Château de Radepont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Château de Radepont
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Fondation
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Style
Matériau
Charpente en acierVoir et modifier les données sur Wikidata
Occupant
Propriétaires
Patrimonialité
Recensé à l'inventaire généralVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le château de Radepont est une demeure, reconstruite au tout début du XXe siècle en style néo-Louis XIII à l'emplacement d'un château néo-classique, et à proximité d'une forteresse médiévale, qui se dresse sur la commune française de Radepont dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Le château est recensé à l'inventaire général[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château est situé à l'écart du bourg, à 350 mètres au sud-ouest de l'église Saint-Germain de Radepont, dans le département français de l'Eure.

Historique[modifier | modifier le code]

Le château actuel, qui a remplacé un château néo-classique, a été construit à proximité d'une fortification médiévale.

Le château médiéval[modifier | modifier le code]

Le château a été commencé sous le duc de Normandie et roi d'Angleterre Henri Ier[2] et agrandi en même temps que remanié, vers 1196, par Richard Cœur de Lion au moment où ce dernier édifie Château-Gaillard. Le château ne fut jamais achevé. Il comprenait un puissant donjon armé d'un éperon du côté de l'attaque, face au plateau. En 1203, Philippe Auguste, après avoir mis le siège devant Château-Gaillard, détruisit Radepont[note 1] afin d'assurer ses arrières[3].

Un chemin, près de l'église, mène aux ruines du château dans le parc de l'actuelle construction.

Le château néo-classique[modifier | modifier le code]

De même, du château antérieur de style néo-classique de 1788, il ne subsiste qu'une chapelle du XVIIIe siècle dédiée à saint Bernard. Augustin Léonor Victor du Bosc de Radepont fut héritier du domaine.

Le château de style néo-Louis XIII[modifier | modifier le code]

Aimé-Louis du Bosc vend le domaine en 1844 au baron Levavasseur, un capitaine d'industrie qui fit bâtir la grande filature en style néo-gothique aujourd'hui ruinée et qui acquit l'abbaye gothique de Fontaine-Guérard, toutes deux situées dans la même commune.

L'ensemble de l'édifice a été entièrement reconstruit à partir de la fin du XIXe jusqu'au début du XXe siècle en style néo-Louis XIII. L'architecte parisien Duchesne, puis l'architecte rouennais Charles Lassire[4] furent les maîtres d'œuvre du nouveau château. La construction s'est poursuivie essentiellement après la mort de ce dernier, lorsque son fils lui a succédé.

Plusieurs acquéreurs se succèdent jusqu'en 1937, date à laquelle le dernier propriétaire Fernand Colombel, sans héritier, lègue son domaine à l'Armée du salut.

En 1952, l'Armée du salut crée un centre de relèvement et d'assistance par le travail qui présente la particularité d'héberger plusieurs centaines de relégués en liberté conditionnelle, et ceci jusqu'à la suppression de la peine complémentaire de la relégation en 1970[5].

En 2013, l'Armée du salut a vendu sa succession à un propriétaire privé, un entrepreneur russe, Evgeni Shafirov-Kostenkov.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il lui fallut un mois pour en venir à bout.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Château », notice no IA00016826, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Guy Le Hallé, Châteaux forts de Basse-Normandie, t. II, Louviers, Ysec Éditions, , 160 p. (ISBN 978-284673-215-4), p. 28.
  3. Bernard Beck, Châteaux forts de Normandie, Rennes, Ouest-France, , 158 p. (ISBN 2-85882-479-7), p. 145.
  4. Nadine-Josette Chaline, L'église Saint-André, 2010.
  5. Jean-Claude Vimont. Les récidivistes et l'Armée du salut (1952-1970) : l'assistance par le travail au château de Radepont (Eure) sur le site de Criminocorpus. Consulté le 13 mai 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon Fallue, Histoire du château de Radepont et de l’abbaye de Fontaine-Guérard, Rouen, Imprimerie d'Alfred Péron, , 107 p., en ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :