Château de la Cheyrelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Cheyrelle
Image illustrative de l'article Château de la Cheyrelle
Le château de la Cheyrelle
Période ou style Moderne
Type Demeure bourgeoise
Début construction XIXe siècle
Fin construction XXe siècle
Propriétaire initial Pierre Felgères
Destination initiale Villégiature
Destination actuelle propriété privée
Protection Logo monument historique Classé MH (2006)
Coordonnées 45° 09′ 12″ nord, 2° 47′ 48″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Auvergne
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Commune Dienne

Géolocalisation sur la carte : Cantal

(Voir situation sur carte : Cantal)
Château de Cheyrelle

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Cheyrelle

Le château de la Cheyrelle, situé sur la commune de Dienne, Cantal, est une demeure bourgeoise du XIXe siècle dont la première pierre est posée en 1858. Il est réaménagé et agrandi entre 1903 et 1905 par l'architecte et décorateur liégeois Gustave Serrurier-Bovy et par l'architecte parisien René Dulong. Son parc fut créé en 1905.

Architecture[modifier | modifier le code]

Il se compose d'un premier bâtiment, dit "Le château" construit en 1858 par Auguste Felgères, maître des postes à Murat, dans le but de posséder un petit castel de campagne. Un second bâtiment, accolé au château dit "la nouvelle maison", est construit en 1904. Il comprend les communs (écurie, remise, sellerie, cuisine, cave etc..) et chambres de service. un pavillon de gardien est bâti en 1905, à l'entrée de la propriété. Une maison de ferme complète l'ensemble. Le parc mesure environ 1 hectare 700, planté de beaux sujets. De sa terrasse, on découvre une belle vue sur le village de Dienne, la Vallée de la Santoire et le plateau du Limon.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ensemble bâti appartenait, dans un premier temps, à la famille Felgères, jusque dans les années 1990. La propriété et le mobilier ont été vendus séparément. Malheureusement, le mobilier dû au décorateur Gustave Serrurier-Bovy ne fut pas vendu en un unique lot et tout fut dispersé lors de la vente. La propriété a été rachetée, en 1990, par deux particuliers parisiens, experts reconnus dans l'histoire de l'œuvre de cet artiste, qui se sont dès lors mobilisés pour une intelligente restauration et la reconquête (tâche honorable et très difficile) de son mobilier "Art Nouveau".

Il a été inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1994 puis classé Monument historique le 27 mars 2006 dans sa totalité, y compris le château, le parc et les bâtiments annexes ainsi que son décor intérieur[1]. L'ensemble "présente du point de vue de l'histoire de l'art, un intérêt public en raison de l'importance exceptionnelle de cette œuvre singulière réalisée entre 1903 et 1905, unique exemple complet subsistant au monde des principes novateurs de Gustave Serrurier-Bovy" (extrait de l'arrêté de classement).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques-Grégoire Watelet, Gustave Serrurier-Bovy, éditions de Maredsous, Belgique, éd., 1987, 134p., pages 75–81.
  • Françoise Bigot du Mesnil du Buisson, Étienne du Mesnil du Buisson, "Histoire d'une maison au XIXe siècle", 'Revue de la Haute-Auvergne, avril-septembre 1997, 327-348..
  • Françoise Bigot du Mesnil du Buisson, Étienne du Mesnil du Buisson, "Le château de La Cheyrelle, manifeste d'un créateur Art Nouveau, Gustave Serrurier-Bovy", L'Objet d'Art, l'Estampille, no 326, juillet-août 1998, 59-75, Faton, Dijon, éd.

Françoise Bigot du Mesnil du Buisson, Étienne du Mesnil du Buisson, "Origine et destin de la firme Serrurier-Bovy", Bulletin de l'institut archéologique liégeois, Tome 90 (1999) 271-383, Maison Curtius, Liège, éd. 1999.

  • Françoise Bigot du Mesnil du Buisson, "Gustave Serrurier-Bovy, Parcours d'un architecte à l'aube du XXe siècle, rationalisme, art social, symbolisation", Thèse de Doctorat en Histoire de l'Art, Versailles Saint Quentin, 2004, A.N.R.T. Lille, éditeur, 2004, 1500 p., 542-556 et fig.171-190.
  • Étienne du Mesnil du Buisson, "L'œuvre de Gustave Serrurier-Bovy", Thèse de Doctorat en Histoire de l'Art, Versailles-Saint Quentin, 2006, A.N.R.T. Lille, éditeur, 2006, 1450 p., 474-590 et planches 80.1 à 94.10.
  • Françoise Bigot du Mesnil du Buisson, Étienne du Mesnil du Buisson", "Serrurier-Bovy, Un créateur précurseur 1858-1910", 300 p., Faton éd., Dijon, 2008, 254-271.
  • Luc Engen, Conservateur des musées d'archéologie et des arts décoratifs de la ville de Liège, "Gustave Serrurier-Bovy, acteur du futur", Exposition, Liège Mamac, 2008.
  • Jeanne Faton, "La Cheyrelle, propriété avec vue cherche amateur averti", L'Estampille-L'objet d'art no 469, juin 2011.