Charles Auguste Henri Roques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roques.

Charles Auguste Henri Roques ( dans les Basses-Pyrénées - à Bar-le-Duc) était un général de division français. C'est l'un des 42 généraux français morts au combat durant la Première Guerre mondiale.

Carrière[modifier | modifier le code]

Son père Hilaire était inspecteur des travaux au château impérial de Pau, sa mère était Adèle Rose. Engagé volontaire, il entre à l'école spéciale militaire le 26 octobre 1876. Il obtint son brevet d'état-major en 1887 après être entré à l'École supérieure de guerre en 1885. Il était aux campagnes d'Afrique de juillet 1881 à décembre 1882, puis de janvier 1891 à octobre 1894 a participé à la répression de l'insurrection du sud coranisais.

Annonce de sa mort[modifier | modifier le code]

Le 29 août 1914, le général Roques avait écrit à sa femme qu’il avait été nommé général de division, de la 10e division d'infanterie (France) par intérim pour la brillante conduite de sa brigade la 24e de Reims qui faisait partie de la 12e division d'infanterie.

Le général Roques a été très gravement blessé et est mort à l’hôpital de Bar-le-Duc. La dépêche officielle annonçant sa mort arriva le 7 septembre à 2 h du matin à Saint-Avertin (Indre-et-Loire) et fut remise à Mme Jeanson pendant la messe de 7:30. Mme Jeanson dut emmener Mme Roques au presbytère pour la prévenir doucement.

La fille du général, Lucette, fut prévenue en rentrant à la Camusière où elle et sa mère vivaient chez Mme Jeanson.

Postérité[modifier | modifier le code]

En 1919, la 67. Infanteriekaserne de Metz est rebaptisé en l'honneur du général Roques.

Son nom est inscrit au monument des Généraux morts au Champ d'Honneur 1914-1918 de l'église Saint-Louis à l'Hôtel des Invalides de Paris[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Il était officier[2] de la Légion d'honneur depuis le 11 juillet 1914. Il avait la Médaille coloniale avec agrafe Algérie. Il était officier de l'ordre du Nichan Iftikhar.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Relevé du mémorial des généraux 1914-1918, Hôtel des Invalides.
  2. « Charles Auguste Henri Roques », base Léonore, ministère français de la Culture.