cours de la même année 1646, un Recueil des énigmes de ce temps, qui connaîtra de multiples rééditions et dans lequel il théorise ce genre littéraire à la mode, et un essai philosophique en forme de dialogue, intitulé Théoclée ou la vraie philosophie des principes du monde, où est exposée, pour la première fois en langue française, la philosophie atomiste d'Épicure et de Lucrèce, dont Cotin a traduit et adapté en alexandrins de longs passages du De natura rerum.

Le , il est reçu à l'Académie française. Il s'y montrera jusqu'à sa mort particulièrement assidu et laborieux, ce qui lui vaudra d'être choisi en 1659 pour prononcer l'oraison funèbre du surintendant Abel Servien.

[…]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Contentemens d'Aristée (1627)
  • Ode à la puissance de Dieu, sur les victoires du Roy (1628) Texte en ligne
  • Discours à Théopompe sur les forts esprits du temps (1629) Texte en ligne
  • Les Regrets d'Aristée. Sur le trépas de Daphnis (1631)
  • La Jérusalem désolée, ou Méditation sur les leçons de Ténèbres (1634) Texte en ligne
  • La Polimnie ou la Métamorphose d'une nimphe en oranger (1642) Texte en ligne
  • Recueil des énigmes de ce temps (1646 texte en ligne, 1655 texte en ligne, 1658 texte en ligne, 1661, texte en ligne). Réédition sous le titre Les énigmes de ce temps ; texte établi, présenté et annoté par Florence Vuilleumier-Laurens, Paris, Société des textes français modernes, 2003.
  • Théoclée, ou la Vraye philosophie des principes du monde (1646) Texte en ligne
  • Nouveau Recueil de divers rondeaux[3](1650), consultable sur Google Livres.
  • Traité de l'âme immortelle (1655) Texte en ligne
  • Poësies chrestiennes de l'abbé Cotin, 1657, seconde édition 1668 Texte en ligne
  • Œuvres meslées, contenant : énigmes, odes, sonnets et épigrammes (1659, 1667)
  • Oraison funebre pour messire Abel Servien, ministre d'Estat et surintendant des finances (1659) Texte en ligne
  • L'Uranie ou la métamorphose d'une nymphe en oranger (1659) Texte en ligne
  • La Ménagerie : à Son Altesse Royale Mademoiselle (sans date, vers 1660) Texte en ligne
  • Les Nopces royales (1660) Texte en ligne
  • La Pastorale sacrée, ou Paraphrase du Cantique des Cantiques selon la lettre. Avec plusieurs discours & observations (1662) Texte en ligne
  • Réflexions sur la conduite du roi (1663 Texte en ligne, repris dans les Œuvres galantes, 1665)
  • Œuvres galantes, en prose et en vers. De Monsieur Cotin (1663, 1665) Texte en ligne
  • Odes royales sur les mariages des princesses de Nemours (sans date, vers 1665) Texte en ligne
  • La Critique désintéressée sur les satyres du temps (sans date, 1667) Texte en ligne
  • Sur le siege de Maestric (sans date, 1673) Texte en ligne
  • Salomon ou la politique royale, 3 volumes (sans date, vers 1665) Texte en ligne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Chapelain, « Liste de quelques gens de lettres françois vivans en 1662 composée par ordre de M. Colbert, par M. Chapelain », dans Desmolets (éd.), Mémoires de littérature et d'histoire, Paris, 1726, t. II, p. 47, consultable en ligne.
  • Adrien Baillet, Jugemens des sçavans sur les principaux ouvrages des auteurs, tome quatrieme contenant les poètes. Cinquieme partie, Paris, 1686, p. 244-245, consultable sur Internet Archive.
  • Pierre Richelet, Les plus belles lettres françoises sur toutes sortes de sujets, Paris, 1689, seconde édition, 1699, consultable en ligne.
  • Charles Perrault, Paralelle des anciens et des modernes en ce qui regarde la poésie, tome III, Paris, 1692, p. 256-259, consultable en ligne.
  • Pierre Bayle, Réponse aux questions d'un provincial, Rotterdam, 1704, p. 244-256, consultable en ligne.
  • Bernard de La Monnoye, Menagiana, troisième édition, tome III, 1729, p. 23-24, consultable en ligne.
  • Abbé d'Olivet, Histoire de l'Académie françoise depuis 1652 jusqu'à 1700, Paris, 1729, p. 156-162 consultable en ligne.
  • Abbé d'Artigny, Nouveaux mémoires d'histoire, de critique et de littérature, Paris, 1753, tome VI, p. 117-125, consultable en ligne.
  • Abbé Goujet, Bibliothèque françoise, tome XVIII, Paris, 1756, p. 99-118 & 458-459, consultable en ligne.
  • Abbé de Bonnegarde, Dictionnaire historique et critique, II, Lyon, 1771, p. 329-334, consultable en ligne.
  • [Anonyme] Annales poétiques, depuis l'origine de la poésie françoise, tome XX, Paris, p. 61-82, consultable en ligne.
  • Eugène Viollet-le-Duc, Catalogue des livres composant sa bibliothèque poétique, Paris, 1843, p. 575-579, consultable en ligne.
  • Tyrtée Tastet, Histoire des quarante fauteuils de l'Académie française, tome I, Paris, 1855, p. 372-376, consultable en ligne.
  • Victor Fournel, article « Cotin (Charles) », dans Nouvelle biographie générale, tome XII, 1856, col. 109-112, consultable en ligne.
  • Charles Romey, Hommes et choses de divers temps, Paris, Paris, Dentu, 1864, p. 205-240, consultable en ligne.
  • Pierre Larousse, Les Grotesques d'autrefois. Vie du très-ridicule, très-fameux et très inconnu Abbé Cotin telle qu'elle figurera dans les colonnes du Grand dictionnaire, Paris, 1867, consultable en ligne.
  • Charles-Louis Livet, Précieux et précieuses, Paris, 1859, 4e éd. 1895, p. 112-132 consultable en ligne.
  • Édouard-Charles Buisson, « Les Victimes de Boileau. L'Abbé Cotin », La Quinzaine, 1-15 novembre 1895, p. 57-83, consultable ligne, 15-30 novembre 1895, p. 183-206, consultable en ligne.
  • Frédéric Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies publiés de 1597 à 1700, tome II, Paris, 1903, p. 223-227, consultable en ligne, et tome III, 1904, p. 272-276, consultable en ligne.
  • Abel Lefranc, « Un procès littéraire à réviser, Molière et l’abbé Cotin », dans Mélanges de philologie romane et d’histoire littéraire offerts à Maurice Wilmotte, Paris, 1910, vol. I, p. 301-316.
  • Henri Busson, La Pensée religieuse française de Charron à Pascal, Paris, Vrin, 1933, p. 77-82.
  • Antoine Adam, Histoire de la littérature française au XVIIe siècle, t. III, Paris, Del Duca, 1952, p. 163-165.
  • Documents du Minutier central concernant l'histoire littéraire (1650-1700), Paris, Presses Universitaires de France, 1960, p. 165-167, consultable en ligne.
  • Viviane Mellinghoff-Bourgerie, « Le Cantique des cantiques, "poème dramatique" ou texte transgénérique ? Remarques sur la Pastorale sacrée (1662) de l'académicien Charles Cotin », dans Entgrenzungen. Studien zur Geschichte kultureller Grenzüberschreitungen, Würzburg, Königshausen und Neumann, 1992, p. 153-175.
  • [de] Andrea Gillert, Die Rezeption heidnischen Denkens im Werk Charles Cotins. Ein Beispiel popularphilosophischer Textproduktion im "Grand Siècle", Frankfurt/M., Berlin, Bern, New York, Paris, Wien, 1998.
  • Roxanne Roy, L'Œuvre de Charles Cotin ou Pour une esthétique de la galanterie (mémoire de maîtrise, département de langue et littérature françaises, Université McGill, Montréal), 1998, texte en ligne.
  • Roxanne Roy, « La Pastorale sacrée ou La réécriture galante du Cantique des Cantiques », Tangence, n° 66, Presses de l'Université du Québec, été 2001, p. 67-83, lire en ligne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir les études d'Edmond Buisson, d'Abel Lefranc et de Florence Vuilleumier-Laurens signalées dans la bibliographie.
  2. Pierre Bayle terminait son article sur l'abbé Cotin par ces lignes: «Je ne sais si la mémoire de Cotin sera jamais réhabilitée; j'en doute un peu, car les traits dont M. Despréaux l'a percé sont tournés d'une manière que tout le monde les sait par cœur et les applique à tout propos. Cela fomente et perpétue la prévention, de sorte qu'on ne sera guère disposé à examiner les ouvrages de Cotin ou à leur rendre justice, quand même ils mériteraient au fond quelques éloges, et en le voyant tout couvert de plaies, comme le Déiphobe de Virgile, on ne s'écriera point: Quis tam crudelis optavit somere pœnas ? Quelle étrange fureur / D'un pareil attentat put concevoir l'horreur ?»
  3. Cotin n'est que l'éditeur de ce recueil, dont la plupart des pièces sont signées d'autres noms.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]