Château de Radepont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec château de Bonnemare.
Château de Radepont
Image illustrative de l'article Château de Radepont
Début construction XVIIIe siècle
Fin construction XXe siècle
Pays Drapeau de la France France
Région historique Normandie
Département Eure
Localité Radepont

Le château de Radepont est situé sur la commune de Radepont[1], dans le département de l'Eure.

Historique[modifier | modifier le code]

Le château actuel est situé près de l'emplacement d'une fortification médiévale érigée en 1194 à l'époque de Richard Cœur de Lion, duc de Normandie et roi d'Angleterre. Ce château fort a été détruit en 1218 par les Français à la suite de la conquête de la Normandie par Philippe Auguste. On en observe encore quelques vestiges dans le parc de l'actuelle construction.

De même, du château antérieur de style néo-classique, il ne subsiste qu'une chapelle du XVIIIe siècle dédiée à saint Bernard, l'ensemble de l'édifice ayant été entièrement reconstruit à partir de la fin du XIXe siècle jusqu'au début du XXe siècle en style néo-Louis XIII. L'architecte parisien Duchesne, puis l'architecte rouennais Lacire furent les maîtres d'œuvres du nouveau château pour le baron Levavasseur, un capitaine d'industrie qui fit bâtir la grande filature en style néo-gothique aujourd'hui ruinée et qui acquit l'abbaye gothique de Fontaine-Guérard, toutes deux situées dans la même commune. La construction s'est poursuivie essentiellement après la mort de ce dernier, lorsque son fils lui a succédé. Plusieurs acquéreurs se succèdent jusqu’en 1937, date à laquelle le dernier propriétaire Fernand Colombel, sans héritier, lègue son domaine à l’Armée du salut.

En 1952, l’Armée du salut crée un centre de relèvement et d’assistance par le travail qui présente la particularité d'héberger plusieurs centaines de relégués en liberté conditionnelle, et ceci jusqu’à la suppression de la peine complémentaire de la relégation en 1970[2]. En 2013, l'Armée du salut vend son domaine à un propriétaire privé russe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon Fallue, Histoire du château de Radepont et de l’abbaye de Fontaine-Guérard, Rouen, Imprimerie d'Alfred Péron, , 107 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]