Chaos calme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le livre de Sandro Veronesi. Pour le film qui en est inspiré, voir Caos calmo.

Chaos calme
Auteur Sandro Veronesi
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Genre Roman
Version originale
Langue italien
Titre Caos calmo
Éditeur Bompiani
Lieu de parution Milan
Date de parution 2005
Version française
Traducteur Dominique Vittoz
Éditeur Grasset
Date de parution 2008
Nombre de pages 504
ISBN 978-2-246-72431-5

Chaos calme (titre original en italien : Caos calmo) est un roman de l'écrivain italien Sandro Veronesi, publié en 2005, qui a été couronné par plusieurs prix littéraires (dont le prix Strega en 2006 ; le prix Femina étranger et le prix Méditerranée étranger en 2008). Il a fait l'objet, en 2008 d'une adaptation cinématographique réalisée par Antonello Grimaldi sortie sous le titre Caos calmo, avec Nanni Moretti dans le rôle principal.

Résumé[modifier | modifier le code]

Pietro, un Italien, directeur dans une télévision privée, sauve ainsi que son frère une femme de la noyade sans que personne ne le remercie. En rentrant chez lui, il apprend que sa femme vient de mourir d'une rupture d'anévrisme et qu'il reste seul avec sa fille de neuf ans Claudia. Il accompagne celle-ci à son école pour la rentrée et décide de rester à proximité toute la journée. Il fait ainsi durant plusieurs semaines, continuant à participer de loin à la vie de son entreprise qui fait l'objet d'un projet de fusion économique. Il reçoit ses collègues et supérieurs dans sa voiture aussi bien que sa belle-sœur ou son frère en nouant des liens avec diverses personnes du quartier[1].

Flottant dans un entre-deux qui tient à distance la douleur, un « chaos calme »[2], Pietro regarde la vie autrement, revenant sur son passé, empilant les échanges dans des pages marquées souvent par la drôlerie et la dérision (galerie de portraits des managers, psychologue scolaire et parents d’élèves...), et amenant ses interlocuteurs à se révéler à eux-mêmes et à changer leur choix de vie.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le roman a été globalement bien accueilli par la critique en France qui a relevé en particulier la référence à Samuel Beckett[3], soulignée par l'auteur lui-même, ainsi que son ambition psychologique et réaliste[4].

Le débat a cependant sa place entre l'éloge sans réticence : « Une réussite lumineuse et réjouissante » [5] et la dépréciation sans concession : « Le Femina étranger va à Chaos calme de Sandro Veronesi, une bluette variétoche, mélange de politiquement correct très tendance et de machisme naïf comme on n’en voit plus beaucoup, avec juste ce qu’il faut de scènes de cul pour en faire un sujet de talk-show »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chaos calme par Nathalie Crom dans Télérama no 3045 du 24 mai 2008.
  2. Citation : « Cette situation de flottement qui continue à me sauver de la souffrance à laquelle tout le monde, sans exception, m'imagine en proie, alors que ce n'est pas encore le cas. C'est un calme chaos, ce qui m'habite. Un calme chaos. », page 70
  3. »Sur cette situation digne de Beckett, Sandro Veronesi construit un roman émouvant, ample, magistralement tissé : le mélange de l’intime dans ce qu’il a de plus vibrant et du réel dans ce qu’il a de plus dérangeant. » Présentation du roman par l'éditeur [1]
  4. « Sur une trame minimaliste, l'écrivain italien réussit un roman en demi-teintes assez ambitieux, entre le rire et l'angoisse », Baptiste Liger - Lire, mai 2008 - « Il ne s'agit pas d'un réalisme froid, mais d'un réalisme attentif au monde, sans jamais quitter la vie intérieure des personnages », René de Ceccatty dans Le Monde du 24 avril 2008 [2]
  5. Pascal Jourdana dans L'Humanité du 12 juin 2008.
  6. La désillusion Femina par Claire Devarrieux et Natalie Levisalles dans Libération du 4 novembre 2008.